À propos du salaire des médecins

Vendredi, j'ai lu dans La Presse les nombreuses doléances de la pauvre dame médecin qui se plaint qu'après un salaire brut de 210 000 $, il ne n'en reste plus qu'un maigre salaire net d'environ 70 000 $.
Ayant acquis en 1971 deux diplômes universitaires en sciences et en sciences de l'éducation, j'ai entrepris une carrière d'enseignant dans un Cégep. J'ai pu ainsi contribuer à former plus de six mille étudiants et étudiantes dans différents domaines. J'ai pris ma retraite après trente-quatre années d'enseignement.
Puis-je vous dire, Mme Moreau, qu'après toutes ces années, mon salaire brut n'atteignait pas encore les 60 000 $. Je ne veux surtout pas ici me plaindre, car je considère avoir un revenu décent comparativement au revenu annuel moyen au Québec. Il est vrai que j'ai pu accumuler un fonds de pension, auquel j'ai contribué, étant employé de l'État.
Vous dites ne pas avoir droit à beaucoup d'avantages sociaux, mais regardez votre salaire actuel et surtout, je vous demande de m'estimer quel sera votre salaire à la fin de votre carrière. Il n'y a pas un professionnel de la santé qui me fera pleurer sur son sort et vous n'êtes plus des dieux de notre société.
Yvon Lavoie
Granby