Hebdo

Déneiger sa voiture sans blessure

CHRONIQUE / Beaucoup de nos clients présentent une problématique de dos ou d’épaule qui rend le déneigement de la voiture difficile. Certains ajustements peuvent être faits afin de prévenir ou réduire des douleurs qui pourraient surgir à la suite de cette tâche hivernale.

Voici quelques conseils d’un de mes collègues ergothérapeute, Cédric Descôteaux.

Partir du bon pied

Qu'est ce que la fibromyalgie?

CHRONIQUE \ En tant que clinicienne, je croise parfois des personnes aux prises avec des symptômes de fibromyalgie. Qu’en est-il des données scientifiques par rapport à cette problématique?

Vous connaissez peut-être quelqu’un qui souffre de douleurs liées à la fibromyalgie, mais vous ne savez pas comment réagir? 

Voici quelques informations qui vous seront, je l’espère, utiles au quotidien.

La fibromyalgie est un désordre amenant des douleurs diffuses un peu partout dans le corps. Elle affecte habituellement les membres supérieurs et inférieurs, et ce, des deux côtés du corps. Ainsi, les personnes atteintes peuvent aussi souffrir de trouble du sommeil. Elles auront donc l’impression que la nuit de sommeil n’a pas été réparatrice. Une des conséquences d’une mauvaise nuit est, bien entendu, la perturbation de la concentration.

Il est possible qu’en discutant avec une personne fibromyalgique, vous ayez l’impression qu’elle ne vous écoute pas. Elle est peut-être simplement fatiguée. Les journées peuvent donc être imprévisibles. Aussi, l’humeur peut être changeante. Ces personnes vivent de l’hypersensibilité, c’est-à-dire qu’elles sont plus sensibles au toucher, à la lumière, au bruit, voire aux odeurs. Au niveau des articulations, les personnes atteintes peuvent être limitées dans certains mouvements, ce qui peut les contraindre, par exemple, à monter les escaliers, à s’accroupir, à entrer ou sortir d’un bain. 

Malheureusement, il y a plus de femmes que d’hommes qui souffrent de fibromyalgie. Et le risque est plus élevé en vieillissant. Dans les prises de sang, on retrouve chez ces gens plus de molécules d’origine inflammatoires. De plus, des recherches récentes ont démontré qu’il y aurait un facteur génétique lié à cette pathologie. 

Ces personnes présentent souvent des tensions musculaires, des maux de tête ou des migraines. Elles peuvent aussi se plaindre d’engourdissements ou de sensations de picotements aux pieds ou aux mains. 

Que peut-on faire pour les aider? Il est important, tout d’abord, de faire un bon diagnostic. Les critères pour le faire sont basés non seulement sur l’étendue de la douleur, mais aussi sur sa sévérité, le niveau de fatigue et les problématiques cognitives. Les symptômes peuvent aussi mener à d’autres diagnostics, tels des problèmes articulaires comme l’arthrite, des troubles neurologiques ou métaboliques. 

En réadaptation, votre professionnel pourra vous aider en faisant de l’éducation sur le syndrome en trouvant différentes stratégies pour vous aider dans votre énergie. Il pourra, par exemple, vous encourager à commencer un programme d’exercices cardiovasculaires, d’assouplissement ou de renforcement, selon votre tolérance. La marche, la natation, le vélo ou la raquette peuvent être des choix judicieux. Ces activités développent l’équilibre, très importante pour éviter les chutes. Des modalités d’électrothérapie, qui aident à diminuer les douleurs, peuvent aussi aider comme le T.E.N.S. ou encore des techniques de relâchement musculaire (massages). 

Il est démontré que si vous faites une bonne gestion de votre stress, vous pourriez également avoir des effets bénéfiques. 

Pensez à ces individus fibromyalgiques avec le temps des Fêtes qui arrive. Préparez un petit coin d’accueil tranquille lors de votre réception où elles pourront se reposer afin de prendre une pause de participer, au meilleur de leur potentiel, à votre soirée. Vous cherchez une idée de cadeau pour les aider à bouger? Un podomètre pourrait les motiver à marcher de plus en plus (de 1000 à 5000 pas par jour de façon progressive). 

Aidez-les à redevenir actifs!

Partir du bon pied

La tablette électronique et ses maux

CHRONIQUE / Faites-vous partie de ceux qui pitonnent?

Êtes-vous du genre à regarder la télévision en jetant un oeil à votre tablette électronique ou sur votre cellulaire? 

Vous aimez vous écraser dans votre divan, les jambes allongées, le cou penché vers l’avant, captivés par vos découvertes sur votre écran, magasinant en ligne un voyage, une paire de souliers ou encore une belle robe pour un événement spécial?

Malheureusement, tout ce bonheur a parfois des conséquences sur votre corps. Vous pouvez, par exemple, développer des douleurs au cou, aux épaules, voire des douleurs ou des engourdissements à une main. 

Voici quelques explications à ces maux et des suggestions pour les éviter.

Mal au cou ou mal de tête

Vous faites probablement partie de ceux qui se penchent la tête vers l’avant pour de longues périodes. Cette mauvaise posture maintenue de façon prolongée peut amener des tensions musculaires dans la nuque ou entre les omoplates. Des tensions cervicales peuvent déclencher des douleurs d’un seul côté ou des deux côtés de la tête. Cela peut aller jusqu’au front. 

