Zoé Ouellet a choisi d’immortaliser le moulin Leclerc. Le bâtiment construit en 1829 fait partie de la vie de la jeune fille depuis longtemps, c’est pourquoi il fait l’objet de l’œuvre intitulée Un souvenir.

Sa photo fera le tour du monde

Zoé Ouellet a de quoi être fière. Sa photo prise dans le cadre d’un projet scolaire fera l’objet d’une exposition internationale qui bourlinguera dans une vingtaine de pays de l’Europe, d’Amérique du Sud, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Pour une deuxième année consécutive, les photographes en herbe du programme Langues et Multimédia de l’école secondaire Paul-Germain-Ostiguy de Saint-Césaire ont participé au concours Capture ton patrimoine, le volet québécois du concours international L’Expérience photographique internationale des monuments.

Retenu parmi les dix finalistes du concours conviés à Québec le mois dernier, le cliché de Zoé s’est distingué parmi un total de 983 images soumises. Les photographies de deux autres élèves de l’école secondaire, Marilou Desputeau et Kellie-Anne Major, se sont pour leur part classées parmi les 40 meilleures du Québec.

La Césairoise de 13 ans a choisi d’immortaliser le moulin Leclerc pour son œuvre intitulée Un souvenir. « En fait, j’ai passé devant tous les jours pendant mon enfance, car ma meilleure amie demeurait tout près, raconte-t-elle. Et puis, le moulin à grains, ça me rappelait aussi que ma grand-mère faisait toujours des petits gâteaux ! »

« J’avais pris beaucoup de photos [lors de la sortie scolaire dans les municipalités environnantes], mais après avoir fait des recherches sur Internet, je suis repartie faire une tournée avec ma mère pour trouver des lieux que je n’avais pas visités avec l’école », ajoute l’adolescente qui avait déjà un intérêt pour la photographie, mais aussi pour l’Histoire.

Résultat, le bâtiment construit en 1829 sera admiré de par le monde étant donné que tous les pays participant au concours accueilleront l’exposition itinérante.

C’est sa professeure, Andréanne Morneau, qui a appris la bonne nouvelle à l’adolescente. « J’étais tellement contente ! J’avais envie de crier ! » dit celle qui a toutefois du contenir sa joie le temps que les lauréats du volet local du concours soient dévoilés.

À ce niveau, Maya Dragon et Océanne Denis ont remporté les grands honneurs, alors que Carolane Déragon et Kellie-Ann Major ont obtenu respectivement une 2e et une 3e place. Olivia Desroches a, pour sa part, remporté une mention honorifique.

Les images étaient évaluées en fonction de la technique utilisée, de l’originalité du sujet et du respect de la thématique patrimoniale.

«Quand j’ai vu passer le concours, j’ai essayé de le rendre intéressant et de l’intégrer dans le programme. Notre but est de rendre les jeunes les plus polyvalents possible pour leur donner l’occasion de se découvrir des talents et des aptitudes», note l’enseignante Andréanne Morneau.

Une passion confirmée
Cette expérience donne à Zoé l’envie d’approfondir ses connaissances et de parfaire sa technique. « Une photo, ça peut dire plusieurs choses selon qui l’a prise, croit la principale intéressée. On peut aussi jouer avec les angles et les couleurs ; quelque chose qui semble triste peut devenir quelque chose qui fait sourire simplement en changeant la luminosité. Et puis, avec des photos, on peut raconter des histoires. »

Son enseignante opine. « En laissant les jeunes s’exprimer par la photographie, ça me permet de les comprendre. En regardant leurs photos, je n’étais généralement pas surprise de leur choix. J’ai beaucoup aimé découvrir leur intérêt et leur curiosité à travers leur choix de photo », souligne la professeure qui a orchestré la participation des élèves au concours.

Vernissage
« Quand j’ai vu passer le concours, j’ai essayé de le rendre intéressant et de l’intégrer au programme. Notre but est de rendre les jeunes les plus polyvalents possible pour leur donner l’occasion de se découvrir des talents et des aptitudes », note par ailleurs Mme Morneau.

Les photos prises dans le cadre du concours ont été exhibées dans le cadre de Je capture mon patrimoine local au Domaine Cartier-Potelle, à Rougemont, le 31 mai dernier. Un vernissage qui représentait le point culminant du projet interdisciplinaire à saveur entrepreneuriale et dans lequel les élèves se sont impliqués durant toute l’année scolaire.

Ils se sont d’abord initiés à la photographie et au patrimoine, dont ils ont découvert les richesses dans le cadre de leurs cours de géographie et d’histoire. « Les jeunes ont eu des cours sur le patrimoine, après quoi on a eu une Journée du patrimoine durant laquelle on est partis à la découverte du patrimoine local. Ils ont aussi eu une formation sur les différentes techniques en photo, puis ils ont écrit des textes en lien avec le projet dans leur cours de français », explique Mme Morneau.

Les adolescents ont également dû organiser eux-mêmes l’exposition de leurs œuvres, en plus de chercher des commandites et d’inviter les partenaires du projet et leurs proches. Les élèves ont également fait réaliser un album-souvenir regroupant tous les clichés.

Album qui a été vendu lors de la soirée tant attendue.

« Le vernissage leur a permis de vivre une expérience plus mondaine, en plus de pouvoir présenter leur photo à leur famille et amis. C’est quelque chose dont ils sont tous très fiers », souligne l’enseignante. Zoé pourra conserver en souvenir une copie encadrée de son cliché. Elle sait déjà sur quel mur il prendra place.