Une famille s’est prêtée au jeu lors du lancement du Sac d’histoires interculturelles de SERY.

Pour intégrer toute la famille

Des histoires pour enfants traduites dans différentes langues permettront d’augmenter le sentiment d’appartenance de plusieurs familles immigrantes de Granby. Le projet Sac d’histoires interculturelles de SERY a été officiellement lancé le 19 février dernier.

« Les familles allophones ont de la misère à s’impliquer à l’école à cause de la barrière de la langue, remarque Karen Alvarez, coordonnatrice à l’intégration scolaire chez Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) et instigatrice du projet à Granby. Ces livres servent à ouvrir l’école aux parents avec la traduction d’histoires dans leur langue d’origine. Les Sacs d’histoires, ce sont des sacs à dos qui contiennent un livre en français traduit dans une autre langue. Il y a aussi des jeux reliés aux livres. »

Le sac contient également une version audio des livres en question, en français et dans une autre langue.

Le projet de SERY est inspiré de Storysacks lancé en Grande-Bretagne, qui a fait l’objet de nombreuses adaptations à Montréal. SERY a fait traduire dix livres s’adressant aux enfants de la maternelle et du premier cycle du primaire. Chacun de ces livres est traduit dans deux des cinq langues choisies, soit l’espagnol, le kirundi, le swahili, le dari et l’arabe, qui sont celles les plus parlées dans les classes d’intégration. Un onzième livre, qui ne contient aucun mot dans ses pages, est aussi mis à la disposition des enfants immigrants.

« Ça favorise les familles qui ne parlent pas une des langues proposées, comme le russe. Ils peuvent partir avec le livre et créer des histoires. On va pouvoir les utiliser aussi pour créer des activités dans la classe. »

Répondre à un besoin
Le Sac d’histoires vient répondre à un besoin des familles migrantes allophones, explique Mme Alvarez. Les enfants pourront emprunter ces sacs à tour de rôle pour vivre un moment de qualité avec leurs parents. Les traductions sont interchangeables grâce à un système de ruban autoagrippant et les lecteurs peuvent aussi lire la version originale en français.

Le projet permettra aux parents de se sentir bienvenus dans leur nouvelle société, mais il a plusieurs autres avantages, note la coordinatrice à l’intégration scolaire. Pour le démontrer, une mise en situation a été réalisée lors du lancement avec une famille congolaise.

« On a pu voir ce qu’on recherche, ce qu’on veut atteindre, raconte Mme Alvarez. On avait des parents qui lisaient dans leur langue d’origine, qui se sentaient bien et qui expliquaient des choses aux enfants. Les enfants étaient contents également de voir que leurs parents étaient capables de lire et d’expliquer des choses. Ce qui arrive souvent, c’est que les parents ne peuvent pas lire en français et les enfants pensent que ceux-ci ne peuvent pas les soutenir dans leur apprentissage. »

S’ouvrir à d’autres cultures
Éventuellement, les rôles pourront être inversés. Les enfants québécois pourront lire les livres en question et regarder les langues pour voir si elles ont des racines latines, par exemple, mais aussi pour entendre les sonorités et les accents.

Par ailleurs, ces jeunes en classe régulière seront sensibilisés au vécu des nouveaux arrivants.

« Toutes les histoires sont reliées à l’immigration, à la différence, à la rentrée scolaire d’un enfant qui vient d’un autre pays, à l’acception d’un enfant qui parle une autre langue. »

Karen Alvarez a obtenu beaucoup d’aide de la part de la commission scolaire, notamment par des bibliothécaires scolaires qui l’ont aiguillée dans le choix des livres. Parmi les autres collaborateurs, notons les huit conteurs qui ont prêté leur voix pour la version audio des bouquins, Christian Morissette qui a mis son studio à la disposition du projet et les interprètes bénévoles qui ont fait les traductions.

Le projet a été financé grâce à l’obtention d’une bourse de 3600 $ au concours Moi, je coop ! en 2017. Le Sac d’histoires interculturelles pourrait être appelé à grandir, éventuellement.