Hebdo

Alimentation: acide vs alcaline

CHRONIQUE/ L’alimentation a vécu un virage industriel important dans les années d’après-guerre. Constat: nous mangeons plus acide que nos ancêtres qui eux, suivaient les saisons et mangeaient en grande partie les «fruits» de leur récolte. Aujourd’hui, un fossé existe entre ce que l’on mange et ce que l’on croit manger. Un intérêt pour les petits producteurs et l’agriculture biologique est en croissance. Nous avons besoin de savoir d’où vient ce que l’on mange. Si on ne s’y intéresse pas, d’autres vont s’en charger pour nous!

Cinq cents ans avant notre ère, Hippocrate disait : «Que ton alimentation soit ton traitement et ton traitement ton alimentation». La proximité avec les aliments acidifiants, dont ceux très transformés, la malbouffe, les sucres raffinés, les farines dénaturées, le café, l’alcool reste tout un défi.

Hebdo

La marche afghane

CHRONIQUE/ Imaginez des hommes qui marchent plus de 60 km par jour, pendant plus de dix jours. Des hommes qui traversent déserts et montagnes avec leurs chameaux. Ces chameliers, qui marchent dans des conditions difficiles liées à l’altitude, à la chaleur ou au froid, ne ressentent toutefois pas d’extrême fatigue.

Ces hommes, respirant uniquement par le nez, ont un rythme qui respecte totalement leur physiologie. Heureusement, cette faculté de marcher est accessible à tous, en tout lieu et en toute saison.

Hebdo

L’étincelle de vie

CHRONIQUE/ Agni est un mot ayurvédique qui signifie l’étincelle de vie. Cette étincelle est présente dans chaque cellule, chaque tissu et chaque système du corps. Il permet d’enclencher ou de démarrer ce qui nous garde en vie.

Agni ou «feu digestif», agit comme un chef d’orchestre. Il discerne ce qui doit pénétrer dans nos cellules et ce qui doit être éliminé en déchets. Agni est à la base de tous les déséquilibres physiques et émotionnels entraînant malaises et maladies. Il a les qualités d’être chaud, tranchant, léger, pénétrant, subtil, lumineux et clair. Il existe plusieurs agnis ayant chacun un rôle bien défini, mais le plus important est jathara agni. C’est le système digestif central qui régit la digestion, l’assimilation et la transformation. Il se trouve dans l’estomac. Le rôle d’agni est donc de digérer et d’éviter une accumulation de résidus non digérés (amas). Si la digestion est lente, souvent il y aura accumulation d’ama, provoquant à la longue, certains déséquilibres. Une alimentation adaptée selon la saison et un mode de vie à l’écoute de soi, vont supporter le travail d’agni. Or, une température froide et pluvieuse pourra facilement faire le contraire.

Hebdo

Chronique intimiste

CHRONIQUE/ Plus la cinquantaine approche, plus la conscience m’amène à regarder de plus près ce qui me convient et ce qui ne me convient plus.

Cela peut sembler anodin, mais il n’est pas si facile de nommer ce qui nous émerveille encore. Je réalise qu’à travers tous les aspects de la vie, avec les enfants, le travail, les relations interpersonnelles, se choisir est tout un défi!

Hebdo

Douceur matinale

CHRONIQUE/ Septembre est le retour à la routine. Cela se fait souvent naturellement, car en plus d’en avoir besoin, cela permet un retour à une plus grande tranquillité. Nous avons besoin d’ancrage. De quelque chose qui revient périodiquement et qui apporte de la stabilité. Pourquoi, alors, ne pas intégrer un petit rituel matinal? Une rencontre avec soi? Une façon de démarrer la journée en douceur? Le matin est un moment propice pour «réveiller» le corps et donner une intention à notre journée. Se déposer quotidiennement est précieux pour le système nerveux.

Voici donc une miniséance qui favorisera l’éveil des sens. Si vous avez une routine de méditation, vous pouvez, bien sûr, l’inclure à la fin.

