CHRONIQUE/ Ashvini mudra ou le sceau du cheval

Notre énergie est précieuse et nous aimerions avoir un puits pour boire à sa source. Elle est durement gagnée et facilement éparpillée. Ashvini mudra, ou le sceau du cheval, peut nous aider à assurer le contrôle du Prana ou l’énergie vitale.

Quatre piliers peuvent nous aider à conserver notre énergie et la maintenir. L’alimentation consciente, bien s’hydrater et faire une activité physique à notre mesure. La respiration, ou la façon dont nous respirons, est également incontournable. À partir du souffle conscient, nous nourrissons l’intelligence naturelle du corps. Avoir de l’énergie n’est-ce pas avoir les ressources nécessaires pour s’épanouir et libérer son plein potentiel?

Ashvini est traduit par le sceau du cheval, soit le spécialiste du contrôle de son sphincter anal. Par la pratique régulière d’Ashvini, nous activons le muscle pubo-coccygien, situé à la base du bassin, et nous renforçons le périnée. Des recherches ont démontré, à l’aide d’un PCE- SCANNER (procédé qui visualise les champs cérébraux et corporels sur un ordinateur), qu’il y a un lien direct entre l’activation du muscle pubo-coccygien et le cerveau. Son activation permet de libérer une énergie fondamentale et originelle située à la base de la colonne vertébrale. Effectuée dans une posture correcte, la tension de ce muscle favorise le passage de l’énergie vers le cerveau par le biais de la moelle épinière. Il s’agit de créer l’effet d’une pompe qui provoque l’activation des neurones et des zones cérébrales en majeure partie inactives. Sa pratique régulière renforcera ce muscle et tonifiera l’ensemble du système nerveux. L’hypophyse et la glande pinéale seront particulièrement redynamisées.

Ashvini Mudra contribue également à lutter contre les descentes d’organes, prévient les hémorroïdes et la constipation tout en améliorant la circulation sanguine dans cette zone. Il agit en stimulant l’ensemble des organes du bas-ventre et aide les femmes enceintes. Il relaxe la zone abdominale et, l’énergie y circulant mieux, nourrit Muladhara chakra, le centre d’énergie de la base et Apana vayu.

S’il n’est pas actif, ce muscle s’affaiblit et s’atrophie.

Exercice: pour les débutants, commencez sur le dos, les genoux près de la poitrine.

Assurez-vous d’être détendu. Vous pouvez aussi être assis sur une chaise, le dos allongé. Les muscles fessiers doivent rester inactifs durant l’exercice.

Respirez consciemment quelques instants. En expirant, serrez doucement le sphincter anal. Ne forcez pas. Puis, à l’inspire, relâchez lentement sans pousser. Visualisez une fleur qui s’ouvre et se referme. Pratiquez suffisamment lentement pour bien ressentir le contraste entre les deux phases. Répétez de 5 à 6 fois. Une fois les deux phases bien perçues et le geste maîtrisé, on peut approfondir en variant le rythme, l’intensité et les répétitions. La phase de détente doit être légèrement plus longue que la contraction. Les Chinois appellent cette zone «l’assiette» du corps. D’où l’expression «être... ou ne pas être dans son assiette!» Bonne pratique!