Avec les retailles de ses meubles, Ivan Brousseau conçoit des tasses à espresso et à cappucino.

UBU Design: du style et du haut de gamme

On est parfois loin de se douter ce que trament nos voisins dans leur sous-sol... Ivan Brousseau, lui, invente des affaires. Mais pas n’importe lesquelles: des meubles et accessoires de décoration et de cuisine haut de gamme.

Une trop courte visite de son bureau-atelier nous a permis de constater l’immensité de son talent. Ses objets contemporains et originaux mélangent les styles rétro et scandinave et sont fabriqués à partir de matières de premiers choix: des bois de qualité — du noyer, du hickory —, de l’aluminium, de l’acier inoxydable et des cuirs et tissus raffinés.

Le Granbyen admet avoir un faible pour les chaises et fauteuils de toutes sortes, produits avec lesquels il s’éclate le plus. C’est d’ailleurs avec ceux-là que tout a commencé...

Le fauteuil LEM, également en vente chez Interversion à Montréal.

Le «uFauteuil»

Ivan Brousseau est designer de produits depuis plus de 25 ans. Jusqu’à présent, il avait surtout travaillé dans le domaine industriel — il est d’ailleurs à l’emploi de BRP — Produits récréatifs depuis 2008.

Mais en 2016, le quinquagénaire a décidé de prendre deux ans sabbatiques pour démarrer sa propre entreprise: UBU design. «J’ai toujours eu un faible pour les meubles et autres accessoires, mais j’ai rarement eu l’occasion d’en faire dans ma carrière», raconte-t-il.

Il s’est donc lancé et a créé son premier fauteuil. Sa forme en U lui a inspiré le nom de sa compagnie. «UBU, ça ne veut rien dire d’autre, je trouvais juste que ça sonnait bien», lance-t-il avant même qu’on l’interroge sur le sujet.

Son premier fauteuil. Sa forme en U lui a inspiré le nom de sa compagnie, UBU design.

D’autres modèles ont suivi, puis un premier client, le fabricant de meubles haut de gamme et sur mesure Interversion, à Montréal, chez qui deux de ses fauteuils sont fabriqués et distribués jusqu’à présent.

Car il y a ça: Ivan Brousseau conçoit, mais ne fabrique pas, outre ses prototypes. Ça lui prend donc un client pour mettre en marché ses idées. Et la compétition est féroce dans le domaine. Surtout pour les trop peu nombreux designers indépendants comme lui.

tableaux et accessoires

Ce qu’il fabrique, par contre, c’est tout ce qui est du domaine de l’accessoire. Avec les retailles de ses meubles, il conçoit des tasses à espresso et à cappucino, des planches à découper ou de service, des ouvre-bouteilles et autres qu’il vend ensuite. Després-Laporte est d’ailleurs l’un de ses distributeurs.

Le fauteuil LOV, en vente chez Interversion à Montréal.

Il réalise également des tableaux grâce à l’art digital, qui sont disponibles aux boutiques Nord-Sud de Sherbrooke et Victoriaville, ainsi qu’à la Galerie du meuble à Québec.

Quand on lui demande ses objectifs, Ivan Brousseau se permet de rêver. «J’aimerais vraiment pouvoir vivre de la conception de meubles pour de grandes compagnies comme Artopex, Mobiliers Huppé, Trica ou Mobican. Ou encore mieux, avoir la mienne», dit-il.

Vu la qualité de ses créations, on serait prêts à gager un p’tit deux qu’il va y arriver un jour...