Julien Boulet, Arianne Barrette, Mirela Kozic et Hussain Sadid, sont à la tête de Re-Vintement, une entreprise étudiante de l’école secondaire du Verbe Divin de Granby.

Re-Vintement : l’entrepreneuriat à vitesse grand V

L’expression « l’affaire est dans le sac » semble être faite sur mesure pour la petite entreprise étudiante Re-Vintement, de l’école secondaire du Verbe Divin de Granby. Celle-ci se concentre sur la fabrication de sacs destinés aux bouteilles de vin et, du coup, permet à ses jeunes dirigeants de plonger tête première dans le grand monde des affaires.
Re-Vintement propose des sacs réutilisables, faits à partir de chemises pour homme, destinés au transport de bouteilles de vin.

Arianne Barrette, Mirela Kozic, Julien Boulet et Hussain Sadid, tous en cinquième secondaire, font partie des 110 participants formant les 21 équipes liées au programme Entreprises Étudiantes de Jeunes Entreprises de la Haute-Yamaska (JEHY). 

Ensemble, ils fabriquent des sacs de vin réutilisables faits à la main à partir de manches de chemises pour homme. Leurs sacs, qu’on ne peut retrouver qu’en deux exemplaires similaires seulement (une chemise n’ayant que deux manches !) sont toujours ornés d’une cravate, d’un nœud papillon ou d’un bouton décoratif.

Le programme dispensé par JEHY est offert en activité parascolaire ou dans le cadre de l’option Sensibilisation à l’entrepreunariat, et ce, dans les deux écoles secondaires privées de Granby, entre autres. L’équipe de Re-Vintement gère sa petite entreprise dans le cadre de l’option offerte au Verbe Divin. Ainsi dans leur cours, les jeunes apprennent la théorie relative à l’ouverture, au maintien et à la fermeture d’une entreprise. Ils se répartissent les tâches selon leurs forces et leurs responsabilités, parlent de la mise en marché de leur produit, tiennent les livres comptables à jour bref, ils vivent concrètement une expérience entrepreneuriale de A à Z.

« C’est une option qui nous aide énormément à gérer nos horaires, à nous organiser, à être moins gênés en public, à bien contrôler notre stress, à travailler en équipe, etc., explique la présidente de Re-Vintement, Arianne Barrette. C’est une belle expérience de vie. »

Même son de cloche du côté de la responsable du marketing, Mirela Kozic. « C’est clair que ça va nous aider plus tard dans la vie, note la jeune fille avec détermination. Je me sens chanceuse de pouvoir vivre ça ici, car je me dirige en marketing. En gestion de commerce. »

C’est elle, après avoir vécu l’expérience Entreprises Étudiantes l’an dernier, qui a lancé l’idée à ses amis de s’inscrire dans cette option. Soucieux de « vouloir apprendre quelque chose de nouveau » et « de travailler le tissu », le quatuor a décidé de recycler de vieilles chemises pour en faire des sacs réutilisables pour transporter les bouteilles de vin. Ainsi, ils ont tous appris à coudre. Et histoire de recycler au maximum, Re-Vintement utilise même le dos et les deux parties du devant des chemises pour fabriquer des baluchons dans lesquels on peut déposer le sac contenant la bouteille de vin !

« On ne gaspille pas ! », insiste une Arianne énergique et volubile.

Re-Vintement, c’est son idée. Le nom de l’entreprise vient du croisement de recyclage, vin et vêtement. 

« Un gros jeu de mots très drôle », reconnaît le responsable des ressources humaines, Julien Boulet.

« C’est intéressant de faire quelque chose d’aussi professionnel sur une période d’un an, a ajouté, plus sérieusement, celui qui espère se diriger en communication. On est bien organisé. »

Au cours des prochaines semaines, l’équipe de Re-Vintement s’activera à produire le plus de sacs possible pour être prête pour les divers salons et marchés de Noël à venir. 

Pour connaître les points de vente où seront disponibles ses sacs de vin, suffit de consulter la page Facebook Re-Vintement. Même chose si vous avez des chemises, cravates ou nœuds papillon à donner aux entrepreneurs. Les sacs se détaillent 10 $.