Soham ou le mantra de la respiration

CHRONIQUE / Soham est un mantra simple et facile qui peut convenir à tout le monde. C’est un mantra que l’on récite intérieurement. Il est non chanté. Il accompagne à merveille notre respiration. Comme il se divise en deux syllabes, So sera prononcé mentalement sur l’inspire et ham sur l’expire.

De façon tout à fait naturelle, Soham se placera sur votre respiration. Je trouve ce mantra particulièrement intéressant pour méditer.

Méditer permet de calmer notre esprit agité, nos questions incessantes, nos inquiétudes continuelles, notre anxiété. Cela donne de l’espace à l’intérieur de soi pour ce qui nous tient vraiment à cœur, ce qui est important.

Pour nous aider à méditer, on donne un objet au mental. Dans le jargon, un objet est un support sur quoi l’esprit se déposera. Cela pourrait être un mot de sagesse, la flamme d’une chandelle, les sons qui nous entourent, nos sensations ou même le compte des respirations.

Tout est bon, du moment où il y a une intention de s’arrêter afin de se reconnecter avec nous-même.

À la base de la pratique de la pleine conscience, la respiration est un appuie (kurma) précieux. Notre respiration est alors «l’objet» disponible en tout temps. En ajoutant un mantra, on augmente la stabilité du mental. Il sera très important de ne faire aucun effort durant la pratique. On ne contrôle ni le rythme ni la façon dont on respire. Est-ce que le hamster va finir par arrêter de tourner dans sa roue?

Oui et non... Alors pourquoi faire cette pratique?

La principale tâche du mental est de nous organiser, de brasser des affaires, de ressasser le passé ou de s’inquiéter pour l’avenir. Notre attention est de plus en plus fragmentée. Le mental n’arrêtera pas sa tâche principale, mais cela va donner de l’espace entre chacune de nos pensées. Il n’y a pas d’échec. Il n’y a qu’un état d’être de non-jugement. C’est un aspect contre productif de notre société. Nous sommes habitués à faire les choses pour une raison bien précise et, surtout, il faut que ça fonctionne. Ceci n’a pas sa place dans la pratique du yoga ou de la méditation. 

Fabrice Midal, professeur en philosophie, insiste sur l’aspect de non-contrôle. « Contrairement à ce qu’on raconte souvent, il ne faut pas lâcher prise, il faut laisser les choses nous lâcher, en entrant en rapport avec notre corps», insiste-t-il.

Soham a une signification profonde. Cela signifie «Je suis Lui», le Soi, le Divin ou «Je suis Cela». 

Nous sommes une partie du Grand Tout ou, si on veut, un ingrédient de la soupe universelle. Cela se traduit aussi par une acceptation profonde... Je Suis ce que je Suis, dans toute ma complexité, je m’accueille et honore tout ce qui me compose.

Prenez un moment pour vous asseoir confortablement.

Prenez conscience de votre respiration naturelle.

Laissez maintenant Soham vous accompagner.

«Sooooooooooo» sur l’inspiration. «hammmmmmmm» sur l’expiration.

Une pratique de dix minutes par jour est très bénéfique.

Namasté!