Sarah Fontaine se lance dans le mannequinat taille plus. Elle souhaite ainsi inspirer les femmes qui ont des courbes, comme elle.

L’art d’assumer ses courbes

« Je veux montrer aux femmes qu’elles peuvent être elles-mêmes, sans se sentir jugées. » Sarah Fontaine gravite autour du monde la mode depuis longtemps. Mais voilà qu’elle fait le grand saut en devenant mannequin taille plus. Leader positive, elle veut inspirer les femmes qui, comme elle, ont des courbes.

Maquilleuse professionnelle, Sarah a, parfois, troqué ses services contre une séance photo. Ces photographies lui ont été utiles pour approcher des agences quand elle a finalement décidé de devenir mannequin. Elle a reçu trois offres. Sarah a opté pour une agence qui, selon elle, dégageait la meilleure énergie.

« J’ai pris la même agence qu’une ancienne collègue. Je pense que cette agence a beaucoup aimé ma personnalité. Je ne suis pas gênée dans la vie. Je prends position. Mon agente me parlait de mes tatouages, mais il est temps qu’il y ait un peu de wildness dans le taille plus. Ce n’est pas parce que tu as des courbes que tu n’as pas le droit d’être expressive. Les paillettes, ce n’est pas fait seulement pour les filles minces! Ils ont trouvé ça très drôle», raconte-t-elle avec beaucoup d’humour.

Sarah Fontaine prêche pour la diversité des corps dans le monde de la mode, car les femmes, en général, ne possèdent pas la taille des mannequins standards. « La pression sociale est tellement forte que ces mannequins-là se rendent malades, regrette Sarah. Il faut que le vent tourne. Ce n’est pas la réalité. La beauté, c’est la diversité. Ça se trouve dans les détails. Ce n’est pas d’être toutes parfaites et pareilles.»

La jeune femme se réjouit donc de voir que les agences s’ouvrent aux mannequins taille plus.

En plus du mannequinat, Sarah Fontaine pourrait, éventuellement, faire de la publicité.

«  Ce n’est pas parce que tu as des courbes que tu n’as pas le droit d’être expressive. Les paillettes, ce n’est pas fait seulement pour les filles minces!  »
Sarah Fontaine

Le bikini pour tous

Quand elle dit vouloir inspirer d’autres femmes, Sarah donne en exemple un épisode de bronzage qui s’est produit cet été. Elle portait et assumait alors un bikini malgré ses formes. En la voyait, une amie de son frère s’est promis de faire de même, peu importe la forme de son corps.

Sarah pratique le « je-m’en-foutisme » depuis qu’elle a réalisé qu’elle était belle même avec un surpoids. Cette attitude n’a toutefois pas été un automatisme lorsque son corps a changé.

« Je vais t’avouer que, quand j’étais plus jeune, j’étais mince, sportive et très shapée. J’ai pris du poids. Au début, je mettais des chandails longs, parce que mes bras avaient grossi. Quand tu passes d’un poids à un autre, tout le monde t’en parle, ce qui ne se fait pas! Tu ne perds pas de la valeur parce que tu prends du poids! Avant, ça m’affectait mais, à un moment donné, je me suis rappelé qui j’étais et je me suis dit que je m’en foutais d’avoir de plus grosses fesses.»

La jeune femme ajoute en riant qu’elle est « juste contente de pouvoir continuer de manger des hamburgers au bacon!»

Première séance photo

L’agence qu’a choisie Sarah Fontaine en est une qui fait à la fois du mannequinat et du talent, c’est-à-dire qu’elle pourrait également obtenir des contrats de publicité, elle qui possède déjà des bases en théâtre.

« C’est sûr qu’on va commencer en modeling taille plus. Mon agente me voyait beaucoup en lingerie, mentionne-t-elle. Par la suite, si je suis des cours, je pourrais aussi faire de la pub. Je me suis toujours dit que, dans la vie, je voulais m’amuser dans mon travail. » Et c’est ce qu’elle compte faire.

C’est peut-être pour cette raison qu’elle prend ce grand changement dans sa vie avec autant d’entrain et de joie. Sa première séance photo est prévue pour le 12 décembre. Le port de lingerie est dans les plans, puisque son nom a déjà été proposé à un client œuvrant dans ce domaine.