Mission [+] L'Union des municipalités du Québec

Petite-Rivière-Saint-François: la quiétude au naturel

Il en est tombé de la neige sur le Massif de Petite-Rivière-Saint-François depuis que Gérald Maltais a quitté son Lac-Saint-Jean natal pour s’y établir, il y a près de 40 ans. À son troisième mandat comme maire, l’homme a vu le village décliner, puis reprendre de la vigueur depuis l’annonce de l’ouverture, en 2020, du  Club Med Québec-Charlevoix». M. Maltais espère que le gouvernement aidera l’administration municipale à gérer une croissance annoncée.

«Déjà, nous constatons une réelle augmentation du trafic sur notre réseau routier. Il y a beaucoup plus de circulation. Nos routes sont en bon état, mais nous devons sensibiliser le gouvernement au flot de circulation qui continuera d’augmenter», dit le maire du village de 800 résidents, un nombre qui a déjà baissé à 700.

Si le taux de taxation est plus qu’avan­tageux, s’établissant à 58 cents du 100$ d’évaluation, la situation géographique du village, niché à flanc de montagne, à cheval sur le fleuve Saint-Laurent, fait toutefois augmenter la valeur des résidences. Les nouveaux arrivants sont souvent des retraités qui reviennent y couler des jours paisibles. Comme l’ensemble de la population, ils doivent toutefois planifier leurs moindres besoins.

Gérald Maltais, maire de Petite-Rivière-Saint-François


Regain d’intérêt
L’épicerie a fermé en 2017 et le poste d’essence le plus proche est à 20 km. La municipalité est prête à donner jusqu’à 75 000 $ pour aider à la relance d’un dépanneur, parce que le maire constate un regain d’intérêt envers Petite-Rivière-Saint-François. «Des promoteurs veulent construire des condos ou des chalets. Des centaines de terrains sont disponibles.»

www.petiteriviere.com