Allez hop, scalpel!

L'actuel premier ministre, à l'époque où il était ministre de la Santé et des Services sociaux, a décrété le bordel dans ce réseau. En fusionnant tous azimuts CH, CLSC, CHSLD, il a désorganisé un réseau. Sa trouvaille a dénaturé des missions. Entre autres, les personnes âgées sont devenues des patients: au diable les milieux de vie. ENSEMBLE, on s'occupe des vraies affaires: vive les milieux de soins. ENSEMBLE, on va guérir le vieillissement avec 600 millions de moins, comme l'a annoncé l'actuel ministre.
Le carnage n'est pas terminé. Un autre médecin, celui qui s'est octroyé quelques centaines de milliers de dollars, ne voulant pas être en reste avec son chef, enquête sur le trop-perçu de certains autres médecins. C'est la moralité à deux vitesses: la sienne bien à lui, et la rigueur pour les autres.
Le 7 juillet dernier, Arianne Lacoursière présentait la façon de s'occuper des vraies affaires. Les disciples d'Esculape, membres de ce gouvernement: les bons docteurs Couillard, Barrette et Bolduc sont les Elvis Gratton du scalpel, ils sont des maîtres. Un réseau à la dérive, 600 millions de compressions additionnelles, 30 % de moins pour les personnes handicapées. Ils voulaient s'occuper des vraies affaires, nous disaient-ils, il n'y a pas si longtemps. Nous les avons crus. Après les personnes âgées, les personnes handicapées; les blonds aux yeux bleus ou les frisés aux yeux noirs seraient-ils sur la liste des prochains à passer à la moulinette: surveillez-vous.
S'en prendre aux plus démunis est une façon de faire de la plupart des gouvernements, ici ou ailleurs. Pour la droite bien-pensante, c'est une évidence que les assistés sociaux, les chômeurs, les «pt'its vieux» grugent les finances de l'État. C'est le discours que nous répète à l'unisson le tandem Harper-Couillard. Ce sont les programmes sociaux qui mettent en danger les finances du Canada et du Québec, non les subventions et les avantages de toutes sortes aux petites, moyennes et grandes entreprises. Pauvres benêts que nous sommes; nous n'avons pas compris que ces subventions et avantages sont bons pour notre économie, surtout pour l'économie des mieux nantis.
Deux cent mille et quelques dollars pour leur collègue, c'est dans les normes, il respecte la loi. Trente pour cent de moins pour les ressources d'hébergement des personnes handicapées, ça ne fera que quelques itinérants de plus dans les rues. C'est ainsi que les vraies affaires sont réglées. Et nous ne sommes qu'au début du règne Couillard: à chacun sa paire de lunettes et sa réalité. Les prochaines élections ne sont qu'en 2018 au Québec, encore quatre ans. Par contre, nous pourrons indiquer la sortie à notre Canadian Prime minister dans quinze mois. La moitié de la «job» sera faite. Quoique, les Canadiens et le Québécois étant ce qu'ils sont, nous ne pouvons présumer de rien.
Les têtes à claques sont des clips d'animation humoristiques très populaires, mais ils auront d'ici peu de la compétition: les faces à claques. C'est Amir Kadir qui va être content; il pourra améliorer son lancer de «shoe claque» sur des bouilles bien de chez nous. Les bouilles québécoises valent bien celle de George W. Toujours est-il que les ressources d'hébergement pour les personnes handicapées se voient compressées de 30 %. Et nous pouvons présumer que ce n'est qu'un début. Les «pt'its vieux» en milieu d'hébergement subissent le même sort depuis des lunes, tous gouvernements confondus. Mieux vaut être riches et en santé que pauvres et malades, disait Deschamps. Au moins 1460 dodos avant de refaire un choix à la condition que ces bons docteurs n'ajoutent pas 365 dodos de plus, comme le permet la loi électorale.
Bernard Fournelle
Granby