Le père Noël est aux Galeries de Granby jusqu’au 24 décembre.

Le père Noël est à Granby

Comme il peut compter sur une armée de lutins bricoleurs dans son atelier du pôle Nord, le père Noël — le vrai — s’installe chaque année aux Galeries de Granby pour prendre un bain de foule. De la mi-novembre au 24 décembre, il y distribue cadeaux et poignées de main. Une proximité qui donne lieu à des échanges magiques. Confidences de l’homme à la barbe blanche légendaire.

C’est le 18 novembre, lors du défilé organisé en l’honneur de son arrivée à Granby, que le père Noël a pris place dans le royaume lumineux aménagé spécialement pour lui aux Galeries de Granby.

Il y sera jusqu’au 24 décembre, 16 h 30, pour accueillir les gens qui souhaitent se faire prendre en photo en sa compagnie, lui énumérer le contenu de leur liste de cadeaux ou, tout simplement, pour lui piquer un brin de jasette. On parle de gens, car ce ne sont pas que les enfants qui se déplacent pour s’asseoir sur ses genoux...

« J’ai parfois des confidences incroyables, ne cache pas le père Noël, rencontré devant un café fumant. Et pas juste des jeunes. »

Un jour, une maman tournait, timide, autour du royaume du père Noël, rapporte l’homme au manteau rouge étincelant. Elle a profité d’une accalmie pour s’en approcher et lui demander conseil. «Dans l’année, elle et son conjoint avaient perdu un enfant, raconte le père Noël. Son mari ne voulait plus fêter Noël. Mais ils avaient deux autres enfants. Elle m’a demandé quoi faire pour ramener la magie dans leur maison. Je lui ai dit que leurs deux enfants avaient droit à un Noël malgré le deuil. Que pour eux, la vie continuait et que de décorer la maison, juste un peu, pouvait leur faire du bien. »

Ce que la mère a fait. Le lendemain, elle est revenue pour le remercier. « Elle m’a avoué que cela avait rallumé la flamme dans leur demeure », dit-il, des étoiles dans les yeux.

Du courage, un sentiment de légèreté et de la joie, c’est aussi ce qu’il a su donner à cette femme de 93 ans qui s’est présentée devant lui en fauteuil roulant. « On a parlé, ça lui a fait du bien, et elle m’a dit qu’elle m’enverrait toutes ses amies des Résidences Parent ! », indique le père Noël en riant.

En plus des personnes âgées, des familles complètes sur leur 36 se présentent aux Galeries dans le temps des Fêtes pour se faire prendre en photo avec le père Noël. « L’autre jour, ils étaient dix, dit-il. Les deux parents et leurs huit enfants. C’était beau de voir ça ! » Ses belles pommettes rouges, il les doit d’ailleurs aux muscles de ses joues, fortement sollicités par le sourire qu’il doit s’accrocher au visage en novembre et en décembre. 

Un sourire qui chavire le cœur des enfants. Sa raison d’être. 

Le plus jeune à avoir visité le père Noël cette année avait seulement deux jours. « Avec les bébés, c’est magique, insiste-t-il. Je suis chaud, rembourré et confortable. Ils sont tellement bien quand je les prends qu’ils s’endorment ! Et quand j’ai un bébé dans les bras, les gens s’arrêtent autour. C’est rassembleur. »

Le père Noël avec la petite Lilianna.

Autant de surprises que de rencontres

À côtoyer les enfants à travers les temps, le père Noël a développé différentes techniques pour préserver son dos vieillissant et ses épaules fragiles. Par exemple, il a appris à ne pas tous les prendre sur ses genoux. Le temps d’une photo, il peut simplement s’approcher de ceux-ci, restés debout. «Je les vois venir, dit-il, sourire en coin. Mais des fois, j’ai des surprises. Tu sais quand on dit qu’un enfant a ‘des gros os’? Eh bien, c’est vrai! Certains arrivent, tu penses qu’ils sont légers, mais finalement, ce sont des roches!»

Père Noël ne cache pas qu’il en effraie encore plusieurs. Des coups de bottes d’hiver, il en a reçu des pelletées. D’ailleurs, il conseille aux parents d’enfants qui le craignent de ne pas insister et de les respecter dans leur refus de s’asseoir sur lui.

Pour se faire plus «attirant», le père Noël a d’ailleurs remisé son fameux «Ho, Ho, Ho!» pour l’hiver. «Je me suis aperçu que ça faisait peur aux enfants! J’ai arrêté ça. Je m’adresse à eux avec ma voix douce.»

Père Noël a aussi un message à livrer aux papas et mamans qui somment leurs petits de se dépêcher quand vient leur tour. «Lâchez-moi le ‘Dépêche! Dépêche!’, les prie-t-il. C’est Noël. On prend le temps. Tout le monde va passer.»

Bien sûr, le barbu a réponse à tout. Quand un petit curieux s’informe sur ses rennes, il lui explique que ceux-ci sont hébergés au Zoo de Granby. D’ailleurs, les bons soins prodigués à Rudolph et à sa bande expliquent en grande partie pourquoi le père Noël passe le temps des Fêtes à Granby et pas ailleurs.

Quand une fillette lui demande le nom de ses lutins, il lui énumère: Ludo, Martino, Hugo, Léo, etc.

Quand un enfant doute de son identité, il se laisse tirer la barbe.

Alors que plusieurs enfants mélangent Halloween et Noël en demandant des bonbons au père Noël, un petit garçon de trois ans, lui, avait un jour décidé que c’était LUI qui donnait les cadeaux.

«Il est venu me voir avec son grand frère et sa grande soeur, raconte-t-il. Une fois tous partis, lui, il est revenu. Il a fouillé dans la poche de son chandail kangourou et il m’a donné un petit chocolat mou et un paquet de bâtonnets Ritz avec du fromage à tartiner jaune! J’ai trouvé ça super cute!»

Un moment plus glorieux que cette fois où un petit lui a vomi dessus...

«Et cette année, c’est nouveau, plusieurs m’ont donné leur suce», raconte le père Noël, heureux de voir qu’il joue un rôle auprès des petits jusque dans leur quête d’autonomie.

Et le cadeau le plus populaire en 2017?

Si la demande en Lego n’a jamais lâché, dit le père Noël, celui-ci  a remarqué cette année une vraie folie pour les chevaux.

«J’ai déjà dix demandes!, lance-t-il, le premier surpris. Et il reste encore quelques jours avant Noël!»