Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Stéphanie Boulay
Stéphanie Boulay

Deux nouveaux profs à l’École de la chanson

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Le corps professoral de l’École nationale de la chanson de Granby s’enrichit de deux nouveaux visages connus cette année. Stéphanie Boulay et Sarah Bourdon joignent l’équipe. Avec un bonheur évident.

«J’avais déjà donné des ateliers et des master classes, mais c’est la première fois que j’enseigne dans un établissement officiel, confiait la moitié des Soeurs Boulay jeudi en fin de journée. Je termine mon premier cours et je suis gonflée d’énergie. Je me sens tellement utile! Ça me fait renouer avec une partie ludique de moi que j’avais oubliée depuis longtemps. Là, c’est de la création au sens le plus pur et dénué des considérations mercantiles du métier. On rencontre des artistes et on les aide à trouver le noyau de leur créativité.»

L’autrice-compositrice-interprète et autrice remplacera Frédéric Baron pour la prochaine session à raison d’une journée par semaine. Malgré sa carrière et son expérience, elle raconte avoir abordé l’entrevue pour le poste avec beaucoup d’humilité. «J’étais super stressée, j’avais les mains moites et je me sentais comme une petite fille!» Sa bienveillance et son ouverture ont semblé impressionner la direction dans son choix de lui confier le volet «Paroles et musique».

«Mon but avec les étudiants, c’est de peler le superflu et creuser dans leur tête et leur coeur pour voir leurs couleurs et ce qui n’appartient qu’à eux. Honnêtement, je suis vraiment impressionnée par leur calibre. J’ai vu là des gens avec beaucoup de potentiel.»

Sarah Bourdon

Un bagage intéressant pour l’école

Sa nouvelle collègue, Sarah Bourdon, est catégorique : «Je vais m’y plaire, c’est certain! On est très chanceux de pouvoir sortir de chez soi pour faire de la musique et travailler sur place.»

La jeune femme qui donne depuis quelques jours le cours «exploration et technique vocales» a elle aussi un CV bien garni. Elle a écrit, endisqué, fait de la tournée, enseigné et joué le rôle de pigiste pour d’autres artistes. On la voit régulièrement comme choriste à la télévision, où elle aussi conceptrice et recherchiste musicale.

Elle souhaite que ses protégés profitent pleinement de son expérience des dernières années. «Je veux leur faire voir toutes les possibilités dans le domaine. Je veux qu’ils soient outillés pour avoir un plan A, plan B, plan C, qu’ils sachent tout ce qu’ils peuvent faire. Comme j’aurais aimé qu’on me l’expose quand j’étais à l’école.»

Pour le directeur de l’École, Bruno Robitaille, l’arrivée de ces deux artistes représente une réelle valeur ajoutée. «Ce sont deux autrices-compositrices-interprètes actives dans le milieu. En plus du cursus, elles apportent leur bagage professionnel. Ce sont de très bons acquis. Et ça amène une diversité hyper intéressante», dit-il en soulignant que l’une comme l’autre a dû se soumettre à un rigoureux processus de sélection avant de joindre l’équipe.