Lilian Miner, alias Queen Lil, a tenu le Palace of Sin sur la frontière entre Glen Sutton, au Québec, et East Richford, au Vermont.
Lilian Miner, alias Queen Lil, a tenu le Palace of Sin sur la frontière entre Glen Sutton, au Québec, et East Richford, au Vermont.

Sur les traces de la prohibition dans Brome-Missisquoi

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
La région frontalière de Brome-Missisquoi est riche en histoires reliées à la prohibition. C’est d’abord le député de Brome, Christopher Dunkin, qui a fait adopter la Loi de tempérance en 1864. Puis, sa proximité avec l’État du Vermont en a fait une place de choix pour la contrebande d’alcool durant la prohibition américaine.

La MRC Brome-Missisquoi prépare un nouveau circuit patrimonial qui permettra de retourner à cette époque où l’alcool illicite coulait à flots et où les contrebandiers faisaient fortune.

La prohibition a fait son apparition en 1864 dans la région de Brome avec la « loi Dunkin », adoptée au Parlement du Canada-Uni et qui permettait aux municipalités de décider d’imposer ou non un régime sec. Les sociétés de tempérance, principalement formées de femmes, faisaient alors pression sur les gouvernements pour que l’alcool soit interdit. Elles arguaient que la boisson était à l’origine de bien des bagarres de rues et qu’elle nuisait au travail des hommes, en plus de les rendre violents.

« Les femmes n’ayant aucun droit à l’époque, les ligues de tempérances ont été la première chose qui leur a permis de se défendre », souligne l’historien consultant Laurent Busseau.

La loi Dunkin est devenue la loi Scott en 1878 sous le Canada confédéré. En 1898, le Québec a voté contre la prohibition à l’échelle du pays durant un référendum initié par le premier ministre canadien Wilfrid Laurier.

Toutefois, les municipalités pouvaient encore interdire la vente et la consommation d’alcool localement. Verdun, à Montréal, a appliqué la loi Scott pendant 45 ans. En 2010, l’arrondissement a fini par permettre les débits de boissons.

À sec dans Brome

Dès 1864, la plupart des municipalités anglophones et protestantes près de la frontière ont adopté le régime sec. Il était interdit d’y vendre et d’y consommer de l’alcool.

Au fil des ans sont apparus des comptoirs clandestins, dont le Bucket of Blood, construit en 1890 à Abercorn et dont il ne reste aujourd’hui plus rien. L’endroit a été le théâtre de bagarres et de meurtres.

Dans le village d’Abercorn, on trouvait au début du 20e siècle cinq hôtels. Parmi les établissements notoires, il y a aussi eu le bordel Palace of Sin, tenu par la femme d’affaires de Boston Lilian Miner, alias Queen Lil. Installé à cheval sur la frontière, à Glen Sutton et à East Richford, le bordel de trois étages comptait deux bars distincts, de chaque côté de la frontière, et permettait aux consommateurs de traverser du côté canadien lorsque les policiers américains débarquaient, et vice versa.

C’est une première opération concertée entre les autorités canadiennes et américaines qui mettra fin à ce lieu de débauche.

Naissance de la SAQ

La prohibition a été imposée aux États-Unis en 1920. La région de Brome-Missisquoi est alors devenue un lieu de contrebande important. Les Américains étaient nombreux à faire des voyages touristiques pour venir prendre un coup.

Le Palace of Sin, un bordel installé sur la frontière canado-américaine, permettait aux consommateurs de traverser d’un côté ou de l’autre de la ligne selon la provenance des policiers qui débarquaient.

Par train — qui s’arrêtait même devant le Palace of Sin avec le fameux « The $10 Drunk Ticket » —, en voiture et même à pied, les Américains allaient à Abercorn, Sutton et Frelighsburg pour commander une « soupe », le nom pour désigner un verre d’alcool.

C’est que les municipalités frontalières étaient toujours au régime sec. Elles pouvaient encore en interdire la consommation.

Les commerçants ne pouvaient pas non plus vendre de l’alcool. Créée en 1921, seule la Commission des liqueurs, aujourd’hui la SAQ, pouvait le faire.

