Cette année, la Fondation Hermas complète sa 40e année d’existence à l'école J.-H.-Leclerc. Jusqu’à présent, plus de 110 000 $ ont été remis à plus de 70 élèves afin qu'ils puissent poursuivre des études après le secondaire.

De Marie-Anna Jarest à la Fondation Hermas

Dans les années 30, 40 et 50, à Bedford, il y avait la Pharmacie Jarest, dont la pharmacienne Marie-Anna Jarest était la propriétaire.

Petit bout de femme mesurant moins de 5 pieds, célibataire, n’ayant jamais eu d’automobile, toujours vêtue sobrement, l’œil vif, d’une chaleur humaine admirable et d’une simplicité exemplaire, elle a fait preuve d’une générosité exceptionnelle tout le long de sa vie.

À maintes occasions, elle a donné des médicaments à des familles dont le revenu était très limité. Elle a également permis à plusieurs jeunes de poursuivre des études supérieures en défrayant leurs frais de scolarité. Je fus l’un de ces privilégiés.

Quand je lui disais qu’un jour je la rembourserais, à chaque occasion elle me répondait :

« Tu ne me dois rien. Si un jour, cependant, tu peux en aider d’autres comme je t’ai aidé, ce sera ça ma récompense. »

Elle est décédée en 1963, à l’âge de 77 ans.

Au début de janvier 1979, alors que j’étais le directeur de l’École secondaire Joseph-Hermas Leclerc, j’ai fait part de mon histoire au personnel de l’école réuni à l’auditorium. J’ai mentionné que le moment était venu pour moi d’aider à mon tour des jeunes à poursuivre des études après le secondaire. J’ai aussi laissé entendre que, si d’autres personnes voulaient se joindre à moi, nous pourrions alors soutenir encore plus d’élèves. Spontanément, de 40 à 50 mains se sont levées et ce fut le début de quelque chose de merveilleux.

Plusieurs éducatrices et éducateurs se sont mis à la tâche pour structurer et officialiser ce qui est devenu la Fondation Hermas. Un premier conseil d’administration a été formé, des cueillettes de fonds ont été réalisées, les élèves concernés ont été invités à faire une demande, et le comité de sélection a fait connaître les deux premiers boursiers de la Fondation en mai 1979.

Les élèves retenus reçoivent un soutien financier lors de leurs études au niveau collégial et, s’il y a lieu, au cours des trois premières années à l’université. Ainsi le total des bourses est de 1500 $ pour une technique au collégial (DEC) et de 4000 $ pour un cours universitaire. À partir de cet automne, les montants seront majorés à 1800 $ et 4800 $.

Cette année, la Fondation Hermas complète sa 40e année d’existence. Grâce à l’implication financière assidue d’un certain nombre de membres du personnel de l’école, en particulier des années 70 et 80, grâce également à la contribution d’anciens boursiers et boursières ainsi que de dons très généreux d’une enseignante actuelle, le fonds a survécu et s’est même accru.

Cette situation financière avantageuse est également le fruit du dévouement bénévole des éducateurs de l’école qui, au cours de ces 40 ans, ont su administrer la Fondation avec doigté. Jusqu’à présent, plus de 110 000 $ ont été remis à plus de 70 élèves.

À ces boursières et boursiers, Mademoiselle Jarest dirait : « Vous n’avez rien à rembourser. Si un jour, toutefois, vous en avez les moyens, une contribution à la Fondation Hermas serait un beau geste de gratitude de votre part et une façon, à votre tour, de maintenir vivante cette belle chaîne d’entraide ».

Yvon Larocque - Directeur de l’école J.-H.-Leclerc de 1972 à décembre 1980