Karina Laflamme est la femme d’affaires à la tête de la compagnie de casquettes pour enfants Headster Kids.

Le succès fulgurant d'Headster Kids

Karina Laflamme a toujours vu grand pour Headster Kids. Sa compagnie, elle veut qu’elle devienne une référence dans le monde des casquettes et accessoires pour enfants. À la vitesse où vont les choses, on ne peut empêcher la femme d’affaires d’y croire.

La dernière fois que Le Plus a parlé à Karina, c’était en mai dernier. La jeune femme de Granby participait alors à l’émission Dans l’œil du dragon. Le soir de la diffusion, elle avait reçu une offre conjointe de Martin-Luc Archambault et de Serge Beauchemin pour amener Headster Kids plus loin.

Huit mois plus tard, les négociations avec les dragons sont toujours en cours, ce qui n’a toutefois pas empêché sa compagnie de casquettes uniques pour les enfants jusqu’à dix ans d’évoluer à vitesse grand V.

« On a connu une explosion au niveau de la visibilité et des ventes », ne cache pas Karina, dont les bureaux sont maintenant situés dans la métropole.

« J’avais envie de Montréal, explique-t-elle. C’est là que ça se passe. C’est là que se trouvent l’industrie de la mode, les événements, mes fournisseurs. »

Depuis son déménagement, en juin dernier, Karina a ouvert un nouveau bureau. Elle s’est entourée d’une jeune équipe polyvalente et a déniché un centre de distribution. « Pour faire face à la demande, on a dû se virer de bord assez rapidement », raconte la dynamique femme d’affaires. Une gymnastique qui a visiblement valu le coup.

En peu de temps, Headster Kids a vu son chiffre d’affaires augmenter de 400 %. Des 30 styles de casquettes déjà proposés, on en compte désormais 90. « On est passé de 4600 unités vendues à plus de 30 000, dit la présidente et fondatrice. Et plusieurs modèles sont maintenant designés à Montréal. »

Un succès que Karina attribue à un amalgame de belles choses.

« Dans l’œil du dragon a été un levier, reconnaît-elle. Ça a amené énormément de visibilité. C’était une belle expérience, mais mon succès ne vient pas que de là. Ça a aidé, mais j’avais déjà une image de marque forte. »

De nouvelles collaborations, entre autres avec l’illustratrice Sarah Bean, le Festival de sports d’action Jackalope et l’organisation Skateboard For Hope, expliquent aussi, dit-elle, ce succès phénoménal.

« Mon entreprise a grandi extrêmement vite. J’ai une belle équipe et plein de belles choses s’en viennent en 2018. Une nouvelle collection super explosive et énergique ! » À l’image de sa compagnie.