Jean Béland a réussi ce qui pourrait sembler un exploit aux yeux de plusieurs. Il a notamment mémorisé 180 chiffres en une dizaine de minutes, ainsi qu’un jeu de cartes complet en moins de cinq minutes.

Une mémoire à toute épreuve

Jean Béland, mieux connu comme le «boss des maths» est maintenant Champion québécois de la mémoire. Après avoir remporté le titre de Champion canadien du calcul mental, le Granbyen vient de recevoir un nouveau titre lors d’une compétition qui se tenait à l’Université Laval, à la mi-mars.

Il s’agit d’un second titre prestigieux pour celui qui, de son propre aveu, n’espérait pas un tel résultat. «Honnêtement, je ne m’attendais pas tellement à gagner. Ma force, c’est vraiment les calculs mentaux, alors je ne m’attendais pas tellement à finir en première position», avoue-t-il bien humblement.

Sport mental
S’il fait preuve d’humilité, Jean Béland a réussi ce qui pourrait sembler un exploit aux yeux de plusieurs. Il a notamment mémorisé
180 chiffres en une dizaine de minutes, ainsi qu’un jeu de cartes complet en moins de cinq minutes. Ce genre de tournoi, encore méconnu du grand public, est considéré comme un «sport mental» par les organismes qui le chapeautent. « Ce ne sont pas de grosses compétitions, précise Francis Blondin, l’un des bénévoles au sein de l’organisation. On essaie d’intéresser le maximum de gens, mais il y a environ une douzaine de personnes qui compétitionnent dans la même catégorie que Jean. Par contre, même si toute la population du Québec avait participé, il y a des fortes chances qu’il soit ressorti gagnant.»

M. Béland a une mémoire phénoménale, mais surtout une discipline de fer. L’une de ses méthodes pour la mémorisation est celle du «tunnel de la mémoire». Il s’agit d’une façon de mémoriser des informations, comme des chiffres ou des mots, en ordre chronologique.

Méthode
M. Béland n’a pourtant pas de super pouvoirs. Derrière ces exploits se cachent un talent naturel. Une mémoire phénoménale, mais surtout une discipline de fer. L’une des méthodes privilégiées par M. Béland est celle du « tunnel de la mémoire ». Il s’agit d’une façon de mémoriser des informations, comme des chiffres ou des mots, en ordre chronologique.

«En fait, ce sont des séquences de points précis auxquelles on accède toujours dans le même ordre, explique-t-il. On peut, par exemple, se référer à un lieu physique que l’on connaît bien. Pour moi, c’est la maison de mon enfance. En connaissant bien le lieu en question, on peut associer à chaque pièce ou élément une case que l’on souhaite retenir.»

Si la technique permet de retenir l’ordre chronologie, il reste tout de même à celui ou celle qui l’utilise de retenir les éléments en soi.

«J’utilise des codes pour les cartes ou les chiffres en les associant à des images ou des actions. Pour une série de cartes, c’est toujours une personne, une action», explique-t-il, en prenant en main le jeu de cartes dont il se sert pour s’entraîner.

«Le roi de carreau, le six de cœur et le huit de trèfle. Pour moi, ça signifie, par exemple, Rambo déboule dans les escaliers », illustre-t-il. Une fois maîtrisées, les deux techniques sont d’une efficacité redoutable, mais nécessitent beaucoup de discipline. «Je pratique toutes les semaines, dit-il. J’essaie de faire deux jours consécutifs, puis de prendre une journée de congé. Quand je fais mon cardio, j’en profite également pour me pratiquer dans ma tête.» Jean Béland est un amateur de compétitions, mais il devra patienter avant de défendre ses titres. Il entend participer de nouveau au Championnat canadien de calcul mental qui aura lieu en septembre prochain.

Il aimerait également prendre part, en 2020, au Championnat mondial de calcul mental qui se tient tous les deux ans en Allemagne.
« Ce sont des gens qui sont vraiment de haut niveau, lance-t-il. C’est un peu comme les Olympiques pour moi. J’ai les capacités pour y aller, mais je pense que je finirai en milieu de peloton...»

En attendant, le champion prévoit maintenir sa routine d’exercices au courant de l’été tout en continuant de préparer les conférences qu’il donne dans les écoles aux élèves du secondaire.