Le yin et le yang: deux forces de la nature

CHRONIQUE/ Il existe deux forces de la nature inhérentes à toute chose: le yin et le yang.

Ces deux énergies, qui semblent au premier abord dualistes, sont en fait deux éléments faisant partie d’un tout. On peut définir quelque chose étant yin ou yang en le comparant avec une autre chose.

Le yin est une force féminine, cachée, sombre, froide, stable, profonde, calme et terrestre. Dans notre corps, les os et les tissus conjonctifs sont yin, car ils sont profonds, stables et ils bougent lentement.

Le yang est une force masculine, plus exposée, lumineuse, chaude, active et céleste. Dans notre corps, les muscles et la peau sont yang, car ils se transforment continuellement. Dans la manifestation des choses que nous voyons et que nous savons, nos pensées, nos émotions, tout ce que nous percevons est composé de yin et de yang. Donc, un mouvement lent est yin par rapport à une marche rapide. Une marche lente est yang par rapport à l’immobilité. L’hiver est yin, car c’est une saison de dormance, froide et stable. L’été est yang, car nous sommes plus en contact avec l’extérieur, c’est chaud et nous sommes plus actifs. Le soleil est yang par rapport à la lune. La lune est yang par rapport à la Terre.

Dans la pratique du yoga, une posture gardée longtemps sera yin par rapport à un enchaînement. Il est primordial de voir le yin et le yang au-delà de la dualité, mais plutôt comme les deux côtés d’une même montagne. On pourra alors commencer à comprendre que l’on n’est jamais séparé de l’autre, jamais séparé de la nature ou de notre vraie nature. Continuellement en transformation, le yin devient yang, le yang devient yin. Le jour devient la nuit. L’hiver; le printemps. La souffrance; la joie. La colère; la paix. La haine; l’amour.

Le yang en nous aimera avoir un certain contrôle sur les événements. Or, il cohabite aussi avec notre aspect yin, qui lui accepte les choses et les événements comme étant simplement ce qui doit arriver.

Dans notre culture, nous nous retrouvons plus souvent dans notre nature yang. Nous vivons dans un monde compétitif où l’insatisfaction est une norme et où nous voulons que les choses se passent à notre manière!

Nourrir la partie yin en nous aide à comprendre la valeur de l’acceptation à un niveau très profond de l’être. Toute notre personne dépend de cet équilibre. Lorsque ces deux forces cohabitent sereinement, on est en concordance avec les rythmes de la vie.

L’été est une saison d’effervescence et la plus yang des quatre. Il est facile d’oublier de se reposer. Permettons-nous de faire de l’espace à la partie yin en nous. Ralentissons. Lâchons prise sur ce qui n’est pas parfait. Prenons le temps de vivre, de respirer et d’aller à la rencontre de l’autre.

Je vous souhaite un merveilleux été rempli de légèreté et de petites douceurs.

Merci de me lire. 

On se retrouve en septembre!