Les pinots sont à la mode!

CHRONIQUE / Outre le pinot noir, bien connu et cultivé à travers le monde, il existe d’autres variétés de raisins portant aussi le nom de pinot et qui attirent l’attention des consommateurs. La chaleur des dernières semaines m’a donné envie d’insister sur ceux qui produisent des vins blancs.

Le pinot blanc

Surtout retrouvé en Alsace, sa réputation n’a pas toujours été à la hauteur des autres cépages cultivés dans cette région. On le connaissait plutôt comme étant à l’origine de vins simples, discrets et légers. Néanmoins, il a démontré qu’il pouvait offrir des résultats qualitatifs intéressants et tout en équilibre lorsqu’il est bien vinifié. On constate d’ailleurs (et heureusement), un intérêt croissant pour ce cépage. 

Découvrez-le à travers l’Alsace pinot blanc, Mise du printemps, Josmeyer (Code SAQ : 12604063; 22,40$). Avec des notes florales et d’agrumes, une belle fraîcheur et une touche de minéralité, il a tout pour inspirer le printemps. En revanche, il offre également une légère sensation de chaleur (alcool), une belle matière et des notes de pommes cuites qui se prêtent aussi bien à l’automne. Excellent pour l’apéro, accompagné d’une rillette de poisson.

On retrouve également le pinot blanc en Italie, sous le nom de pinot bianco, ainsi qu’au Canada, principalement.

Pinot gris ou pinot grigio?

En fait, il s’agit du même raisin, mais le style qui en découle est bien différent. Nommé pinot grigio en Italie, il en résulte davantage un vin facile, neutre et en fraîcheur. Ailleurs dans le monde, on le nomme pinot gris et il propose des vins plus puissants et charpentés que le style pinot grigio. On le retrouve surtout en Alsace, en Oregon, en Nouvelle-Zélande, au Canada et même ici, au Québec. Du côté de l’Oregon, ce pinot gris, Duck Pond Cellars (Code SAQ : 12818969; 22,60$) est à conseiller aux consommateurs qui insistent pour avoir un vin blanc avec un plat qui demanderait habituellement du vin rouge. Si vous observez bien la robe, vous y apercevrez une légère teinte rosée. Cette coloration subtile s’explique par le fait que la peau du pinot gris n’est pas verte comme les cépages blancs, mais plutôt grise bleutée. Il propose des arômes de pêche et d’abricot ainsi qu’une bouche charpentée et riche à la texture onctueuse. À table, il saura soutenir un gibier ou un rôti,
tout comme il sera aussi exquis avec du homard ou du crabe. 

Le pinot auxerrois

Peu connu, on l’aperçoit surtout en Alsace et il est souvent assemblé au pinot blanc. Les deux cépages montrent d’ailleurs certaines similitudes. Le pinot auxerrois est également utilisé fréquemment dans l’élaboration des crémants d’Alsace (mousseux). Souple, ample et d’une acidité modérée, quelques vins le représentent en « monocépage » à la SAQ. Entre autres, vous y trouverez cet Alsace pinot auxerrois, Zeyssolff (Code SAQ :896530; 17,65 $). N’ayant peut-être pas des allures de grands vins, il n’en demeure pas moins équilibré, délicat, frais et agréable. Cette belle découverte, sous la barre des 20$, agrémentera assurément vos soirs de semaine! 

Santé aux pinots de ce monde!