Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Justin Trudeau
Justin Trudeau

Avoir le courage de finir son mandat

Article réservé aux abonnés
LA VOIX DES LECTEURS / Ainsi, Justin Trudeau jonglerait avec l’idée d’appeler les citoyens aux urnes sous peu.

Bien sûr, il a pesé l’urgence de poser un tel geste : le pays serait ingouvernable en raison de l’obstruction du Parti conservateur. Mais qu’en est-il réellement? Le Parti libéral a-t-il été empêché de voter des lois depuis trois ans? A-t-il été empêché de jouer son rôle sur la scène internationale? A-t-il été empêché de gouverner? La réponse est simple : non.

Un gouvernement, aussi minoritaire soit-il, peut gouverner, mais doit le faire avec tact, doigté et habileté. Le gouvernement a fait adopter près de quarante nouvelles lois depuis l’élection de 2019 et c’est sans compter celles de 2021. La Loi modifiant la Loi électorale du Canada de 2007 est très claire sur le fait que les élections doivent se tenir le troisième lundi d’octobre tous les quatre ans.

La seule raison pouvant justifier un accroc à cette loi est la chute du gouvernement provoquée par un gouvernement minoritaire, et c’est là que le bât blesse. Justin Trudeau et ses stratèges s’activent en ce moment à tirer les ficelles pour provoquer leur propre chute au moment « jugé opportun ».

Une élection fédérale coûte au bas mot 500 millions de dollars aux contribuables canadiens; c’est normal de dépenser une telle somme aux quatre ans, mais de doubler cette dépense pour satisfaire l’égo démesuré de certains politiciens, on peut raisonnablement s’y opposer, surtout quand on mesure l’ampleur des défis qui nous guettent après cette sombre période.

Puisque la Chambre ne peut être dissoute qu’après l’approbation du Gouverneur général, dont la fonction nous coûte plus de 60 millions de dollars par année, il faudrait peut-être que pour une fois, le représentant de la Reine au Canada joue vraiment son rôle et refuse au premier ministre la permission de tenir des élections pour des fins autres que le bien-être de la population, soit pour de la pure partisanerie politique.

Marc-André Blain

Sutton