Hebdo

Dormir la bouche fermée

CHRONIQUE/ Comment fait-on pour dormir la bouche fermée? Quand on dort, on ne s’aperçoit pas de ce qui se passe. Quand cela fait des années que nous respirons uniquement par la bouche, cela peut sembler utopique. Mais il n’est jamais trop tard pour y arriver! Nous avons simplement oublié. Oublié de respirer comme le font les bébés. Les bienfaits de la respiration par le nez n’est plus à démontrer. Et pour rééduquer le corps la nuit, il faut l’entraîner... le jour.

La nuit, nous pourrions profiter pendant huit heures de tous les bienfaits de la respiration par le nez;

Hebdo

Ojas: nectar de vitalité

CHRONIQUE/ Il existe des substances tellement subtiles sécrétées chaque jour dans notre corps qu’il peut être difficile d’imaginer comment cela influence notre santé. Ojas, aussi appelé nectar de vitalité est, selon Deepak Chopra, le produit final issu d’une bonne digestion et d’une parfaite assimilation de nourriture saine et fraîche.

Pour l’Ayurveda, la santé est un ensemble de facteurs influençant notre équilibre. Cette branche médicale du yoga datant de plusieurs milliers d’années est sans contredit reconnue aujourd’hui dans le monde entier.

Hebdo

Brahmari

CHRONIQUE/ Brahmari est le mot sanskrit qui se traduit par abeille ou par bourdonnement d’abeille (humming en anglais). C’est un pranayama qui se fait sur l’expiration en émettant le son M en continu.

Brahmari est une technique intéressante que vous pouvez utiliser quotidiennement pour diminuer la fatigue mentale, l’anxiété et favoriser le sommeil. Il augmente aussi les ondes de détente dans le corps et l’esprit. C’est très relaxant et c’est une façon simple de se régénérer. Sa pratique renforce les fonctions cognitives et réharmonise le cœur avec l’esprit. Brahmari augmenterait aussi les ondes gamma (spirituelle) dans le cerveau. Ces ondes apparaissent dans des états d’amour inconditionnel et d’altruisme. On sait aussi qu’avec sa pratique régulière, ces effets restent plusieurs minutes après.

Hebdo

Ces petites attentions

CHRONIQUE/ Une nouvelle année est un passage. Chaque passage porte son lot de réflexions. Réflexions sur le chemin emprunté, sur les ajustements nécessaires pour atteindre ou maintenir un équilibre. La pensée occidentale nous invite à prendre des résolutions. La pensée orientale, elle, nous convie à être, ici et maintenant. La même pratique de yoga pourrait être faite tous les jours. Notre corps, notre esprit et notre énergie ne la recevront pas de la même manière que la journée précédente. Ainsi, chaque rencontre est unique. Avec soi ou avec l’autre. La vie est ce mouvement intérieur et extérieur qui se renouvèle et qui fait le précieux du moment. L’environnement, la lumière, les événements, notre état intérieur, tout est toujours différent. Alors que nous avons tendance à l’agitation, à dégainer les répliques plus vite que notre ombre, la vie nous demande d’écouter. Peut-être alors pourrons-nous nous investir dans ce que nous faisons avec cette joie renouvelée que l’enfant possède? Peut-être écouterons-nous vraiment l’autre comme si c’était la dernière fois qu’on passait un moment en sa compagnie? Et ainsi, lorsqu’un être cher nous quittera, nous pourrons ressentir cette joie profonde d’avoir créé, ensemble, un lien pleinement vivant. Plusieurs gestes posés au quotidien sont de merveilleuses occasions de rencontre. Pour y arriver, il suffit de le choisir et de poser régulièrement une attention tranquille sur l’instant présent.

Lorsque nous mangeons, mangeons et ne faisons que cela. Faisons qu’une seule chose à la fois. Lorsque nous mangeons, concentrons-nous sur les saveurs, mâchons lentement, profitons de toutes les sensations que nous ressentons. Cette attitude nous permettra aussi d’être attentifs au moment où notre corps exprimera sa satiété.

Hebdo

Nulle part où aller

CHRONIQUE/ Il y a deux choses que l’on fait dans la vie. On s’accroche à ce que l’on aime ou bien on repousse ce que nous ne voulons pas. Ces deux mouvements sont des causes de souffrances et nous empêchent d’aller de l’avant. La nature humaine est ainsi faite. Accueillir, accepter ou « être avec » tout ce qui peut arriver, de manière impartiale, sans préférence, ne fait pas partie de nos réflexes naturels. Comment s’engager dans la vie en sachant que tout disparaît, que rien ne dure ?

