Le vermifuge… de la momie

CHRONIQUE / Ötzi est probablement le corps humain ayant fait l’objet des analyses médicales les plus approfondies. Vieux d’environ 5300 ans, son corps momifié a été trouvé en 1991 dans les glaciers de l’Ötzal, au sud de l’Autriche, près de la frontière italienne. Son nom lui a été attribué en mémoire du site de découverte. L’air sec et la congélation ont permis une préservation exceptionnelle de son corps, de ses vêtements et de son attirail.

Depuis plus de 20 ans, les recherches menées sur cette momie ont contribué à documenter le mode de vie des humains à l’Âge du cuivre. Elles ont même permis de détailler l’alimentation d’Ötzi dans les jours qui ont précédé sa mort, de déterminer les causes de sa fin brutale et même de diagnostiquer son état de santé.

Outre quelques provisions et son attirail de chasse (arc, flèches, couteau, hache), Ötzi portait un petit sac contenant des champignons. L’un d’eux, l’amadouvier, à la chair très inflammable, servait à allumer des feux (voir chronique du 8 mars 2017).

À LIRE AUSSI: Le briquet de l'homme des glaces

Plusieurs fragments d’une autre espèce, le polypore du bouleau, étaient enfilés sur une lanière de cuir. C’est l’un des champignons les plus répandus dans les forêts boréales. Il n’est retrouvé que sur des variétés de bouleaux, surtout le bouleau à papier, et moins fréquemment le bouleau jaune.

Cette espèce est observée au CINLB. Elle a la forme de petits coquillages attachés par un pied aux troncs des bouleaux. Le dessus est de couleur crème chez les jeunes spécimens et présente un bourrelet typique à la marge. Avec le temps, la peau prend une teinte plus foncée et une texture cuivrée. Le champignon peut atteindre 25 cm en largeur et 6 cm d’épaisseur.

Ce polypore fait l’objet d’études intensives depuis quelques années dans diverses revues de microbiologie, de phytochimie et de pharmacologie.

Ce champignon possède des propriétés antibactériennes, anticancéreuses, anti-inflammatoires et immunostimulantes. Il constitue, en outre, un vermifuge très efficace contre un parasite du tube digestif : trichuris trichiura.

On lui attribue des propriétés antibactériennes, anticancéreuses, anti-inflammatoires et immunostimulantes. Il constitue, en outre, un vermifuge très efficace contre un parasite du tube digestif : trichuris trichiura.

Ce ver intestinal affecte environ un milliard de personnes sur la planète, surtout dans des régions tropicales, lorsque la gestion des eaux usées est moins rigoureuse. Il cause de fortes douleurs abdominales, provoque des diarrhées abondantes et douloureuses entraînant une perte de poids, un retard de croissance et, possiblement, l’anémie…

Or sa présence a été confirmée dans le gros intestin d’Ötzi, expliquant possiblement, selon les chercheurs, le recours au polypore du bouleau!

Michel Aubé, vice-président du CINLB et professeur à la retraite de l’Université de Sherbrooke