Vivement la tête en bas!

CHRONIQUE/ Communément appelé le roi et la reine des postures dans le milieu, Sirsasana, la posture sur la tête, et Sarvangasana, la posture sur les épaules, sont, pour certains, l’ultime accomplissement de la maîtrise du corps et de l’esprit.

Les postures la tête en bas apportent effectivement leur lot de bienfaits. Toutefois, mal encadrées (et c’est souvent le cas), ces postures peuvent avoir des effets néfastes importants sur les vertèbres cervicales et sur la santé en général. Plusieurs centres de yoga au Canada et aux États-Unis affichent clairement dans le local que ces postures ne seront pas enseignées. Quand les risques de blessures prédominent, mieux vaut s’abstenir.

Les effets positifs d’avoir la tête plus basse que le cœur ont largement été étudiés et c’est probablement la chose la plus surprenante quand on débute le yoga: se retrouver régulièrement la tête en bas!

Observez un enfant. Il fait des roulades, marche sur les mains, envoie ses jambes au mur. Intuitivement, le corps recherche l’apaisement. Ces mouvements du corps ont effectivement des effets apaisant et régénérant.

La gravité, qui est notre réalité humaine, invite à une certaine stagnation du corps congestionnant le sang, la lymphe et les membres inférieurs. Or, lorsqu’on inverse le processus, on crée un mouvement de revitalisation pour tous nos systèmes: lymphatique, circulatoire, endocrinien, digestif et cardio-vasculaire. Ainsi, les inversions reposent le cœur, améliorent l’équilibre, régénèrent les globules rouges, renforcent le système immunitaire et augmentent la vitalité et la créativité par un apport d’oxygène au cerveau. Certaines d’entre elles vont favoriser un meilleur sommeil et, comme le cerveau est mieux oxygéné, la personne profitera ainsi d’un antidépresseur naturel.

Je vous propose quelques variantes accessibles.

Viparita Karani: couché sur le dos, bassin près du mur, amenez les jambes au mur. Merveilleuse posture qui apporte au corps et à l’esprit ce dont ils ont besoin. Peut être gardé jusqu’à 20 minutes. Placez un coussin sous le bassin pour en augmenter les effets.

• Variante du chien tête en bas, avec une chaise: placez vos avant-bras sur le siège de la chaise (mains sur les coudes) et reculez un peu les pieds comme pour former un V avec votre corps. Déposez le front. Dix respirations ou plus.

• Variante de la chandelle avec un divan (ou chaise): couchez-vous sur le dos, bassin près du divan, placez les plantes des pieds sur le rebord du siège. Poussez les pieds sur le siège afin que le bassin se soulève. Placez vos mains dans le bas du dos pour soutenir le bassin. Gardez quelques respirations.

• Le chiot : sur les quatre pattes, déposez les avant-bras au sol. Le bassin reste au-dessus des genoux. Déposez le front.

Uttanasa : la pince debout. Laissez le corps se pencher vers l’avant, les fesses appuyées contre un mur. Les coudes peuvent être sur les cuisses. Relâchez bien la nuque. Gardez le temps de quelques respirations.

En tout temps si vous ressentez de l’inconfort ou de la douleur,sortez doucement de la posture et reposez-vous.

Namasté!