Charles-Olivier Côté et Charles Gagné se sont faits les porte-paroles du groupe qui organise la semaine Zéro déchet à l’école J.-H.-Leclerc de Granby, fin avril. L’objectif : changer les habitudes des élèves qui n’ont accès qu’à une petite poignée de bacs bleus.

Une semaine à voir bleu et à penser vert

Québec souhaite vider les poubelles de toutes matières organiques putrescibles d’ici 2020. Pour participer à l’atteinte de ce noble objectif, une classe de cinquième secondaire de l’école J.-H.-Leclerc de Granby organise une semaine Zéro déchet fin avril. Pendant cinq jours, le groupe sensibilisera ses pairs aux avantages du recyclage et du compostage. Une lourde tâche, sachant que l’école de plus de 1000 élèves compte une toute petite poignée de bacs bleus...

« Ça va être une grosse job, mais on veut faire changer les choses », insiste Charles Gagné, un élève du groupe inscrit à l’option Jeunes Entrepreneurs. Ils sont une trentaine.

« On veut que ce soit clair pour tout le monde ! », insiste le grand gaillard.

Ainsi, du 23 au 27 avril, au lendemain du Jour de la Terre, toutes les poubelles — et elles sont très nombreuses —, seront éliminées du décor à J.-H.-Leclerc. Cinq « stations » seront mises en place dans autant de secteurs de l’école : à l’entrée de la place publique, à la cafétéria, à deux points précis dans les casiers et au gymnase. À chaque endroit, des élèves du groupe à l’origine de cette activité de sensibilisation seront présents pour fournir information et explications. Par exemple, les petites boîtes de jus en carton sont-elles recyclables ? « Oui, dit le jeune homme, mais pas la paille. Elle, elle va à la poubelle. Et les bouteilles d’eau en plastique, elles se recyclent, mais il faut enlever le bouchon. Les deux vont au recyclage, mais ils doivent être séparés. On va apprendre ça à tout le monde. »

« C’est difficile d’implanter de nouvelles habitudes dans une seule semaine, mais on pense que c’est faisable, croit-il. Le secret, c’est de commencer jeune à recycler et à composter. C’est comme le hockey ! Quand tu commences à 5, 6 ans, t’es meilleur. »

Pour que, justement, les habitudes de recyclage et de compostage se perpétuent entre les murs de l’établissement, le groupe entend léguer les grandes lignes de son projet à ceux qui le suivent.

« Au bout de la semaine, on va produire un cahier de bord, explique Charles-Olivier Côté. Comme ça, l’an prochain, ou plus tard, si un groupe veut tenter l’expérience sur un mois ou encore si un élève du PEI veut s’en inspirer pour son projet personnel, ils auront l’information. »

« On veut vraiment implanter le concept dans la tête des jeunes, ajoute Charles. Surtout que bientôt l’école accueillera du secondaire un à cinq. Après, on souhaite que ça se propage dans les autres écoles, dans toute la commission scolaire et à la grandeur de la province ! La Terre va mal, il faut faire quelque chose. C’est notre avenir qui en dépend. »

D’ici à la semaine Zéro déchet, le groupe fera une tournée des classes pour les informer de leur démarche verte. Un courriel sera aussi envoyé aux parents pour les inviter à — s’ils les font toujours — envoyer des lunchs exempts de déchets. « On va préparer le monde ! », souligne Charles en riant. Une rencontre a déjà eu lieu avec les gens qui gèrent la cafétéria. Des sacs et ustensiles compostables pourraient y être proposés durant cette semaine.