Une solution est de placer des coussins ou des oreillers sous votre tablette, votre ordinateur ou votre cellulaire afin de ne pas avoir le cou penché vers l’avant. Pensez à maintenir une posture allongée vers le haut avec le menton rentré. Cela permet de voir vers le bas sans trop augmenter la surcharge musculaire sur le cou. C’est peut-être le temps de vous acheter un petit coussin de lecture (avec une surface dure) qui vous permettra d’y déposer vos «outils» de lecture!

Engourdissements aux doigts

Malheureusement, la consultation prolongée de votre cellulaire tenu d’une seule main peut occasionner des symptômes de type tunnel carpien. Le tunnel carpien donne des engourdissements au pouce, à l’index, au majeur et la moitié de l’annulaire. 

Avoir longtemps un téléphone en main sollicite les muscles fléchisseurs du poignet et du pouce et la fermeture des os du carpe (poignet). Si, en plus, vous avez déjà un travail exigeant avec vos membres supérieurs dans la journée et que vous abusez de vos écrans le soir, vous pourriez être plus à risque de développer ce type de malaise. Assurez-vous de faire des assouplissements des doigts et des poignets en ouverture après une période prolongée sur votre cellulaire. Vous pouvez essayer d’ouvrir les doigts le plus possible pour environ 30 secondes et répéter cet exercice trois fois. Cela pourrait vous éviter de petits problèmes. 

Épaules douloureuses

Finalement, la posture assise avec le cou penché vers l’avant amène les épaules à être plus enroulées vers l’avant. Cette posture maintenue sur une longue période peut faire en sorte qu’une fois debout, vous vous retrouviez dans un alignement inadéquat. Si vous gardez les épaules trop vers l’avant, certaines structures (comme les tendons) pourraient être perturbées et, conséquemment, vous pourriez développer des douleurs. Faites attention: maintenez vos épaules dans un bon alignement dans toutes les postures de votre vie afin de conserver une bonne biomécanique et dynamique musculaire des muscles des épaules. 

Partagez ces informations à votre famille et vos amis. En ce temps de réjouissances, et pour la nouvelle année, cela pourra permettre à plusieurs de demeurer actifs!

Joyeuses Fêtes!

Le Plus

Plaisirs d’hiver!

J’aime la neige, alors j’en profite en faisant des activités à l’extérieure.

Comme nous vivons au Québec, nous avons développé une grande capacité d’adaptation! Par contre, nous devons quand même pelleter et nous adapter à marcher sur la neige et la glace l’hiver... 

Si vous avez à pelleter, voici quelques conseils pour protéger votre dos, vos genoux et vos épaules. 

Pensez toujours à vous placer face à l’effort que vous faites. Choisissez aussi la bonne pelle pour le type de neige à pelleter. Si vous avez une grande pelle qui sert à pousser la neige, il est recommandé de ne l’utiliser que pour cette action. Vous pouvez aussi pousser la neige le plus proche possible de l’endroit où vous aurez à la soulever. Ensuite, prenez une pelle plus petite pour faire une montagne de neige. Avant de soulever la neige, placez-vous face à l’endroit où vous voulez la déposer. Pliez les genoux et contractez vos muscles abdominaux afin de bien stabiliser votre tronc. Pensez à expirer en soulevant la charge. Ce sera plus facile et c’est la meilleure façon de respirer. Déposez la neige au-dessus de la butte, sans faire de torsion du tronc. Vous protégerez ainsi votre région lombaire. 

Si vous avez à pelleter un escalier, placez-vous au bas des marches. Vous aurez ainsi une meilleure portée de la neige que si vous êtes dans le haut. Vous n’aurez pas autant de flexion des jambes et de la région lombaire à effectuer. Vous protégerez encore une fois votre dos. Évitez les rotations du tronc en pelletant. 

Lors d’une journée de tempête, si votre horaire le permet, pensez à sortir à quelques reprises pour pelleter un peu de neige à la fois. Ce sera plus facile et plus ergonomique. Vous fractionnerez ainsi votre effort, ce qui est plus prudent. 

En période hivernale, lorsque les rues sont glissantes et enneigées, vous pouvez sortir marcher, si vos capacités physiques le permettent. Il est important de porter des bottes confortables munies de semelles à crampons. Si vous ne possédez pas de chaussures adéquates, vous pouvez vous procurer des crampons à ajouter à vos semelles. Je vous recommande les crampons avec une attache à sangle de type «velcro» qui passe par-dessus les bottes. De cette façon, vous risquerez moins de les perdre.  

Je vous suggère fortement de faire de l’hiver votre ami et votre allié. Il existe tellement d’activités hivernales à faire. Permettez-vous des journées de découvertes: ski de fond, raquette, marche, vélo de type fat bike, ski alpin ou planche à neige, glissade, patin extérieur au parc Daniel-Johnson, etc. Pensez aussi à vous pointer le bout du nez dehors lors des activités extérieures aux journées de Famili-neige organisées par Vie culturelle et communautaire de Granby les 2, 3 et 10 février.

Restez actifs!