La troupe amateur Atelier théâtre en répétition pour la présentation de La veuve noire, en mai.

Un théâtre toujours bien vivant

Le théâtre est bien vivant à Granby. Avec le Théâtre de l’Ancien presbytère, les troupes professionnelles qui performent au Palace, l’art dramatique enseigné dans les écoles et les matchs d’improvisation, cet art a toujours sa place dans la vie des gens. La troupe amateur l’Atelier théâtre le prouve bien en allant chercher l’intérêt des 55 ans et plus depuis maintenant 26 ans.

Encore aujourd’hui, cette troupe compte environ 35 membres qui travaillent tant sur la scène que dans les coulisses, ce qui la rend autosuffisante. À l’invitation du président de la troupe, Hubert Lebrun, pour souligner la Journée mondiale du théâtre le 27 mars, Le Plus a assisté récemment à une répétition de la pièce La veuve noire, qui sera présentée début mai.

Le plus jeune membre n’a pas 55 ans, mais il est le pionnier de la troupe. Présent depuis 26 ans, au départ en tant que coiffeur, il est aujourd’hui metteur en scène. Toujours coiffeur, Stéphane Therrien peut se permettre de prendre congé deux matins par semaine pour les répétitions.

Attentif, il assiste à la répétition et donne quelques instructions. Il arrête les comédiens amateurs lorsqu’il y a un détail à changer. Il se repose sur Aline Goulet, postée derrière un lutrin sur lequel repose le texte, lorsqu’il doit revenir en arrière dans les dialogues.

Il met en scène les pièces de la troupe depuis maintenant cinq ans, mais il a occupé tous les rôles au fil des ans. « J’ai vu la troupe changer, évoluer, grandir, passer par toutes les émotions par lesquelles une troupe peut passer », dit-il.

Certains sont sortis de leur timidité, se sont émancipés à travers les paroles, la personnalité et la posture d’un personnage. D’autres ont costumé ou maquillé les comédiens. Il y a aussi les décors et l’assistance à la mise en scène.

26 ans de solidarité

Après 26 ans de théâtre, ce qui fait que la troupe tient toujours et qu’elle rejoint autant de gens est la « solidarité entre chacun et l’amour que se portent les uns pour les autres », croit M. Therrien.

« C’est un beau groupe, agréable, souligne-t-il. Tout le monde s’aime, s’encourage et s’aide. Tout le monde grandit ensemble à travers la troupe. J’ai vu des coquilles s’ouvrir complètement, se transformer. Qu’est-ce qui fait que je reste ? La passion. L’amour du théâtre, l’amour des gens et, plus loin que ça, l’amour de voir les gens évoluer. De les voir changer. Si j’arrive à faire s’ouvrir les autres, moi aussi je grandis. C’est tout ça qui fait que je reste et qui fait que je vais rester encore longtemps. »

Pour que la troupe se maintienne, il y a aussi la nécessité d’avoir un metteur en scène chaque année, ajoute Jean Cadieux, vice-président de l’organisation. Il y a des années où il leur a été difficile d’en trouver un. « Quand Anne Tremblay a accepté la mise en scène pendant quelques années, elle a pris Stéphane pour assistant avec l’idée de le préparer. »

MM Therrien et Cadieux soulignent aussi l’importance d’Aline Goulet, l’aînée de la troupe. Elle n’est montée sur scène qu’une fois depuis 1997, puisqu’elle adore son rôle d’assistante du metteur en scène, qu’elle tient depuis des années.

« Elle est mon bras droit, mon bras gauche et ma tête à penser ! », souligne M. Therrien.

La vitalité est évidente dans la salle de répétition de l’Escale. Mais elle l’est aussi dans les gradins, lorsque vient le temps des représentations. La troupe amateur a même déjà rempli le Palace de Granby. Cette année, le public aura trois occasions de voir La veuve noire, soit les 3 et 4 mai, à 19 h 30, et le 5 mai, à 14 h, à l’auditorium du Cégep de Granby. Les billets sont en vente auprès des membres de la troupe.