La Ville de Granby a décidé de mettre ce panneau à quelques intersections, qui dicte aux cyclistes ceci : « Pour obtenir la priorité à la traverse, obligation de descendre du vélo ».

Bravo pour la courtoisie vélo-auto à Granby!

Je fais du cyclisme de route depuis plusieurs d'années. Depuis toutes ces années, j'ai été témoin des améliorations de nos pistes cyclables. Mais la plus belle amélioration dont j'ai été témoin, c'est la cohabitation, la tolérance et surtout la courtoisie entre cyclistes et automobilistes. Oui, oui. Cette courtoisie existe bel et bien à Granby et c'est tout à notre honneur.
Depuis surtout deux ans, il y a une franche courtoisie, améliorée, à l'intersection des rues Robinson et St-Charles, entre autres. La majorité des cyclistes respectent leur arrêt obligatoire, et les automobilistes arrêtent et les encouragent à passer. On voit même des autos arrêter même si le cycliste est à quelques mètres de la rue. Tout ceci se passe en toute sécurité et dans la convivialité.
Alors que tout va pour le mieux, voilà que, probablement pour ajouter un élément de sécurité (inutile au final), la Ville décide de mettre ce panneau à quelques intersections, qui dicte aux cyclistes ceci : « Pour obtenir la priorité à la traverse, obligation de descendre du vélo ». Oui, oui. Un panneau qui fait en sorte de créer la confusion et de changer la belle dynamique vélo-auto qui existe. 
On dit maintenant à l'automobiliste de ne pas laisser passer le vélo si le cycliste n'est pas complètement descendu de son vélo. Et croyez-moi, c'est exactement ce que certains automobilistes aiment comprendre de ce panneau.
Pourquoi un tel panneau venant à l'encontre de la collaboration naturelle entre cyclistes et automobilistes ? Maintenant, certains automobilistes (pas beaucoup heureusement) baissent leur vitre pour hurler sur le cycliste qui n'a pas pris le temps de descendre de son vélo à la traverse. (...)
Mon point dans tout ceci est que le cycliste sait qu'il doit faire son arrêt comme indiqué sur le panneau STOP. Pour celui qui ne le fait pas, il faut alors appliquer la loi et continuer la sensibilisation. Il ne faut pas ajouter un autre panneau ici et là. Un adage anglais dit : « If it's not broken, don't fix it ». Traduction libre : « Si ce n'est pas brisé, ne le répare pas ».
Pour ces raisons, je demande à notre Ville d'enlever ces panneaux et de faire confiance aux cyclistes et automobilistes et à leurs capacités de respecter la signalisation routière, en les laissant être courtois les uns envers les autres. Pour une complicité vélo-auto et le respect de la signalisation routière.
Jacques Dubois
Granby