Marie-Claude Gratton, fondatrice et directrice d’Espace idées, et sa collègue responsable des communications, Catherine Moisan.

Où tout est possible

L’an dernier, les Québécois ont donné en moyenne 252 $ à diverses activités de financement. Pour profiter de cette générosité, les OSBL doivent toutefois user d’imagination. Pour ceux qui manquent d’inspiration, Espace idées propose des solutions. Et pas seulement dans le domaine de la philanthropie. La petite entreprise veut accompagner les organismes dans leur mission, et ce, sur tous les fronts.

L’idée de créer un tel lieu est celle de Marie-Claude Gratton.

Après avoir travaillé dans le domaine du financement et des communications pour de petits, moyens et grands organismes, et dans divers secteurs d’activités au cours des 20 dernières années, elle a décidé de plonger et de lancer sa propre entreprise sociale. Catherine Moisan, formée en communication, s’est jointe à elle dans cette grande aventure.

Espace idées permet désormais aux nombreux organismes et associations d’assister à des conférences, de profiter de formations et de partager sur leur réalité et expertise. L’entreprise se spécialise aussi dans l’élaboration de plans d’action pour la mise en place d’activités de financement et offre un service d’accompagnement au niveau des stratégies de communication.

« Ça faisait deux ans que j’y pensais, raconte Marie-Claude Gratton, fraîchement installée dans son nouvel environnement de travail. Les OSBL, les causes qu’ils portent, c’est ma passion ! J’ai travaillé longtemps en Alberta et là-bas, ils peuvent échanger entre eux, profiter de formations, ont accès à des consultants pour les aider, etc. J’ai vu tous les bénéfices que cela apportait. C’est ce qui crée parfois un petit extra, qui donne une motivation, un petit boost. J’avais à coeur d’offrir la même chose aux organismes d’ici. »

Dans leurs chaleureux locaux de la rue Brignon à Granby, les deux femmes proposent même un lieu physique, une salle tout équipée, où les OSBL peuvent se réunir pour échanger, apprendre, réfléchir et innover.

« À des prix raisonnables, insiste Catherine Moisan. Nous sommes conscientes de la réalité des organismes. »

« Nous voulons les encourager à innover, poursuit Marie-Claude. À sortir de la boîte. Par exemple, il n’y a pas qu’une façon de récolter de l’argent. Il en existe plein d’autres ! Il ne faut pas avoir peur de prendre des risques. Il faut être prêt à faire des changements, à oser. »

La preuve, toutes deux l’ont fait. Après six ans à oeuvrer à la Maison au Diapason de Bromont, Marie-Claude a décidé que le temps était venu de réaliser son rêve.

Après avoir découvert la course à pied, une discipline qui lui a prouvé qu’elle pouvait atteindre ses objectifs, elle a osé foncer. Le fait de côtoyer la mort au quotidien a aussi pesé dans la balance, ne cache pas la mère d’une jeune adolescente. Même chose pour Catherine, qui travaillait aussi pour l’organisme en soins palliatifs. « J’avais besoin d’un nouveau défi ! », dit-elle, rayonnante dans son nouveau rôle.

« On peut aider n’importe qui, en Haute-Yamaska et dans Brome- Missisquoi, souligne Marie-Claude. En fait, de Sherbrooke à la Rive-Sud de Montréal, ce genre d’entreprise n’existe pas et les besoins sont immenses. J’y crois vraiment ! »

Une fois qu’Espace idées aura pris sa vitesse de croisière, sa fondatrice et directrice entend réaliser un deuxième rêve : organiser un événement d’envergure auquel seraient conviés tous les OSBL.

« Quelque chose de gros pour leur permettre d’échanger de façon globale, indique Marie-Claude, des étoiles dans les yeux. Pour l’avoir vécu, ce sont toujours de belles occasions pour découvrir de nouvelles façons de faire, de se donner des idées. »

Dans le coup

Le quotidien des OSBL sur le terrain, les deux femmes derrière Espace idées le connaissent. « La réalité au jour le jour, ce n’est pas évident », reconnaît Marie-Claude Gratton, forte de nombreuses années d’expérience dans le domaine.

Dans cette optique, l’équipe d’Espace idées propose donc des prix « qui reflètent cette réalité », insiste-t-elle.
« Nous sommes une entreprise sociale, alors notre mission est de répondre aux besoins de la communauté », indique la fondatrice et directrice.


Par exemple, pour un forfait annuel de 125 $, un OSBL obtient un accès à la section Membre du site Espace idées, à un webinaire gratuit (d’une valeur de 50 $), à une invitation aux midis Apporte ton lunch ! organisés une fois par mois pour échanger sur un sujet en particulier, à une location de salle pour une demi-journée (d’une valeur de 50 $) et à un affichage de postes et une publication sur les réseaux sociaux de l’organisme.


« Sur 125 $, on remet l’équivalent de 100 $, fait remarquer la fondatrice. Et dans la section Membre, on donne énormément de matériel : outils, gabarits, procédures, informations sur diverses politiques, modèles de lettre, etc. On offre aussi une liste de partenaires qui offrent leurs services à moindre coût. »


Les deux femmes sont également à mettre au point un calendrier des activités organisées ici et là sur le territoire pour éviter, par exemple, que quatre soupers-bénéfices soient tenus le même soir ! Une demande exprimée par les organismes eux-mêmes.
Une première formation gratuite aura lieu chez Espace idées le lundi 19 février. Manuel Soto, du Centre St-Pierre, un centre de formation et d’intervention situé à Montréal, viendra expliquer comment rendre sa cause sexy. C’est de 9 h à midi.


Le premier midi Apporte ton lunch ! , lui, se tiendra le mercredi 28 février. On y abordera les façons de reconnaître et de remercier les bénévoles. Pour réserver sa place, suffit de se rendre sur le site espaceidees.ca dans la section Nos services, dans l’onglet Formations.

Proximité

Comme la plupart des formations, ateliers et conférences destinés aux organismes sans but lucratif sont offerts à Montréal ou à Québec, Espace idées a l’intention de renverser la vapeur.


Les divers spécialistes, formateurs et conférenciers, l’équipe les fera venir à Granby. Mieux encore, Marie-Claude Gratton et Catherine Moisan souhaitent présenter des gens d’ici aux organismes d’ici. Ainsi, elles invitent tous ceux et celles qui ont des connaissances pointues dans un domaine qui pourraient aider les OSBL à se manifester. 

«Même chose pour les entreprises qui désirent offrir leurs services à frais réduits, souligne la directrice de la jeune entreprise. Il nous fera plaisir de les ajouter à notre banque d’entreprises dans notre section Membre.»