Kim Cournoyer-Dupuis et ses garçons, le petit Éloi et son grand frère Alexis, adorent les moments de lecture. La maman et enseignante a décidé de dévoiler ses coups de cœur aux autres parents sur sa page Tirelire à livres.

Tirelire à livres: pour vivre de précieux moments

Chez elle, Kim Cournoyer-Dupuis possède des dizaines et des dizaines de livres pour enfants. Elle et ses deux garçons raffolent d’ailleurs de ce moment de la journée où les histoires prennent toute la place. En créant la page Tirelire à livres, la Valoise d’origine a décidé que le temps était venu de faire profiter de leurs coups de cœur familiaux à un plus large public.

Ils sont attrayants et colorés et mettent tous en vedette un personnage et une histoire qui ont captivé ses garçons, Alexis, deux ans et trois mois, et Éloi, huit mois.

Tirelire à livres est encore jeune, mais pour la maman, il s’agit d’une belle façon de joindre l’utile à l’agréable.

« J’avais ça en tête depuis un petit moment, raconte celle qui est enseignante au préscolaire, présentement en congé de maternité. Je voulais partager les lectures que je fais à mes garçons, les histoires que je leur raconte, et qui suscitent chez eux un très grand intérêt. Durant un congé de maternité, on est vraiment concentrées sur les enfants — et c’est ça l’idéal ! —, mais ces petits moments-là, que je prends pour décrire les livres, ça me permet d’alimenter ce côté intellectuel qui est parfois un peu mis de côté. »

Durant la sieste ou en soirée, quand les enfants sont au lit, elle s’installe devant l’ordinateur et prend le temps de parler du livre du moment. Devant l’excitation que vivent ses enfants quand ils voient les piles de livres autour d’eux, pas de doute que ses choix pour la Tirelire à livres sont les bons.

Le goût de la lecture
Par exemple, le 3 novembre dernier, elle a donné son avis sur l’album Pelleteur de nuages, de l’auteur Simon Boulerice et de l’illustratrice Josée Bisaillon. Au terme de son résumé, de ses observations et de sa critique positive, elle a conclu ceci : « Je ne regarderai plus jamais les nuages de la même façon. Ce personnage attachant a frappé mon imaginaire. Le message de l’auteur est à la fois fort et rempli de tendresse. »

Comme quoi, les livres pour enfants peuvent aussi intéresser les grands.

La présentation de ses livres, qui lui appartiennent ou qui proviennent de la bibliothèque, sert à « donner le goût de le lire, un peu comme une bande-annonce pour une film au cinéma », illustre-t-elle .

« Si ça peut donner envie à quelqu’un de lire le livre, c’est mission accomplie, dit-elle. C’est aussi pour faire découvrir des auteurs et des illustrateurs. Il y a tellement de talent, autant chez les écrivains que chez les illustrateurs. Souvent, les images peuvent nous parler autant que les mots. »

Kim propose deux à trois livres par semaine sur sa page, selon le temps dont elle dispose. La mère de famille souhaite aussi faire des propositions de lectures pour les enfants plus vieux. Elle compte d’ailleurs sur son entourage pour lui faire des suggestions de bouquins.

Plus que des mots et des images
L’enseignante peut, dans le cadre de son emploi, mesurer l’importance de la lecture chez les enfants, et ce, peu importe leur âge.

« Avec la lecture, on peut travailler une multitude de choses, dont le langage et les habiletés sociales, fait-elle remarquer. Ce que vivent les personnages peut permettre à l’enfant de faire un parallèle avec ce qu’il vit lui-même. Et l’univers du livre s’ouvre. On peut avoir un axe d’apprentissage, mais aussi un axe de plaisir. On peut aller toucher des cordes de l’humour. Je trouve que la palette est plus large qu’avant. »

Finie la traditionnelle morale à la dernière page du livre. Il y a maintenant plus de variété que jamais dans la littérature jeunesse, remarque-t-elle également.

De plus, la lecture permet aux parents et leurs enfants de vivre un moment privilégié. Durant cet instant, le temps semble s’arrêter. Même chose entre un enseignant et ses élèves.

« Ce que j’aime du préscolaire, c’est qu’on raconte une histoire chaque jour, souligne Kim. C’est vraiment précieux. Et j’ai été étonnée de voir l’attention des enfants quand on leur fait la lecture. Dans l’ère où la technologie prend beaucoup de place, où tout va vite, je vois qu’ils ont un intérêt pour du vrai, du tangible. »

Cette pause s’insère d’ailleurs très bien dans la routine du dodo, précise-t-elle. Pour trouver sa page sur Facebook, on écrit Tirelire à livres, et le tour est joué !