Benoit Giguère et Virginie Fortin forment un couple dans la vie et en affaires. Propriétaires de la fruiterie Aux belles récoltes, ils offrent des «paniers surprise» hebdomadaires à ceux qui veulent manger frais et varié, à petit prix.

Paniers surprise de la fruiterie Aux belles récoltes: un service aux petits oignons

C’est connu, tout le monde raffole des surprises. Aussi, plusieurs aiment les fruits et les légumes. Alors, comment refuser un « panier surprise » hebdomadaire de fruits et de légumes frais ? Pas cher par-dessus le marché ! L’offre est celle de la fruiterie Aux belles récoltes, située au cœur de Waterloo. Et elle ne s’adresse pas qu’aux gens à l’est du mont Shefford. Elle tient aussi pour l’ouest. Au point de chute de Granby, le panier coûte 16 $ par semaine. Non, on ne vous raconte pas de salades !

Aux belles récoltes, c’est le projet commun de Benoit Giguère et de sa conjointe Virginie Fortin, deux Waterlois tombés dans le domaine « alimentaire » en devenant parents. « C’est vraiment entré plus dans nos vies avec l’arrivée des enfants, raconte Virginie. On veut bien les nourrir ces petites bêtes-là ! »

Née d’une mère avant-gardiste côté bouffe, Virginie avait déjà en elle cette volonté de manger santé, varié et frais. « Moi, des légumineuses, j’en mangeais quand j’étais enfant, lance-t-elle en riant. Ma mère, qui s’occupait de la cafétéria de la Coop à Waterloo, mettait du tofu dans sa sauce à spag..., mais il ne fallait pas le dire ! On disait que c’était du fromage, et tout le monde aimait ça. »

Ce projet qui allait les combler tous les deux pendant plus de 70 heures par semaine, le couple l’a mijoté pendant dix ans. Entre-temps, Virginie, formée en géographie, a même tenu les rênes du snack-bar santé Bonne Bouffe, à Granby, pendant quatre ans. De son côté Benoit, qui vient du monde des arts plastiques, gérait sa compagnie de rénovation.

« C’était certain qu’on lançait quelque chose à Waterloo, insiste Virginie, mère de trois enfants. On aime ça, nous, Waterloo et on aime ça que ça bouge à Waterloo ! En plus, le concept de fruiterie y était inexistant depuis plusieurs années. »

Ce trou dans le paysage, jumelé à un constat fait par certains organismes communautaires du milieu, a été les bougies d’allumage de la fruiterie Aux belles récoltes. Un lieu chaleureux au look champêtre urbain qui a connu un agrandissement après seulement un an et demi d’opération.

« Dans une réunion, les gens parlaient de ‘désert alimentaire’ à Waterloo, raconte Benoit. Voyons : il y avait nous, avec notre nouvelle offre de service, les épiceries ici, à Granby et à Bromont, les maraîchers partout autour, pis en plus, on est en campagne ! Je trouvais que ça n’avait pas de bon sens. »

Jusqu’à ce qu’il comprenne que ce manque que les gens tentaient d’exprimer était celui d’un service de « paniers » à l’image de ceux que proposaient Bonne Boîte Bonne Bouffe. Le regroupement d’achats collectifs, qui vendait des fruits et des légumes frais à juste prix, a cessé ses activités en 2016.

« Je suis revenu de là et ce que j’entendais, c’était que nous devions faire des paniers ! », lance-t-il. Des paniers dont le contenu est fixé en fonction de ce qu’offrent en ligne les grandes chaînes d’alimentation (Métro et IGA). « On peut se permettre de demander une moins grosse marge de profit, explique Benoit, car il n’y a pas une multitude de manipulations à réaliser avec la marchandise, pas de pertes, pas de réfrigération à long terme, donc moins de coûts associés à ce type de vente. »

Voici à quoi ressemblait un panier cet été Aux belles récoltes.

Les paniers contiennent ainsi, chaque semaine, trois sortes de fruits, des légumes, de la fraîcheur et de la diversité.

« Dans le fond, on fait l’épicerie pour les gens, illustre Benoit. Et ça ne s’adresse pas qu’aux moins fortunés. C’est pour tout le monde. »

La preuve : d’une vingtaine de paniers la première semaine, la fruiterie en a produit jusqu’à 150 cet été.

Granby et Waterloo

Ainsi, depuis un an, les gens de Waterloo peuvent récupérer leur panier hebdomadaire (15 $) directement à la fruiterie de la rue Foster le mercredi, sur les heures d’ouverture. À Granby, la livraison se fait le jeudi, entre 15 h et 18 h, dans le stationnement situé au 223 rue Saint-Charles Sud, coin Cowie. À Granby, le panier est 16 $ par semaine « parce qu’on se déplace », explique Benoit qui rappelle que leurs paniers permettent de faire des économies.

« À environ 60 $ par mois, je peux combler la partie ‘fruits et légumes’ de ton épicerie, dit-il. Soixante dollars mensuellement pour du frais seulement. Le second hand, ce n’est pas ce qu’on retrouve ici. D’ailleurs, ce qui reste une fois qu’on a rempli les paniers, ça s’en va directement dans nos étals. »

Les fruits et légumes moches, les fournisseurs les gardent, explique Benoit. Les défraîchis, eux, ils les gèrent ou les envoient à l’animalerie du coin où, paraît-il, se trouvent des tortues particulièrement gloutonnes... « Avec les paniers, il faut toutefois être capables de gérer la surprise, met en garde Virginie. Ce n’est pas pour les difficiles. Nous ne faisons pas d’échange. Ce que les gens n’aiment pas, on les invite à le donner à leur voisin ! »

Mais bien que Benoit et Virginie veillent à ne pas envoyer un sac de cinq livres de patates chaque semaine, ils ne se sont pas donné comme mandat de faire faire des découvertes à leurs clients chaque semaine. Par exemple, la semaine dernière, le panier comptait un céleri, des asperges, des choux de Bruxelles, des champignons, un avocat, de la laitue romaine, des tomates italiennes, une citrouille, des pommes, des bananes et des poires. « Par exemple, l’aubergine, on peut l’envoyer aux deux mois ! , lance Virginie. Carottes, céleri et patates, on y va en alternance. C’est vraiment pour Monsieur et Madame Tout-le-Monde. »

Toujours dans cette volonté d’offrir de la fraîcheur aux gens, Benoit et Virginie ont proposé, cet été, la « fruiterie mobile » dans trois campings de la région.

À long terme, ils aimeraient « faire pousser » et avoir un kiosque à même leur maison ».

À voir la façon dont ils gèrent leur fruiterie, il est clair qu’une graine est déjà semée...

Pour réserver un panier, on se rend sur la page Facebook de la fruiterie Aux belles récoltes.