Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Centre culturel Gonzague-Saint-Bris à Cabourg en France a été complété en 2019 au coût de 2,5 millions $. Il dessert une population de 3700 habitants en offrant des salles multifonctionnelles, une bibliothèque et autres services publics.  
Le Centre culturel Gonzague-Saint-Bris à Cabourg en France a été complété en 2019 au coût de 2,5 millions $. Il dessert une population de 3700 habitants en offrant des salles multifonctionnelles, une bibliothèque et autres services publics.  

À Sutton : rebâtir en mieux

Article réservé aux abonnés
LA VOIX DES LECTEURS / Tenons pour acquis que la vétuste bâtisse connue sous le nom de «Centre John-Sleeth» sera démolie et que le lot, d’une superficie de plus de 7700 mètres carrés, sera vacant.

Quelle belle perspective de développement immobilier pour répondre aux besoins des citoyens de la ville de Sutton. Enfin une perspective d’avenir et non pas la rénovation d’un vieux bâtiment en mauvais état et dont la valeur patrimoniale est très discutable.

Les citoyens de Sutton méritent un espace rassembleur, c’est-à-dire un endroit et un édifice qui les réunira souvent pour des activités familiales, communautaires, éducatives ou commerciales. Appelons, pour le moment, cet espace un «centre citoyen».

Je joins, à titre d’exemple, une image du Centre culturel Gonzague-Saint-Bris de Cabourg en France, construit en 2019 au coût de 2,5 millions $. Celui-ci dessert une population de 3700 habitants en offrant des salles multifonctionnelles, une bibliothèque et autres services publics.  

Tout d’abord, une salle intérieure multifonctionnelle : non seulement pour des spectacles, mais aussi pour des réceptions, des fêtes familiales, des commémorations, des événements privés ou publics.

Ce centre citoyen pourrait inclure une galerie d’art, une maison des jeunes, un musée, une salle d’enseignement, une bibliothèque municipale, un centre d’action bénévole et, pourquoi pas, un petit restaurant-terrasse loué en concession, ou d’autres espaces locatifs pour des activités commerciales.

Certains prétendent que la rénovation du bâtiment est la seule solution; mais ils ne tiennent pas compte de la réalité. Les citoyens de Sutton ne pleureront pas la disparition de ce vieux bâti qui a été négligé depuis au moins une trentaine d’années.

Les citoyens d’aujourd’hui n’ont pas à payer pour la négligence des autorités municipales antérieures.

Quel sera le coût de ce nouveau projet? Plusieurs millions de dollars qui seront financés par les trois paliers de gouvernement, les commanditaires et les citoyens. Une bonne étude de faisabilité nous le dira avec précision.

À défaut d’un sondage d’opinion de la ville auprès de ses citoyens, je serais heureux de recevoir vos commentaires.

Jean Marsolais

Sutton