Gabriel Nicol, 16 ans, teste les installations du nouveau circuit de parkour avancé avant que celles-ci ne reçoivent leur coup de pinceau final.

Une nouveauté n’attend pas l’autre

À l’image de sa clientèle qui grouille sans cesse, le Motion Parc évolutif de Granby progresse et se diversifie. Cet automne, des cours réguliers s’ajouteront à l’offre initiale du centre récréatif. D’ici là, jeunes et moins jeunes pourront enfin s’élancer dans la très attendue section de parkour plus avancée.

« Quand est-ce qu’on va pouvoir y aller? », demande l’un des jeunes attroupés devant la section de parkour avancé. Tous regardent envieusement Gabriel Nicol, le deuxième plus jeune employé du Motion Parc évolutif, faire une brève démonstration dans les nouvelles installations encore fermées au public.

«Très bientôt!», répond Patrick St-Laurent, copropriétaire du centre récréatif. Il manque seulement quelques coups de pinceau, puis la section en construction depuis l’ouverture du Centre, il y a quelques mois, pourra enfin être inaugurée.

Cette nouvelle structure s’ajoutera à l’offre déjà très diversifiée du Motion, qui inclut des jeux interactifs, une fosse de cubes de mousse pour les sauts, des circuits de Ninja warrior et de parkour.

«On ne veut pas juste être un centre récréatif, on veut aussi être capable de faire évoluer des athlètes», explique M. St-Laurent.

À cet effet, le lieu emploiera une kinésiologue dès l’automne, en plus de proposer plusieurs cours réguliers dont certains seront dispensés par Gabriel Nicol, 16 ans.

FORMATEUR DE TALENT
Si l’âge du jeune homme peut surprendre, les copropriétaires du Motion ne s’inquiètent pas le moins du monde de la qualité de son enseignement. Celui-ci est employé par le Centre depuis l’ouverture, et il offre déjà des cours à la carte. La prise en charge de cours réguliers était, dans son cas, la suite logique.

Patrick St-Laurent, copropriétaire du Motion Parc évolutif.

« Pour le premier cours offert par Gabriel, on n’a même pas eu à lui dire comment faire. Il interagissait facilement avec les jeunes et les mettait tout de suite à l’aise. À 16 ans, ça m’impressionne vraiment !», lance Judith St-Laurent, copropriétaire du Motion et sœur de Patrick St-Laurent.

M. St-Laurent souligne, quant à lui, le caractère calme et sans prétention de Gabriel, qui se transforme pourtant « en vrai athlète » dès qu’il bouge.

L’adolescent, qui a exécuté son premier backflip à huit ans, a fait de la gymnastique pendant plusieurs années avant de goûter au parkour. Celui qui aspire à devenir cascadeur indique avoir trouvé dans ce sport la liberté de mouvement qu’il recherchait.

D’ailleurs, afin d’explorer le potentiel infini du parkour, M. St-Laurent annonce que des montages spéciaux de modules seront proposés durant les cours, à l’occasion.

«C’est vraiment le fun, l’éventail de difficultés qu’on peut aller chercher avec les installations! », renchérit-il.

AUSSI POUR DÉBUTANTS
En plus des formations plus avancées, le centre récréatif offrira des cours d’initiation ainsi que des cours parent-enfant.

Mme St-Laurent se dit particulièrement fière de cette nouveauté, car elle estime que cela permet de se sortir de la routine où les parents «droppent» leurs enfants pour revenir les chercher plus tard.

« Avant, le seul cours où les parents pouvaient participer avec leur enfant, c’était en natation avec les tout-petits. Je suis moi-même maman, et je trouve qu’il manquait cette possibilité d’avoir de la complicité avec notre enfant pendant un cours», indique la copropriétaire.

Comme si l’ouverture de la nouvelle structure et le début des cours ne suffisaient pas, les propriétaires du Motion promettent que d’autres annonces s’ajouteront au courant des prochaines semaines. À suivre...