Marie-Maude Guertin, enseignante en anglais, a raconté aux élèves ses voyages en vélo-camping avec ses enfants. Pour l’occasion, elle avait apporté tout son matériel.

Une école, des passions

Mercredi dernier, Maude Desbiens, une élève de cinquième secondaire à l’école secondaire J.-H.-Leclerc de Granby, a passé une partie de la pause du midi vêtue d’un habit de pompier. Un vrai. Une chance inouïe qui a consolidé son désir de pratiquer ce métier plus tard. Cette joyeuse opportunité s’est présentée à la jeune fille dans le cadre du premier Salon des passions où des employés de l’établissement se sont présentés aux élèves sous un autre jour.
Maude Desbiens et son amie Jessica Ouellette ont eu la chance d’essayer l’uniforme que portent les pompiers en service. Elles sont accompagnées ici du concierge qui passait par là, Pierre-Luc Bernier.

« L’école est remplie de gens passionnés », souligne Patrice Gagnon, enseignant de français et responsable de l’animation. En compagnie de Marjolaine Blanchard et de Joël Mailloux, deux autres profs, il a mis sur pied cette activité spéciale. Une première.

« Ça permet aux élèves de voir les profs différemment, poursuit M. Gagnon. Ça leur dit aussi ‘ayez des passions’ et ‘ouvrez-vous aux autres, à de nouvelles expériences’. »

Ainsi, les élèves ont découvert, entre autres qu’Hélène Brodeur, technicienne en travaux pratiques à l’école, agit comme pompière rattachée à la caserne de Saint-Paul-d’Abbotsford lors d’incendies. Qu’Hugo Leclerc, enseignant en adaptation scolaire, devient BigFoot lors de combats de lutte les week-ends, et qu’Amélie Loyer, enseignante en art, fabrique des bijoux à partir de morceaux de fragments de coquilles de moules bleues dans ses temps libres.

« Quand un enseignant présente un aspect plus personnel de sa vie, ça permet aux élèves de développer un sentiment d’attachement qui apporte plus de respect et d’écoute en classe par la suite », fait remarquer Patrice Gagnon. 

« Ça ouvre aussi à la discussion, ajoute Marjolaine Blanchard. On enseigne, oui, mais on fait aussi plein d’autres choses dans notre vie ! »

« La vie d’un prof, c’est souvent abstrait pour un élève, reconnaît Amélie Loyer, qui gère sa petite entreprise de création de bijoux et de toiles à partir de ''trésors'' échoués sur la grève. On est parfois comme des meubles ! Mais nous avons diverses passions à l’extérieur de l’école. Moi, mon processus est intimement relié à mon obsession du fleuve. »

Comme tous les exposants rencontrés sur place, Mme Loyer applaudissait l’initiative de ses collègues. « C’est génial ! », a-t-elle mentionné.

« Ça permet aux élèves de nous voir sous un autre angle et, à nous, de créer des liens avec des élèves à qui on n’enseigne pas », souligne pour sa part Marie-Maude Guertin. La mère de famille, qui enseigne l’anglais aux jeunes inscrits en XFP (exploration de la formation professionnelle), a partagé sa passion pour le vélo-camping avec photos, cartes et matériel à l’appui.

Hugo Leclerc, qui trouvait également très bonne cette idée de Salon des passions, a été l’un des premiers à s’inscrire en tant que « passionné ».

Pour l’occasion, le lutteur avait apporté son costume et des photos de lui en action qu’il autographiait pour les jeunes qui venaient entendre son histoire. « Plusieurs ne savent même pas qu’il y a de la lutte à Granby ! , a dit BigFoot en riant. C’est l’fun que les élèves nous voient sous une autre facette. »

Devant le succès de l’événement, il n’est pas exclu que celui-ci devienne une tradition entre les murs de l’école J.-H.-Leclerc.

Les organisateurs de ce premier Salon des passions à l’école J.-H.-Leclerc, les enseignants Patrice Gagnon, Marjolaine Blanchard et Joël Mailloux.