Électrium

Des musées pour tous les goûts

Hydro-Québec: un été électrisant? C’est ici et gratuit !

Saviez-vous qu’il est possible de visiter gratuitement 14 installations d’Hydro-Québec partout dans la province?

Il faut voir les 14 installations – centrales, centres d’interprétation et barrages – comme 14 chapitres d’un grand livre sur l’évolution économique du Québec. «En fait, chaque centrale résume une page de l’histoire de l’électricité»,  affirme Sylvie Laneuville, muséologue et historienne à Hydro-Québec. Les installations possèdent un centre d’interprétation et offrent des visites guidées. Les guides expliquent comment l’électricité est produite et se rend à la maison. Ils mettent aussi en contexte les étapes de construction et les choix architecturaux et font un lien avec l’environnement immédiat. Une visite s’impose et, ­surtout, amenez les enfants! 

L’Électrium: le centre scientifique

«L’Électrium, c’est notre centre d’interprétation le plus expérimental et scientifique», précise Sylvie Laneuville. Les visiteurs se familiarisent avec les multiples facettes de l’électricité, par exemple la tension, les circuits électriques et les champs magnétiques. La façon d’apprendre est ludique, interactive et imagée. Les enfants et les ados vont craquer pour l’anguille électrique, qui produit elle aussi de l’électricité, et le générateur de Van de Graaff dont les 400 000 volts d’électricité statique font dresser les cheveux sur la tête ! De plus, tous les lundis de l’été, des ateliers d’initiation aux sciences sont offerts gratuitement.

2001, rue Michael-Faraday
Sainte-Julie (Québec)

Centrale de Beauharnois: la vénérable 

La centrale de Beauharnois figure au rang des lieux historiques nationaux. Construite en trois phases, elle est la plus longue des instal­lations avec ses 36 groupes ­turbines-alternateurs alignés sur un kilomètre. C’est aussi la centrale au fil de l’eau la plus puissante d’Hydro-Québec. Maintes fois primée, son architecture art déco témoigne des années 1920 et d’une époque où l’électricité était une énergie de luxe. Aussi esthétique qu’élégant, le style art déco s’est imposé tout naturellement. «C’était dans l’air du temps», souligne Sylvie Laneuville. Le canal – 1 km de large par 24 km de long  – a été construit au pic et à la pelle de 1929 à 1932. Il est encore utilisé aujourd’hui pour joindre la voie maritime du Saint-Laurent.  

80, boul. de Melocheville
Beauharnois (Québec)

Centrale des Rapides-Farmer: du solide 

À Gatineau, tout près de Hull, la centrale des Rapides-Farmer se distingue par son originalité et sa solidité. En 1927, il aura fallu 1400000 briques, 2750 tonnes d’acier d’armature et de structure et 103000 mètres cubes de béton pour la construire de toutes pièces sur le bord de la rivière Gatineau. Tous les travaux ont été réalisés avant de dériver la rivière vers la centrale. Au cours de votre visite, rendez-vous au centre du groupe turbine-­alternateur et admirez le rotor de plus de 160 tonnes tournant ­au-dessus de votre tête. 

2740, rue Saint-Louis
Gatineau (Québec)

Aménagement Robert-Bourassa (Baie-James): le géant

Saviez-vous que la plus grande centrale hydroélectrique souterraine du monde se trouve à l’aménagement Robert-Bourassa? En effet, le barrage est aussi haut qu’un immeuble de 53 étages et la production atteint 7722 mégawatts de puissance! L’évacuateur de crues, appelé l’escalier de géant, compte dix marches équivalant chacune à deux terrains de football. Impressionnant!

Complexe Pierre-Radisson
66, avenue Des Groseilliers
Radisson (Québec)