Un avant-goût du printemps

CHRONIQUE / Le cardinal rouge chante sa ritournelle d’amour. Les premières oies blanches sont passées dans notre ciel granbyen. Avec la douceur précoce de février, nous vivons un avant-goût du printemps attendu, comme toujours, avec impatience. Au Québec ça peut bouger encore beaucoup, mais les journées allongent et le soleil est plus haut dans le ciel.

Pour l’Ayurvéda, l’hiver est gouverné en grande partie par Vata grâce à ses qualités changeantes, froides et sèches. Avec le printemps, le Kapha dans la nature se réveille peu à peu. Kapha a les caractéristiques de l’eau et de la terre et certaines qualités lui sont attribuées telles que la lourdeur, la stabilité, le froid, la lenteur, la douceur, l’onctuosité et la densité. Donc, après avoir traversé la fin de l’hiver, Kapha bourgeonne au printemps. Lorsqu’il est en équilibre, il est synonyme de stabilité, d’endurance, de force, d’unité et de soutien. Autant sur le plan physique qu’émotionnel (amour, générosité et compassion). Tout comme la terre qui se découvre et se nettoie de l’hiver, notre corps a aussi besoin d’un nettoyage du printemps. C’est le réveil d’une nouvelle énergie qui bouscule chaque cellule de notre corps.

Kapha est responsable de la lubrification des articulations, de l’entretien des muqueuses qui protègent sinus, poumons et estomac. Kapha détermine la taille, la force et la souplesse des muscles. Dans l’estomac, par exemple, Kapha engendre une couche de mucus qui le protège des acides gastriques. Équilibrer Kapha est particulièrement important au printemps, vu qu’il s’accumule durant l’hiver pour nous aider à passer à travers le froid. Lorsque la nature bouge et dégèle, ça bouge aussi en nous. On peut alors ressentir de l’inconfort. Pour une bonne transition, il faut créer une routine qui aide à alléger graduellement le physique, le mental et l’émotionnel, sans pour autant perturber les vertus positives de stabilité de Kapha. Un Kapha débalancé apportera son lot de fatigue, de dépression, de lenteur du métabolisme et un manque d’appétit. Les allergies et les rhumes printaniers sont le lot d’un Kapha qui stagne. Faire plus d’exercices à l’extérieur, préférablement le matin (aux heures Kapha: 6 h à 10 h), sera un bon départ pour le système lymphatique et pour combattre la léthargie. Il est conseillé de ne pas trop dormir, de se coucher et de se lever tôt et, au lever, de boire une tasse d’eau chaude ou de l’eau chaude citronnée avec un peu de miel. Il faut boire et manger chaud, au 2/3 de sa capacité, et on évite de grignoter. Le repas principal sera le midi, car c’est à cette heure que le feu digestif est à son meilleur. On diminue le sucre (collations, desserts), car cela alourdit beaucoup la physiologie. On cuisine avec de bonnes épices pour stimuler Kapha : gingembre, poivre, cardamome, clou de girofle, cannelle, curcuma.

Quelques plantes aideront aussi le foie, la vésicule biliaire et les reins telles que le pissenlit, la bardane, le chardon-marie, le boldo, l’ortie et l’achillée millefeuille. Le Marchand de Santé Les Fours du Roy sauront bien vous guider dans votre choix.

Bon début de printemps !