L’équipe du service Solutions médiation citoyenne, offert par Justice alternative et médiation : François Forest et Alexandre Lecompte, médiateurs bénévoles, Luc Genest, intervenant et Lesley Jenkins, médiatrice bénévole.

L’efficacité du dialogue

Souvent, les gens ont le réflexe de se tourner vers les tribunaux pour régler un conflit. Pourtant, et surtout dans des cas d’une dispute entre voisins, de conflits relationnels ou de malentendus divers, d’autres modes de règlements existent et se révèlent tout aussi efficaces. C’est le cas de Solutions médiation citoyenne. Ce service, offert par l’organisme Justice alternative et médiation, permet de désamorcer plusieurs petites bombes faisant épargner temps et argent aux parties concernées.

Solutions médiation citoyenne, c’est de l’accompagnement en résolutions de conflits, explique Luc Genest, intervenant chez Justice alternative et médiation, un organisme qui propose une pratique différente en matière de justice, autant sur le territoire de la Haute-Yamaska que sur celui de Brome-Missisquoi et même une partie de la MRC de Rouville.

«Ça se fait de façon informelle et sur une base volontaire, explique-t-il. C’est gratuit et confidentiel. Il faut toutefois être ouvert et vouloir régler.»

C’est justement dans un état de grande ouverture que Sébastien Ouellet a accueilli la lettre de Justice alternative et médiation lui dévoilant que son voisin espérait trouver un terrain d’entente en lien avec leurs différends.

«Nous, à la demande d’une des deux parties, on va à la pêche, indique Luc Genest. On appelle l’autre personne ou on lui envoie une lettre et on voit. S’il y a un refus de régler, on accompagne la personne qui a entrepris la démarche en la référant ailleurs ou en lui donnant divers renseignements. On agit vraiment comme médiateur.»

Sébastien Ouellet a fait affaire avec un médiateur de Solutions médiation citoyenne après que son voisin s’est adressé à l’organisme.

À l’heure actuelle, M. Genest peut compter sur une équipe de trois bénévoles pour offrir le service de Solutions médiation citoyenne. «Ce sont des citoyens qui s’investissent, qui s’impliquent, pour en aider d’autres dans la résolution de leurs conflits», dit-il, en ajoutant qu’il est toujours en recrutement.

Efficace et rapide

«J’ai ouvert la porte, poursuit Sébastien Ouellet, en parlant de son expérience en compagnie d’un médiateur de Solutions médiation citoyenne. Finalement, tout le monde a été gagnant. On a tous sauvé beaucoup de temps et d’argent. En deux, trois semaines, c’était réglé. Et je pense que mon voisin est satisfait. Aujourd’hui, il me parle et m’envoie la main. Le courant passe.»

Grâce aux médiateurs, les deux parties se parlent enfin, souligne Luc Genest. Car comme le fait remarquer M. Ouellet, souvent, un conflit tire son origine d’un mauvais dialogue, d’un grand manque de communication. Les gens restent souvent campés sur leurs positions, la plupart du temps basées sur de fausses perceptions ou d’interprétations non fondées.

«Des fois, juste de parler et d’être écouté aide, fait remarquer François Forest, médiateur bénévole. Moi, je crois en la capacité des voisins pour trouver la meilleure solution à leur conflit.»

Comme l’illustre M. Ouellet, Solutions médiation citoyenne est «l’outil complémentaire qui permet de régler.»

«Un facilitateur», se plait à dire Luc Genest.

Pour avoir plus d’information sur ce service ou pour y avoir recours, composez le 450-777-4208, poste 226. Notez que Solutions médiation citoyenne ne s’implique pas dans des conflits touchant le droit familial, comme les séparations, les divorces ou la garde d’enfants.