La conduite sur chaussée glissante ou enneigée n’aura plus de secrets pour les gens inscrits aux cours offerts par Marie-Laurence Paquin.

Pour un hiver sécuritaire

Pour plusieurs, « plaisirs d’hiver » riment avec ski alpin, hockey sur glace ou glissage sur tube. Pour Marie-Laurence Paquin, ces deux mots en font résonner deux autres : dérapage contrôlé. Chroniqueuse automobile, instructrice de pilotage, cascadeuse et soucieuse que les gens passent un hiver sécuritaire derrière leur volant, la jeune femme offre des formations permettant de ne plus avoir froid aux yeux : des cours de conduite hivernale !

Marie-Laurence est une véritable passionnée d’automobile. La piqûre, elle l’a eue à l’âge de 12 ans au volant d’un kart. 

Au fil des ans, poussée par l’adrénaline que lui procurait cette discipline, elle a gravi les échelons en participant, d’abord à des compétitions de karting, pour ensuite passer en Formule 1600. « Par un heureux hasard, un jour, comme il y a très peu de filles qui conduisent des autos de course, on m’a approchée pour être cascadeuse, raconte Marie-Laurence avec dynamisme. J’ai donc joué dans un petit film américain. » Depuis 2005, elle a doublé de nombreux acteurs dans plus d’une vingtaine de films.

L’achat d’une Nissan 240SX 1995 en 2007, une voiture qu’elle a fait modifier pour qu’elle réponde aux exigences du drifting, lui a permis de se lancer dans cette nouvelle aventure.

« C’est aussi une façon de m’entraîner ! », lance celle qui semble avoir de l’énergie à revendre.

Passionnée, elle a donc commencé à offrir, en saison estivale, des cours de conduite sportive. « Mais comme la conduite hivernale me tient à cœur et que je voulais éviter que les gens restent dans leur maison parce qu’ils ont peur de conduire l’hiver, j’ai pensé donner des cours l’hiver aussi », raconte-t-elle.

Ce cours, elle considère d’ailleurs qu’il devrait être obligatoire. « Personne ne nous le montre, regrette-t-elle. La réaction de la voiture sur une chaussée glissante, le transfert de poids, l’adhérence des pneus, etc. Pour plusieurs, c’est du chinois. Mais ça s’apprend. C’est comme n’importe quoi. »

Le problème, estime Marie-Laurence, c’est que les gens ne connaissent pas le fonctionnement de leur voiture. « Ils ne savent pas quoi faire si leur volant refuse de tourner, illustre-t-elle. Qu’arrive-t-il si les roues arrière perdent de leur adhérence ? Il existe des codes, des réflexes à développer, des principes fondamentaux. Le coup de volant n’est pas une option ! Je vous le dis : il ne sera jamais efficace. »

Marie-Laurence Paquin est chroniqueuse automobile, instructrice de pilotage et cascadeuse. Elle offre, entre autres, des cours de conduite hivernale, un domaine qui lui tient à cœur.

Approche personnalisée

Pour amener les gens à développer leur confiance au volant de leur voiture l’hiver, Marie-Laurence a donc mis sur pied une formation en conduite hivernale, et ce, de A à Z. Et son approche, tient-elle à préciser, est personnalisée. « Je ne prends pas de gros groupes, insiste-telle. On accepte six participants à la fois et nous sommes toujours deux formateurs. Nous recevons des gens de tous âges, mais nous voyons beaucoup de jeunes conducteurs. Je trouve ça bien. Les parents souhaitent ainsi qu’ils partent du bon pied. »

En quatre heures, les participants voient et mettent en pratique une panoplie d’outils pour devenir de meilleurs conducteurs dans des conditions difficiles.

« Ce n’est pas sorcier, souligne Marie-Laurence. Le simple fait de bien déneiger sa voiture peut éviter bien des accidents. Voir loin, analyser la situation, conduire moins vite, tenir son volant à 3 h et 9 h pour plus de confort et d’efficacité. Ce sont tous des petits outils pratiques. »

Les formations, offertes en circuit fermé à Sanair à Saint-Pie, durent quatre heures. Elles permettent aux gens de voir la théorie sur les principes de base de la conduite sur chaussée glissante. Elles leur donnent la chance de pratiquer différents exercices de freinage, de pratiquer l’évitement d’obstacle et de se familiariser avec le slalom, les notions de vision, les transferts de poids, de dérapage et de reprise de contrôle.

Comme les cours prévus au calendrier lors des week-ends de janvier, février et début mars sont déjà comblés, Marie-Laurence précise qu’elle est ouverte à offrir des cours en semaine, si des groupes sont intéressés.