Maxim Turcotte, de North Face, Isabelle Charest, marraine de Fillactive, Guylaine Bolduc, responsable du programme à l’école secondaire de la Haute-Ville, Annie Chartier, directrice adjointe de l’école, et Steeve Ager, de Fillactive.

Un pas dans la bonne direction

Vingt-cinq adolescentes de l’école secondaire de la Haute-Ville de Granby sont reparties à la maison avec une nouvelle paire d’espadrilles, vendredi. Un cadeau offert aux participantes du programme de la Fondation Fillactive par la compagnie The North Face pour les encourager et les féliciter pour leur dynamisme.

Deux écoles parmi les 55 qui ont soumis leur répertoire d’activités déployées au cours de l’automne 2017 ont été sélectionnées par tirage au sort. Elles se sont partagé 50 chaussures. L’école de la Haute-Ville a donc reçu la visite de membres de l’équipe de Fillactive et de North Face, ainsi que d’Isabelle Charest, marraine annuelle de Fillactive.

«La prof responsable du programme (Guylaine Bolduc) avait gardé le secret. Les élèves sont arrivées et elles ne savaient pas du tout à quoi s’attendre, raconte Steeve Ager, directeur des opérations et des programmes de Fillactive. Il y avait une rencontre avec l’ex-Olympienne Isabelle Charest, ensuite on leur a fait la surprise qu’elles allaient ressortir avec une nouvelle paire de chaussures.»

Ces espadrilles sont conçues pour la randonnée et la course en sentier ou tout-terrain. Mme Bolduc et son équipe ont dû faire des entourloupettes pour avoir la pointure des filles choisies, raconte M. Ager. Le programme de Fillactive à Haute-Ville compte
38 participantes.

«Le don qu’on a fait aujourd’hui (vendredi) est vraiment lié à toute la créativité générée dans l’école. La professeure, Guylaine, nous a parlé des activités qu’elles font, comme le bootcamp, l’aquaforme ou la randonnée en montagne. On vient donner une tape dans le dos à cette école qui a elle-même initié ces activités.»

Être un modèle
Isabelle Charest, ancienne patineuse de vitesse courte piste, a pris le temps de parler à ces jeunes filles actives sur l’importance de bouger quotidiennement.

«Je trouve qu’elles font un investissement pour elles-mêmes en prenant part à un programme comme Fillactive. Elles ont toutes les raisons d’être fières, souligne-t-elle. D’avoir de bonnes habitudes de vie, de bouger tout en ayant du plaisir, ça va les suivre toute leur vie.»

Fillactive a vu le jour en 2007 avec pour mission de faire découvrir aux jeunes Canadiennes de 12 à 17 ans le plaisir et les avantages de l’activité physique. Une fille sur deux abandonne le sport en arrivant à la puberté. Une tendance qui s’accélère drastiquement entre 12 et 17 ans. Au terme du secondaire, elles sont 9 sur 10 à ne pas répondre aux normes canadiennes en matière d’activité physique, peut-on lire sur le site de Fillactive. La Fondation souhaite changer le cours des choses.

Mme Charest a, par ailleurs, tenu à remercier l’école et les enseignantes impliquées dans ce programme. «Elles ont un impact majeur dans la vie de ces jeunes-là, insiste-t-elle. Une des raisons principales pourquoi les filles ne font pas d’activité physique, c’est qu’elles manquent de modèles. Quand tu n’es pas appelé vers le sport de compétition, ce n’est pas nécessairement les Kim Boutin ou les Marianne St-Gelais de ce monde qui vont t’interpeler.»

C’est pourquoi les enseignantes jouent ce rôle crucial, tout comme devraient le faire les femmes qui entourent ces adolescentes, ajoute Mme Charest.

Ces femmes inspirantes
The North Face souhaite, en collaboration avec divers partenaires, faire bouger les jeunes et les inciter à jouer dehors. La remise de ces chaussures arrivait à un bon moment pour l’entreprise, souligne Maxim Turcotte, coordonnateur marketing de North Face.

La remise de vendredi «tombe bien aussi parce qu’on commence, le 3 avril, une campagne qui supporte les femmes. C’était une opportunité de parler de notre partenariat et de l’amener à un autre niveau. On a une belle équipe d’athlètes dans notre compagnie et ça fait longtemps qu’on travaille avec des jeunes femmes extrêmement fortes et talentueuses. Mais on a réalisé qu’on ne poussait pas leur histoire assez souvent. La plupart des jeunes femmes arrêtent de faire du sport, car elles n’ont pas de modèles. En faisant connaître plus nos athlètes, on veut inspirer les jeunes à pousser leurs limites et à continuer à explorer.»

La remise de chaussures se poursuivra dans les prochains jours, notamment dans la deuxième école sélectionnée pour son dynamisme et sa créativité. Le second volet touche 50 étudiantes-leader qui appuient le déploiement des activités Fillactive. Le troisième concerne les écoles ayant un indice de défavorisation. Le don de 100 paires d’espadrilles vise à soutenir les adolescentes dans leur pratique d’activités physiques.

Dans la région, l’école secondaire Wilfrid-Léger de Waterloo participe aussi au programme Fillative.