Citoyens, participez!

Le 5 novembre prochain, il y aura des élections municipales. Actuellement, des candidats et candidates se manifestent pour se faire élire. Ils/elles se disent à l'écoute des électeurs et électrices. Ces candidats et candidates les courtisent pour avoir leur vote. Ainsi s'exercera, au soir du vote, la démocratie municipale. Un maire et des conseillers seront élus dans chaque municipalité, chaque quartier, par élection ou par anticipation.
À ce geste électoral de base s'ajoute une série de moyens démocratiques permettant au citoyen d'assurer sa participation publique en cours de mandat municipal. Parmi ceux-ci, on retrouve des moyens classiques tels qu'aller poser une question lors du conseil municipal ; aller apposer sa signature lors de l'approbation référendaire d'un projet d'aménagement. Plusieurs municipalités consultent aussi leurs citoyens avant d'élaborer une politique publique, notamment pour leur politique familiale, politique des aînés, politique de la jeunesse, politique d'accessibilité universelle. Un comité de suivi peut en résulter où siègent quelques citoyens, ou des personnes représentant les groupes communautaires.
La Ville de Granby a fait un coup d'éclat en février 2017 en présentant au Castel, en de multiples apparats, sa consultation publique sur le réaménagement du centre-ville. Aucune consultation subséquente de validation par les citoyens des choix émergents de cette consultation primaire n'a suivi. À l'été, on a cependant vu poindre des objets « ludiques » au centre-ville, à grands frais, nous a dit la presse locale. Est-ce ce que veulent les citoyens ? Les citoyens plus pauvres résidant au centre-ville ?
Le gouvernement du Québec a adopté à la mi-juin la loi 122 qui donne plus d'autonomie aux municipalités, via la révision de diverses lois municipales. La Loi sur l'aménagement et l'urbanisme y est révisée. Au chapitre ll.2, la participation citoyenne publique y est revue, et le ministre y ajoute des critères précis de consultation par les élus pour enrichir leur processus décisionnel. En bref, on y retrouve notamment comme critères : la transparence du processus de décision, la consultation citoyenne en amont des décisions, la diffusion complète de l'information, le respect de la capacité d'influence du citoyen, le recours à des délais réalistes, la conciliation des intérêts divergents.
J'ajoute à ces critères le respect de la vie privée, le respect des personnes aînées et autres majeurs vulnérables (loi 115 adoptée en mai), le recours alternatif à un ombudsman du citoyen apte à faire la médiation des différends et éviter la judiciarisation.
Ainsi doit-on s'attendre au prochain mandat des élus municipaux que leur processus décisionnel soit rehaussé, non seulement par l'écoute citoyenne, mais par l'intégration des visions de ces derniers­, en un tout cohérent.
Ce tout sera plus démocratique. Il assurera une saine administration municipale et une qualité de vie accrue dans nos municipalités. Il servira le ici maintenant avec une vision d'avenir. Appel donc aux citoyens, citoyennes, participez ! Votez le 5 novembre. Et osez donner votre opinion en cours de mandat !
Luce S. Bérard, participante aux consultations publiques sur les projets de loi 115 et 122
Granby