Augmentation du coût d’un loyer

LA VOIX DES LECTEURS / Comment réagiriez-vous si votre propriétaire vous demandait une augmentation de 30 $, 40 $ ou 50 $ par mois pour votre loyer ? Vous trouveriez que c’est exagéré, n’est-ce pas ? Probablement que votre budget ne pourrait pas suffire et qu’il vous faudrait déménager.

C’est ce qui arrive à l’occasion dans des édifices à logements ou des résidences pour aînés construits récemment, puisque les propriétaires ont cinq ans pour augmenter leurs loyers sans que les locataires puissent avoir recours à la Régie du logement. Ce qui cause des surprises très désagréables.

Est-ce qu’on a pensé aux locataires ? Quand une personne aînée décide de quitter sa maison pour aller vivre en résidence privée pour personnes âgées, c’est qu’elle espère y finir ses jours sans tracas. 

Comme elle s’attend à une augmentation raisonnable, elle panique devant un tel montant. 

Que faire ? Elle se sent prise au piège.

Pour la très grande majorité, les moyens financiers ne sont pas là et la personne est obligée de trouver un autre endroit pour vivre selon ses moyens financiers, de déménager de nouveau et rapidement. Elle doit dire adieu aux personnes avec qui elle a établi des liens d’amitié. Quel stress ! Quel désappointement ! 

Les rêves s’envolent. Ce n’est pas bon pour le moral. C’est souvent même une cause de maladie.

Pour attirer la clientèle, c’est tentant pour les propriétaires de résidences neuves de demander un loyer plus bas, puisqu’ils savent qu’ils pourront l’augmenter rapidement durant cinq ans. Ce qui est un désastre pour les locataires. 

Pourquoi ce privilège ? 

La résidence est neuve, elle n’a donc pas besoin de réparations pendant quelques années. Il se peut qu’il faille faire des réajustements, mais cela devrait être minime.

Alors, pourquoi ne pas permettre aux locataires de se présenter à la Régie du logement dès la première année ? 

Si le propriétaire a de bonnes raisons d’augmenter les loyers, il le prouvera. Ainsi, le locataire en connaîtra les raisons et décidera pour son avenir en toutes connaissances.


Pauline Robert

Présidente de l’AQDR Granby