L’enseignante Andréane Lacroix et neuf des 25 élèves qui ont participé au projet, lors de l’inauguration des jardins vendredi dernier.

Précieuse moisson

Depuis quelques semaines, 50 petites mains remuent la terre, manipulent des graines et transplantent des pousses. Grâce au concours Moi, je coop de Desjardins, les enfants des trois classes spécialisées de l’école de la Moisson-d’Or, à Saint-Alphonse-de-Granby, ont obtenu 5000$ pour réaliser un jardin communautaire. L’inauguration a eu lieu vendredi.

Tout a commencé en novembre dernier, quand les enseignantes des trois classes spécialisées de l’école se sont rencontrées pour voir s’il était possible de réaliser un projet commun, idéalement à saveur environnementale.

Avec l’appui de la commission scolaire, elles ont commencé à planifier le projet de jardin communautaire et elles l’ont soumis au concours Moi, je coop de Desjardins, sans avoir d’attentes. Ce concours vise à financer divers projets dans la région de la Haute-Yamaska qui font notamment appel aux valeurs de l’engagement personnel, du développement humain et de la coopération.

À la grande surprise des trois enseignantes, le projet a remporté une bourse de 5 000$, ce qui leur a permis d’acheter les bacs et de quoi les garnir (concombres, tomates, laitues, courges, fines herbes et fleurs comestibles), mais aussi d’installer une nouvelle sortie d’eau pour l’arrosage.

Il leur reste même « un peu de sous », ce qui leur permettra de poursuivre le jardin communautaire dans les prochaines années et peut-être aussi de l’agrandir !

« Cette année, on a six bacs, mais on voudrait doubler ou tripler l’an prochain ! », annonce Andréane Lacroix, enseignante de la classe spécialisée des «plus vieux».

L'accent sur l'écologie
Les trois enseignantes ont profité du projet de jardin communautaire pour aborder différents concepts d’écologie avec leurs 25 élèves âgés entre 7 et 12 ans, qui présentent un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ou qui ont besoin d’un accompagnement particulier.

Ils ont ainsi appris d’où viennent les fruits et légumes et ont pris conscience du temps et des efforts nécessaires pour les produire. Ils ont aussi découvert le cycle de vie des plantes et l’importance de la gestion des déchets.

Alexandre Mainville, dix ans, énumérait avec enthousiasme certaines notions apprises récemment, comme « le CO2 pour les plantes, qui est comme l’air pour nous », a-t-il dit, ou encore que les terrains de basketball et de soccer sont souvent construits sur d’anciens sites d’enfouissement.

Le jeune Alexandre a surtout hâte que les fraises soient prêtes. Pourquoi ? Parce que le rouge est sa couleur préférée! «Et on a des fraises chez moi aussi, et c’est juteux et frais à l’intérieur ! », a aussi expliqué le garçon.

Mme Lacroix considère que le projet de jardin a également développé un sentiment de fierté chez les enfants des classes spécialisées, car toute l’école sait que ce sont eux qui veillent sur les jardins. Et comme les récoltes seront en partie partagées entre les enfants et utilisées pour des projets culinaires à l’école, les jardiniers en herbe pourront savourer le fruit des leurs efforts et de leur patience.

Projet inestimable
Nancy Tremblay, dirigeante au conseil d’administration de la caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska, était présente lors de l’inauguration du jardin.

« Les élèves peuvent être vraiment fiers ! Je suis contente de voir que le projet va perdurer », a-e-elle déclaré. Selon elle, le jardin aide à développer de saines habitudes de vie tout en favorisant la persévérance scolaire.

Étant elle-même originaire de Saint-Alphonse-de-Granby, elle a confié être particulièrement touchée par le projet.

«Voir leurs réalisations vaut bien plus que le financement [qu’ils ont gagné] !»