Pour permettre à son fils Maddox de s’amuser dehors, à la maison, Karine Lafrenière a imaginé l’aménagement d'une partie de la cour arrière de la résidence familiale.

Une cour sur mesure pour Maddox

Son système immunitaire déficient l’exposant à plusieurs maladies, le petit Maddox ne peut pas se rendre au parc. Pourtant, rien n’amuse autant le garçonnet que d’aller jouer dehors. Sa mère, Karine Lafrenière, a donc décidé de lui créer un parc sur mesure, chez lui. Et pour offrir à son fils une cour de rêve, la Farnhamienne mise sur la générosité de la communauté.

Âgé de trois ans, Maddox ne l’a pas eu facile. À sa naissance extrêmement prématuré, le garçon ne pesait qu’une livre et deux onces; on a dû le réanimer, en plus de lui faire subir cinq transfusions. Il a par la suite survécu à plusieurs arrêts respiratoires et a été placé sous un respirateur artificiel pendant près de quatre semaines avant d’être intubé et placé sous lunette nasa pendant plus de dix mois.

Le bambin conserve aujourd’hui des séquelles de ses premiers jours difficiles. En plus d’être atteint de bronchodysplasie pulmonaire sévère, d’asthme sévère et d’une dysphagie à risque d’aspiration, qui l’oblige à se nourrir d’aliments mous ou friables, Maddox souffre d’hypogammaglobulinémie profonde avec diminution des lymphocytes B et B+ mémoires et de neutropénie et leucopénie par intermittence; cela signifie que le corps du petit ne produit pas suffisamment d’anticorps pour le protéger des microbes et des bactéries.

Sa condition particulière fait en sorte que l’enfant, qui reçoit chaque semaine un transfert de produit sanguin sous-cutané, ne peut fréquenter une garderie et certains lieux publics en raison des risques de contamination qui pourraient mettre sa santé en péril. «Il n’a pas pu se faire d’amis et il ne peut pas aller jouer avec d’autres enfants, surtout ceux qui ne sont pas vaccinés», explique Mme Lafrenière.

Généreux dons
Pour lui permettre de s’amuser dehors, à la maison, la jeune mère monoparentale a imaginé l’aménagement d’une partie de la cour arrière de la résidence familiale. Au fond du terrain qui devra être excavé, mis à niveau, tourbé et clôturé, on trouvera une petite piste de course sur laquelle Maddox pourrait rouler avec sa voiturette à batteries, autour d’un module de jeux qui lui permettrait aussi de s’amuser. Plus près de la résidence, un jeu d’eau rafraîchira le garçon, qui pourrait se reposer à l’ombre d’un gazebo.

La jeune maman le reconnaît; son projet est ambitieux. Bien qu’elle n’en ait pas évalué les coûts, le tout pourrait valoir plusieurs milliers de dollars.

C’est d’abord vers une fondation œuvrant auprès des enfants malades que Mme Lafrenière s’est tournée ce printemps. Ayant jugé sa demande trop grande pour un seul enfant, on a refusé son projet. «Ça m’a fait de quoi, se rappelle-t-elle. Je me sens mal de demander, mais c’est pour mon fils, pour qu’il puisse avoir du plaisir malgré sa condition. Il ne peut pas aller au parc, il ne peut pas jouer avec les beaux jouets à la garderie... Je veux qu’il puisse bouger dans un environnement sécuritaire.»

Mme Lafrenière a imaginé l’aménagement d’une partie de la cour arrière de la résidence familiale en fonction des goûts de son fils.

Quand l’aménagement de la cour sera réalisé, Karine Lafrenière compte procéder à une inauguration officielle pour marquer le coup.

La Farnhamienne s’est donc retroussé les manches et a sollicité elle-même des entreprises susceptibles de lui donner un coup de main. Déjà, quelques-unes ont répondu positivement à sa demande. Une compagnie de l’Ohio, aux États-Unis, lui fera don d’un jeu d’eau; l’entreprise bromoise Excavations G.A.L. a offert d’excaver le terrain; enfin, ProÉco Extermination, de Granby, traitera le terrain pour éliminer la présence de tiques.

En guise de remerciement, la mère compte bien mettre en valeur les logos de ses commanditaires. Ils seront en effet affichés tout autour de la future piste de course, à la manière d’un Grand Prix.

L’été dans la mire
Mme Lafrenière est toujours à la recherche d’aide pour clôturer le terrain et le tourber, de même que pour asphalter la petite piste. Il lui manque aussi le module de jeu, le gazebo et le mobilier extérieur pour compléter l’aménagement du parc qu’elle décorera elle-même à l’image des Bagnoles, film fétiche de Maddox.

Par l’entremise de la plateforme GoFundMe et des réseaux sociaux, Mme Lafrenière espère réunir l’argent nécessaire pour financer ce qui restera à faire. Elle aimerait que les travaux soient complétés durant la première moitié de la belle saison, afin que «Maddox puisse en profiter cet été et à l’automne».«Le plan est accroché sur un mur et on le regarde souvent ensemble. Déjà, Maddox rêve de jouer dans sa cour», raconte sa mère.

Quand l’aménagement de la cour sera réalisé, Karine Lafrenière compte procéder à une inauguration officielle pour marquer le coup. Et pour montrer à tous ceux qui auront contribué à réaliser le rêve de Maddox que le sourire d’un enfant heureux est le plus beau des cadeaux.

Il est possible de communiquer avec Mme Lafrenière à l’adresse suivante: 

karinemorin85@gmail.com