Cet hiver, les élèves en adaptation scolaire se sont adonnés à des joutes amicales de ballon-balai, où chacun tenait un rôle important.

Un sport qui réchauffe les cœurs

Dans la cour de l’école secondaire J.-H.-Leclerc de Granby, coiffés d’un casque et munis d’un bâton-balai, les élèves des classes FTP et Indigo se disputent une balle rouge et tentent de déjouer le gardien de but. En bottines sur la glace, tous doivent garder leur équilibre dans ce tournoi amical de ballon-balai où ni les points ni la performance athlétique n’importent. Lyne Boisvert, l’enseignante en éducation physique à l’origine de ce projet éducatif et sportif, souhaite simplement les voir bouger, s’entraider et s’oxygéner.

Derrière l’établissement scolaire, un terrain de ballon-balai a été aménagé « à la bonne franquette » à la sueur du front et à « l’huile de bras » de Mme Boisvert elle-même, aidée d’élèves bienveillants. Ce bloc scolaire d’éducation physique où le ballon-balai est à l’honneur nécessite peu de matériel : casques, ballon, buts et bâtons-balais. L’enseignante souhaitait faire revivre ce sport depuis longtemps.

Un généreux don de 1794 $ des Chevaliers de Colomb, reçu il y a quelques mois, a permis à l’enseignante et à l’école d’acheter l’équipement nécessaire pour que les classes de FPT, ESI, Indigo et CC3 découvrent ce sport. L’organisme leur a aussi offert la possibilité de prodiguer un enseignement basé sur l’écoute, l’estime de soi et l’échange et où l’évaluation repose principalement sur la valorisation personnelle, l’effort et la responsabilisation.

« Je suis tellement fière de voir l’efficacité du projet grâce aux sous qu’on a eus », lance Mme Boisvert, sourire aux lèvres. « Je tiens à dire merci à Pierre Champagne et Serge Poulin, Chevaliers de Colomb, qui ont accepté de nous aider et qui croient à l’éducation chez les élèves en adaptation scolaire. »

Collaboration essentielle
Accompagnant Madame Lyne dans ses classes, Maryse Viens, éducatrice spécialisée de la classe Indigo, aime assister aux matchs et encourager les élèves. Elle note tout le positivisme découlant de ce sport d’équipe. « Regarde, lui vient de tomber, mais un autre élève l’aide à se relever, fait-elle remarquer. Il se relève et il sourit. Les tournois finissent tout le temps par une poignée de main. Les jeunes s’entraident beaucoup. »

Lyne Boisvert, enseignante en éducation physique et à la santé, est à l'origine du retour du ballon-balai à J.-H.-Leclerc.

Lyne Boisvert souligne, de son côté, l’importance du rôle de chacun dans le déroulement de l’activité, chaque force individuelle formant un tout encore plus puissant. « Il faut toujours compter sur les autres », note Gabriel Messier, 16 ans, qui joue notamment au football. « Quand tu fais un sport seul, tu es tout seul, mais quand tu fais un sport en équipe, tu participes à la force de l’équipe. »

Récompenses méritées
Une fois la joute terminée et pendant laquelle tous ont fait leur possible, les élèves, rougis par le froid et l’effort, sont entrés à l’intérieur où du chocolat chaud et de petites viennoiseries les attendaient. Grâce à l’organisme Matin réconfort, qui lui fournit des denrées, la professeure approvisionne un petit coin collations. L’endroit a d’ailleurs été surnommé « La Cantine chez Lyne ». Pour elle, c’est une façon appétissante de récompenser ses élèves après leur bon travail. « C’est du donnant-donnant », dit-elle.

Élèves ravis
« J’aime ça, c’est un sport que je n’ai jamais fait. C’est vraiment cool ! », a lancé Alexane Dauphin, après la joute amicale.

« Quand je retourne en cours après, je suis plus concentrée. Plus calme. Mais ça prend un casque ! », a-t-elle ajouté.

Shean Pomerleau en a profité pour témoigner. « Je me suis déjà cogné la tête et ça a résonné. Une chance que j’avais mon casque... », a raconté le jeune homme.

De son côté, Jérémy Laporto a tenu à aborder l’importance de la persévérance quand vient le temps de faire un nouveau sport. « Quand on veut essayer un sport, il ne faut pas abandonner, a-t-il dit. Il faut continuer. »

Le don des Chevaliers de Colomb, jumelé à l’appui de Christian Lacourse, directeur de l’école J.-H.-Leclerc, et de Simon Brassard, directeur du FTP, a permis de donner vie au projet de ballon-balai que chérissait Lyne Boisvert depuis longtemps. Ainsi, les élèves d’adaptation scolaire touchent aux valeurs mêmes de leur organisme bienfaiteur : charité, unité et fraternité.