Hebdo

Le yin et le yang: deux forces de la nature

CHRONIQUE/ Il existe deux forces de la nature inhérentes à toute chose: le yin et le yang.

Ces deux énergies, qui semblent au premier abord dualistes, sont en fait deux éléments faisant partie d’un tout. On peut définir quelque chose étant yin ou yang en le comparant avec une autre chose.

Hebdo

Perdre ses repères

CHRONIQUE/ Au moment où j’écris cette chronique, j’arrive tout juste d’offrir une retraite de yoga au Tournant du cœur, à Sutton. Je suis encore remplie par la gratitude, par l’énergie des lieux et par la présence de toutes ces belles personnes qui ont osé, le temps d’un week-end, perdre leurs repères ou sortir de leur zone de confort pour se choisir.

S’arrêter permet de mieux continuer. C’est un mouvement puissant même si l’ego veut résister aux changements. Cette résistance peut amener à l’avant-plan des peurs et des doutes. C’est un phénomène naturel, qui ne doit toutefois pas nous freiner dans nos choix. Perdre ses repères momentanément permet d’en rebâtir de nouveaux. Cela fait de la place à la créativité et à la spontanéité. Oser est certainement apeurant, mais chaque fois, ça fait un bien fou!

Hebdo

La beauté du sanskrit

CHRONIQUE/ Quand on apprend le yoga, on peut être un peu surpris de l’utilisation régulière de mots dans une langue étrangère. Des mots qui finissent souvent en a, tels qu’asana, mudra, pranayama…

Le sanskrit, cette langue ancienne de l’Inde, fait partie de la culture yogique traditionnelle. Malgré la pratique du yoga en Occident, celle-ci sert à préserver une tradition et ainsi honorer les maîtres qui nous ont précédés. Ses mots sont porteurs d’une énergie tellement puissante, ayant été récités depuis des millénaires par possiblement des millions de personnes. Il est tellement magique de reconnaître le nom d’une posture simplement en disant son nom en sanskrit !

Hebdo

CHRONIQUE/ Glande précieuse

Du mot grec turoïdos qui signifie «en forme de porte», notre glande précieuse, la thyroïde, sécrète deux hormones importantes: T3 et T4. Située à l’avant du cou, cette glande de vie agit comme un petit gendarme en régulant la vitesse de fonctionnement de tout le corps.

Elle régule le métabolisme des lipides et des glucides, le système endocrinien, le niveau de calcium dans le sang, le coeur, le système nerveux (mémoire, concentration, dépression), le squelette, les cheveux, le système lymphatique, les humeurs, la chaleur interne et les processus de croissance. Elle supervise la digestion et l’assimilation, le rythme cardiaque et respiratoire, la sexualité et le système immunitaire. Toutefois, elle n’est pas seule à faire ce travail. Les sécrétions hormonales de la thyroïde sont régulées minutieusement par deux autres glandes maîtresses: l’hypophyse et l’hypothalamus situées au centre du cerveau. Pour toutes sortes de raisons, ce système de régulation peut se dérégler. Sensible au stress, le travail de la thyroïde est directement lié au système nerveux et endocrinien. La santé des surrénales sera aussi une alliée incontournable.

Hebdo

CHRONIQUE/ Ashvini mudra ou le sceau du cheval

Notre énergie est précieuse et nous aimerions avoir un puits pour boire à sa source. Elle est durement gagnée et facilement éparpillée. Ashvini mudra, ou le sceau du cheval, peut nous aider à assurer le contrôle du Prana ou l’énergie vitale.

Quatre piliers peuvent nous aider à conserver notre énergie et la maintenir. L’alimentation consciente, bien s’hydrater et faire une activité physique à notre mesure. La respiration, ou la façon dont nous respirons, est également incontournable. À partir du souffle conscient, nous nourrissons l’intelligence naturelle du corps. Avoir de l’énergie n’est-ce pas avoir les ressources nécessaires pour s’épanouir et libérer son plein potentiel?