Katie Dufresne, intervenante, Patricia Salhuana, adjointe administrative, Sophia Cotton, coordonnatrice, et Josée Stébenne, intervenante chez Entr’Elles.

Une halte-crise dédiée aux femmes

Entr’elles offre une aide unique et nécessaire aux femmes. Par exemple, en cas de trauma, de chocs post-traumatiques, de situations sociales difficiles ou de détresse psychologique, un service d’hébergement et d’intervention d’urgence, la Halte-crise, est là pour elles.

« Il ne faut pas penser que la halte n’est réservée qu’aux femmes en grande difficulté, ce n’est pas le cas. Ça s’adresse à Madame Tout-le-monde. Aux femmes de tous les milieux. C’est important que les gens le sachent », insiste la coordonnatrice de l’organisme, Sophia Cotton.

Depuis une trentaine d’années, Mme Cotton se dédie au bien-être des femmes. Ayant commencé comme intervenante chez Entr’elles, il y a 30 ans, elle occupe désormais le poste de coordonnatrice, tout en continuant de s’impliquer auprès de celles qu’elle nomme « les participantes ».

« Les femmes ne sont pas des clientes ou des patientes », souligne-t-elle.

Mme Cotton, ainsi que les autres intervenantes qui travaillent en travail social, en toxicomanie et en éducation spécialisée, offrent ainsi des interventions personnalisées par des rencontres individuelles, de groupe ou par divers ateliers. L’égalité, rappelle la coordonnatrice, c’est ce qui prime toujours. « Travailler avec les femmes, c’est travailler à sa propre cause. Je suis d’abord une femme, comme elles. »

Hébergement et Halte-Crise

Un séjour à la Halte-Crise peut durer entre 24 et 72 h, mais cela peut s’étendre jusqu’à 14 jours. Il n’existe aucune mauvaise raison pour bénéficier de ce service. Les intervenantes adapteront la durée de l’hébergement et les rencontres quotidiennes selon les besoins de chacune. Ayant prodigué aux femmes pas moins de 534 nuits et répondu à 1 765 demandes d’aide en un an, Halte-Crise tient à ce que son adresse et son numéro de téléphone ne soient pas confidentiels, afin que toutes l’aient sous la main en cas de besoin. Halte-Crise est située au même endroit que Le Passant, soit au 436, rue Horner, qui lui, offre également un hébergement, mais pour les hommes. Bien sûr, les hommes et les femmes sont séparés et ne profitent pas des mêmes heures de repas.

La coordonnatrice du Centre pour femmes Entr’elles de Granby, Sophia Cotton.

Se déposer
La mission de la Halte-Crise est de procurer un hébergement sécuritaire aux femmes ayant besoin de « se déposer », de se protéger. Aux femmes en recherche de paix. Quatre lits sont disponibles. L’organisme s’en réserve un supplémentaire, selon une entente de service avec l’Hôpital de Granby, la garde psychosociale et le Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska. « Ce n’est pas rare que ces femmes aient réussi à s’en sortir tout le temps et que là, tous les mécanismes qu’elles avaient ne fonctionnent plus. Elles perdent leurs repères et c’est le désespoir », explique Sophia Cotton, tout en citant des statistiques alarmantes. « Soixante-dix pour cent des femmes sont à risque suicidaire, note le Centre de crise du Québec. Quinze pour cent de nos participantes sont sans domicile fixe et 15 % affirment avoir été victimes de violence sous une forme ou une autre. »

Services et ateliers
Non seulement Entr’elles offre ce service d’hébergement, d’écoute et d’entraide, mais des ateliers et des discussions y sont aussi dispensés. « Les femmes vont cheminer beaucoup plus rapidement au niveau du groupe, car elles sont capables d’échanger avec d’autres qui ont le même vécu. Ça les amène à briser l’isolement », enchaîne Sophia Cotton.

D’ailleurs, pour la Journée internationale des droits de la femme, le 8 mars dernier, des intervenantes ont présenté un spectacle de théâtre montrant des saynètes de la vie quotidienne de femmes évoluant dans un certain environnement. Entr’elles se veut ainsi solidaire et épanouissant, en plus de se donner comme mandat d’informer les femmes que ce soit par rapport à la toile sociale, les rôles et les pressions qu’elles peuvent subir dans la société.

« Entre femmes, naturellement, on se préoccupe des autres », indique Mme Cotton.

Il reste encore quelques places pour les divers ateliers proposés ce printemps.

La carte de membre est 10 $ et les ateliers sont 25 $. Le service de Halte-Crise est disponible 24 h/7, au 450-375-0487, au coût de 5 $ par jour.

Rendez-vous sur le site centredefemmesentrelles.org pour plus d’information.