À la suite de la fusillade, à Cowansville dimanche, un large périmètre de sécurité a été érigé dans la rue des Bouleaux

De l'aide pour les femmes victimes de violence conjugale

Depuis dimanche dernier, on parle d'un possible drame conjugal à Cowansville entre un homme et une femme impliquant une arme à feu. Une enquête est actuellement en cours. Une tragédie comme celle-ci n'est pas sans rappeler l'homicide récent de Daphnée Boudreault à Mont-Saint-Hilaire. Les ressources d'aide et d'hébergement Horizon pour Elle et la Maison Alice-Desmarais souhaitent rappeler à toutes femmes vivant de la violence conjugale, ainsi qu'à leurs proches, qu'elles peuvent les contacter pour trouver réponses à leurs questions et obtenir du soutien. La violence conjugale est considérée comme un problème social et doit être dénoncée.
S'unir pour mieux protéger les victimes
Les maisons de la région se concertent avec les centres de femmes, le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) et Ressource pour hommes de la Haute-Yamaska dans le but d'assurer la sécurité et la protection des femmes et enfants victimes de violence conjugale. Elles collaborent également avec les corps policiers pour améliorer la référence et l'accès aux services pour les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Les policiers sont souvent les premiers intervenants interpellés lors d'une situation de violence conjugale. Ils ont le rôle de porter secours, d'assurer la sécurité et d'informer la victime sur l'aide qui peut lui être offerte, dans un court délai, par une intervenante d'une maison ou de l'équipe psychosociale du CISSS. La violence conjugale, les multiproblématiques sociales, la toxicomanie, la négligence et la prostitution existent aussi en région. Nous sommes tous concernés par la sécurité de la population.
De l'aide pour les proches
Les maisons d'aide et d'hébergement peuvent épauler les proches à soutenir une victime pour qu'ils puissent comprendre ses peurs, sa culpabilité ou sa honte sans la blâmer ou la juger, rompre son isolement et maintenir un lien avec elle, ouvrir le dialogue sur ses perceptions, rester centrés sur elle sans prendre de décision à sa place, l'informer des ressources et la soutenir­ dans ses démarches. 
Les maisons peuvent aussi accompagner les proches à se positionner face à l'auteur de la violence et, si le contexte est suffisamment sécuritaire, lui affirmer que la violence est inadmissible et que personne ne mérite d'en subir, refuser ses justifications de la violence, lui faire savoir que son comportement violent est inacceptable, l'informer des ressources et l'encourager à chercher de l'aide.
Différentes formes de violence
La violence peut se montrer plus sournoise, plus insidieuse, elle peut s'exercer à l'abri des regards. La violence peut être verbale, psychologique, économique, sexuelle ou physique et n'est pas toujours visible aux premières apparences. La sécurité des victimes et de leurs proches, ça nous concerne toutes et tous. Agissons ensemble de façon à responsabiliser les agresseurs et dénonçons toutes formes de violence lorsque nous en sommes témoins.
Katheryne Auclair, directrice
Horizon pour Elle
Carmen Paquin, directrice
Maison Alice-Desmarais
Signé et appuyé par la Coalition des groupes de femmes de la Haute-Yamaska et Brome-Missisquoi : Avante Women's Center, Centre Femmes des Cantons, CALACS, Entr'elles, Maison Alice Desmarais et Horizon pour Elle et par Ressource pour hommes de la Haute-Yamaska 
Maison d'aide et d'hébergement : un service gratuit et confidentiel
Les lignes d'écoute téléphonique sont disponibles en tout temps :
Horizon pour Elle (Brome-Missisquoi) : 450-263-5046
Maison Alice-Desmarais (Haute-Yamaska) : 450-378-9297
SOS violence conjugale : 1-800-363-9010