Pourtant, chaque nouvelle journée nous offre l’occasion d’apprivoiser cette réalité, car toute la vie est faite en fonction de l’impermanence. On y est préparé à coup de petites et de grandes pertes, puisque tout est voué à mourir. Si on regarde cela d’un autre point de vue, l’impermanence n’est-elle pas promesse de changement ? C’est l’apparition, la transformation et la disparition des choses. Un grand mouvement de la vie elle-même.

Hebdo

Le monoxyde d’azote, fascinante molécule

CHRONIQUE/ Quand nous nous sentons calmes, sereins et en paix avec soi-même, nous produisons du monoxyde d’azote ou oxyde nitrique (NO). Cette fascinante molécule a été découverte dans les années 80 et a ouvert la voie à plusieurs applications thérapeutiques.

Le monoxyde d’azote1 se trouve à l’état naturel dans l’atmosphère, mais il est également produit par toutes les cellules de notre corps. Une de ses fonctions les plus importantes est la vasodilatation. Cela signifie qu’elle permet la détente des muscles internes des vaisseaux sanguins les amenant à s’élargir et à augmenter la circulation. Nos sinus seraient de vraies usines à NO, ce qui permet à ce précieux gaz de se libérer par petites bouffées à travers nos vaisseaux sanguins.

Hebdo

À chacun son yoga

CHRONIQUE/ Trouvez-vous compliqué de vous y retrouver à travers tous les styles de yoga proposés et leurs multiples variantes? Le monde du yoga est vaste et trouver l’approche qui nous convient peut-être tout un défi. Il y a des particularités à chaque approche et la question à se poser est : qu’est-ce que je recherche dans un cours de yoga? Un entraînement? Des enseignements? De la relaxation? Une meilleure respiration? Une façon de gérer le stress? Prendre simplement soin de moi? Mieux dormir? Diminuer la douleur?

Toutes ces questions sont valables et importantes et tout l’environnement du cours (professeur, ambiance, accueil) influencera l’expérience.

Hebdo

Alimentation: acide vs alcaline

CHRONIQUE/ L’alimentation a vécu un virage industriel important dans les années d’après-guerre. Constat: nous mangeons plus acide que nos ancêtres qui eux, suivaient les saisons et mangeaient en grande partie les «fruits» de leur récolte. Aujourd’hui, un fossé existe entre ce que l’on mange et ce que l’on croit manger. Un intérêt pour les petits producteurs et l’agriculture biologique est en croissance. Nous avons besoin de savoir d’où vient ce que l’on mange. Si on ne s’y intéresse pas, d’autres vont s’en charger pour nous!

Cinq cents ans avant notre ère, Hippocrate disait : «Que ton alimentation soit ton traitement et ton traitement ton alimentation». La proximité avec les aliments acidifiants, dont ceux très transformés, la malbouffe, les sucres raffinés, les farines dénaturées, le café, l’alcool reste tout un défi.

Hebdo

La marche afghane

CHRONIQUE/ Imaginez des hommes qui marchent plus de 60 km par jour, pendant plus de dix jours. Des hommes qui traversent déserts et montagnes avec leurs chameaux. Ces chameliers, qui marchent dans des conditions difficiles liées à l’altitude, à la chaleur ou au froid, ne ressentent toutefois pas d’extrême fatigue.

Ces hommes, respirant uniquement par le nez, ont un rythme qui respecte totalement leur physiologie. Heureusement, cette faculté de marcher est accessible à tous, en tout lieu et en toute saison.

Hebdo

L’étincelle de vie

CHRONIQUE/ Agni est un mot ayurvédique qui signifie l’étincelle de vie. Cette étincelle est présente dans chaque cellule, chaque tissu et chaque système du corps. Il permet d’enclencher ou de démarrer ce qui nous garde en vie.

Agni ou «feu digestif», agit comme un chef d’orchestre. Il discerne ce qui doit pénétrer dans nos cellules et ce qui doit être éliminé en déchets. Agni est à la base de tous les déséquilibres physiques et émotionnels entraînant malaises et maladies. Il a les qualités d’être chaud, tranchant, léger, pénétrant, subtil, lumineux et clair. Il existe plusieurs agnis ayant chacun un rôle bien défini, mais le plus important est jathara agni. C’est le système digestif central qui régit la digestion, l’assimilation et la transformation. Il se trouve dans l’estomac. Le rôle d’agni est donc de digérer et d’éviter une accumulation de résidus non digérés (amas). Si la digestion est lente, souvent il y aura accumulation d’ama, provoquant à la longue, certains déséquilibres. Une alimentation adaptée selon la saison et un mode de vie à l’écoute de soi, vont supporter le travail d’agni. Or, une température froide et pluvieuse pourra facilement faire le contraire.