« Il y avait quand même du trafic d’alcool aux frontières durant cette période parce que l’alcool avait été produit en dehors de la Commission des liqueurs, explique M. Busseau. C’est une période complexe. »

Des histoires surprenantes

La production illégale de whisky de patates et d’alcool frelaté a permis de faire fleurir le crime organisé. La violence était fréquemment utilisée. Les histoires de règlements de comptes et de meurtres foisonnaient, au même titre que les aventures des contrebandiers face aux douaniers et aux policiers.

Par exemple, un trafiquant de Frelighsburg revenait des États-Unis la voiture criblée de balles, des marques qu’il tentait tant bien que mal de cacher. De l’ammoniac dans le silencieux des voitures blindées permettait aux contrebandiers d’échapper aux policiers à moto grâce au nuage produit.

La criminalité rongeait aussi la compagnie de chemin de fer qui fermait les yeux sur le transport illicite d’alcool vers les États-Unis. Le Canadian Pacific Railway a congédié William Smith, un agent de la station de Sutton et membre d’une société de tempérance, après qu’il ait été victime d’une tentative de meurtre. Ses actions contre les contrebandiers avaient été découvertes.

L’un des plus célèbres gangsters américains, Al Capone, a même contrôlé le trafic d’alcool sur le lac Champlain avec son homme de confiance Conrad Labelle.

Rares sont les bâtiments directement liés à la prohibition qui sont encore debout. Il ne reste plus aucun hôtel à Abercorn, la gare de Sutton Junction est fermée et les traces du Palace of Sin ont disparues.

Il existe encore quelques tourelles, installées sur des bâtiments, qui servaient à venir voir les raids des autorités.

La maison de ferme sur le Domaine Pinnacle, à Frelighsburg, est coiffée d’une tourelle qui aurait servi à surveiller la frontière durant la prohibition.

La maison de ferme sur le Domaine Pinnacle, à Frelighsburg, est coiffée d’une tourelle octogonale qui, croit-on, servait à surveiller la frontière.

De plus, le palais de justice de Cowansville abritait autrefois la prison Sweetsburg, où ont été enfermés des contrebandiers et où des meurtriers ont été pendus.

+

DIX GRANDES SOUS-THÉMATIQUES

La prohibition a eu un impact important dans la région de Brome-Missisquoi, plus particulièrement dans les villages près de la frontière. C’est pourquoi ces années d’histoire ont été choisies pour développer un nouveau circuit patrimonial par la MRC Brome-Missisquoi.

« Ça fait quelques années qu’on veut faire un circuit patrimonial plus régional, explique Rémi Jacques, conseiller en développement touristique au Centre local de développement de Brome-Missisquoi. La prohibition est un thème particulièrement riche dans notre région avec toutes les histoires qui y sont reliées. »

Dix grandes sous-thématiques ont été identifiées avec l’aide de l’historien consultant Laurent Busseau. La forme du circuit n’est pas encore coulée dans le béton, mais ces thématiques pourraient faire l’objet de capsules audio et de panneaux informatifs installés à dix endroits. Un site web et un dépliant seront aussi développés.

Un lien sera notamment fait avec la production d’alcool sur le territoire, que ce soit des alcools forts, du vin, des cidres ou de la bière, un moteur économique important pour la région.

La majorité des éléments seront prêts à être présentés au public l’été prochain. Le circuit se concentrera surtout autour des municipalités de Saint-Armand, Frelighsburg, Abercorn, Dunham et des villes de Lac-Brome, Sutton et Cowansville.

La MRC et le CLD Brome-Missisquoi peuvent compter sur une aide financière du Champlain Valley National Heritage Partnership pour la réalisation du projet.

 L’an dernier, l’organisme avait lancé un appel de projets sous le thème de la prohibition. Brome-Missisquoi y a appliqué et a reçu 7500 dollars américains.

En plus de cette subvention, le circuit pourra profiter du renouvellement de l’entente culturelle avec le gouvernement du Québec. Pour le projet total, dont le coût est estimé à 30 000 $, le Ministère de la Culture et des Communications versera 7500 $.