Nicole Plante et Manon Gauvin, souriantes à l’aube du mois de septembre au cours duquel tous les clients du RONA de la rue Denison Est de Granby pourront faire un don à la Fondation Un souffle et des ailes.

Le coup de pouce de RONA

C’est connu, construction rime inévitablement avec quincaillerie. Que les caissières d’un RONA souhaitent profiter d’un mois complet pour amasser des fonds pour sa fondation vouée à bâtir un milieu de vie pour jeunes adultes lourdement handicapés représente donc un heureux hasard aux yeux de Manon Gauvin. Une joyeuse coïncidence qui lui donnera un énorme coup de main.

Tous les mois de septembre, et c’est comme ça depuis des années, les caissières des magasins RONA sont appelées à embrasser une cause qui leur tient à cœur. Au magasin de la rue Denison Est à Granby, l’équipe a décidé d’aider la Fondation Un souffle et des ailes. Une idée proposée par Nicole Plante, nouvellement en poste, et qui a fait l’unanimité parmi ses collègues de travail.

C’est en jasant avec sa fille, dont le conjoint est le neveu de Manon Gauvin, que Mme Plante s’est souvenue de la cause menée à bout de bras par celle-ci. Manon Gauvin, dont le fils souffre d’une sévère paralysie cérébrale, se donne corps et âme depuis plus de cinq ans afin de faire profiter la région et, surtout, la clientèle des jeunes adultes lourdement handicapés, d’une ressource d’hébergement adaptée et permanente.

Faire une différence
« C’est une belle cause et c’est quelqu’un de la région », indique Nicole Plante, une femme rayonnante.

En plus, note la dame, la cause des jeunes adultes lourdement handicapés ne profite pas, contrairement à divers types de cancer ou de maladies comme l’Alzheimer ou le Parkinson, de semaines ou encore de mois leur étant dédiés pour sensibiliser les gens ou amasser des fonds.

« On n’en parle pas assez, a d’ailleurs souligné la gérante des ventes, Émilie Hainault-Lachance. Nous, cette cause nous tient à cœur. Tout le monde ici est donc très content. On est heureux de faire ainsi une mince différence. »

Ce à quoi Manon Gauvin a tout de suite rétorqué. « Ce n’est pas une ‘mince’ différence, a-t-elle dit. Tout ça sème des graines. Ce n’est pas tout le monde qui connaît la fondation. Ce que vous faites représente beaucoup pour moi. C’est moi qui, depuis des années, ramasse chaque sou et chaque canette vide pour atteindre mon objectif. »

Après la jeune chanteuse Rose Choinière, qui a organisé un spectacle au profit de la Fondation Un souffle et des ailes l’an dernier, c’est la deuxième fois que Manon Gauvin voit des « gens de l’extérieur » prendre une initiative pour soutenir financièrement son projet en organisant un événement. « Et la première fois de la part d’une entreprise de l’ampleur de RONA, se réjouit-elle. La concrétisation de mes actions se fait sentir. Mes efforts portent leurs fruits. Je suis vraiment contente. »

En septembre
Ainsi, tout le mois de septembre, en payant leurs achats aux caisses du magasin RONA du 316, rue Denison Est à Granby, les gens pourront donner 2 $, 5 $ ou 10 $ à la Fondation Un souffle et des ailes. Pour chaque montant remis par sa clientèle, la succursale s’engage à en débourser la moitié, jusqu’à une concurrence de 2000$. Des tirelires seront également mises en évidence autour des caisses pour permettre aux gens de faire un don à la hauteur de leur désir.

Le spectacle annuel arrive à grands pas

Pour réaliser son projet de ressource d’hébergement destinée aux jeunes adultes lourdement handicapés, Manon Gauvin souhaite rassembler 500 000$. De ce montant, près de 300 000$ sont déjà amassés. Avec le spectacle-bénéfice prévu le jeudi 11 octobre prochain, la Fondation poursuivra son ascension vers son objectif.

Pour la cinquième année, Un souffle et des ailes invite la population à son spectacle, mêlant musique et humour, au Palace de Granby. Parmi les artistes invités, notons les humoristes Martin Petit, Dominick Léonard et Stéphane Bélanger (imitation), et les chanteurs Chantal Royer et Guy Mapoko (La Voix 2017). On nous promet également un «invité spécial», lors de cette soirée. «Il œuvre dans le domaine de la chanson», a glissé Manon Gauvin, sans en dévoiler davantage.

Les billets pour le spectacle sont disponibles auprès de Manon Gauvin. Comme tout le mois de septembre, le magasin RONA de la rue Denison Est à Granby amassera des fonds pour l’organisation, il sera aussi possible de s’y en procurer. Le lieu deviendra un point de vente pour l’occasion.

Alors qu’elle se rapproche lentement de son objectif, Manon Gauvin se réjouit d’avoir déjà un terrain en vue pour concrétiser son projet. Le 94, rue Irwin à Granby, est dans sa mire. Le tout grâce... à la propriétaire actuelle du lieu. «Elle m’a appelée pour me dire qu’elle voulait vendre et que ce serait l’endroit parfait pour ma ressource», raconte 

Mme Gauvin, elle-même surprise de la tournure des événements.

Le grand terrain, dont l’arrière est boisé et situé tout près de la ville est, dit-elle, effectivement «idéal» pour développer un tel milieu de vie. Celui-ci compterait finalement huit chambres (le projet initial en visait dix), une grande salle de bain adaptée, une cuisine et un salon communs. 

«Je veux vraiment prendre le relais des familles essoufflées et vieillissantes, bref, des parents qui décident de se tourner vers le placement pour leur enfant et qui refusent de les envoyer en CHSLD», insiste Manon Gauvin.

Un malheureux séjour de son fils Anthony dans un CHSLD en 2010 est venu, dit-elle, «brasser l’univers». C’est à ce moment qu’elle a décidé de se battre pour que les jeunes adultes handicapés qui ont besoin de soins particuliers et d’assistance permanente possèdent un lieu leur étant destiné. Isabelle Gaboriault