Soucieuse d'offrir une éducation à des enfants dans le besoin d'Haïti, Hélène Bédard a mis sur pied la fondation LADD Mission qui forme Les Adultes De Demain.

LADD Mission: le nouveau bébé d’Hélène Bédard

Une vocation, l’enseignement? À regarder aller Hélène Bédard, la réponse est oui! Pendant qu’elle enseigne en deuxième année du primaire, après avoir passé des années en adaptation scolaire au secondaire, la Granbyenne veille à scolariser des enfants de 2 à 16 ans à Haïti. La Fondation dont elle rêvait, elle l’a mise sur pied. Aujourd’hui, LADD Mission forme Les Adultes De Demain.

«Je suis tellement étonnée, choyée et sensible au fait que les gens croient en moi et me font confiance, insiste-t-elle. Je leur dis toujours merci de faire la différence.»

Faire sa part pour les jeunes Haïtiens, pour qui l’accès à une scolarisation est laborieux, lui trotte dans la tête depuis plusieurs années. Le fait qu’elle scolarise elle-même une jeune fille depuis des années par l’entremise d’un autre organisme, et sa rencontre avec une religieuse au grand cœur, Sœur Flora, qui gérait alors un orphelinat et une école à Madame Bernard, un village de l’Île-à-Vache, l’ont poussée à agir. En janvier 2018, LADD Mission était lancé.

«C’est un organisme privé, insiste Hélène. Je ne voulais pas d’une organisation avec de gros frais d’administration, etc. Je souhaitais quelque chose à plus petite échelle où 99,999% de l’argent que tu donnes va pour la cause. Je ne m’éparpille pas et ma paperasse est limitée.»

LADD Mission concentre ses activités, entre autres à l’orphelinat-école situé à Madame Bernard et maintenant opéré par un trio de religieuses (Sœur Flora ayant pris sa retraite), et à l’école l’Étoile du Matin de Kay Kok. Là-bas, un enfant peut entrer à l’école à deux ans. Avec 100$ par année, les frais de scolarité et d’examens, le matériel et le tissu nécessaire pour confectionner deux uniformes sont payés. À ce jour, grâce à de nombreux donateurs, LADD Mission scolarise cinq enfants à Madame Bernard et 11 à Kay Kok. «Je priorise les petites filles, indique Hélène, car les familles ont tendance à envoyer les garçons à l’école pour que les filles s’occupent des tâches ménagères à la maison.»

Noël dernier, Hélène Bédard a organisé une grande fête à la plage pour les enfants scolarisés par LADD Mission. En voici une petite partie: Milora, Marie Berline, Kensley, Diamina, Jeoveline, Flore, Djanaica et Djenie.

Elle donne également un coup de main aux familles qui, malgré un boulot, tirent le diable par la queue. «Et j’aide les mères monoparentales», ajoute-t-elle.

Récemment, grâce au don d’une collègue de travail et sa mère, Hélène a ramené sur les bancs d’école un jeune garçon, Jonathan, qui a perdu ses deux parents et dont un cousin lointain avait désormais la garde.

«Il n’allait plus à l’école depuis deux ans, raconte-t-elle. Nous avons réussi à le raccrocher grâce à l’équipe de soccer, et ce, même s’il devait reprendre sa 4e année à 14 ans!»

Chaque fois qu’une personne ou un groupe parraine un enfant en collaboration avec LADD Mission, Hélène se fait un devoir de ramener et de montrer les factures justifiant les 100 $. Aussi, elle partage nouvelles, photos et vidéos chaque fois qu’elle se rend sur l’Île.

«Les gens craignent souvent que l’argent ne se rende pas à destination, mais avec moi, c’est concret et ceux qui donnent le voient», indique-t-elle en précisant que de part et d’autre, cette mission qu’elle s’est donnée lui procure un grand bonheur.

Pour plus d’information sur LADD Mission, suffit de visiter sa page Facebook.

Spaghetti et bric-à-brac

Quand une personne d’ici décide d’allonger les 100 $ nécessaires à scolariser un enfant à l’Île-à-Vache pour un an par l’entremise de LADD Mission, jamais Hélène Bédard ne l’oblige à s’embarquer pour la totalité de la formation primaire de celui-ci. Elle y va une année à la fois. Mais pour éviter que le parcours d’un petit ne prenne fin abruptement, elle s’assure que les coffres de son organisme puissent toujours prendre le relais si, une année, quelqu’un décidait de cesser son parrainage. 

Déjà deux enfants étudient présentement aux frais de LADD Mission. Les 14 autres peuvent profiter d’une éducation grâce à la générosité de parents, d’amis, de collègues et de connaissances de l’enseignante. Jeoveline, par exemple, qui vient d’avoir trois ans, est parrainée par un groupe de Valleyfield. 

Pour amasser de l’argent, un souper-spaghetti aura lieu le mardi 12 mars au restaurant EggsOasis de Granby. Deux services seront organisés, un à 17 h et un autre à 19 h. C’est 20 $ par personne et 10 $ pour les enfants de moins de dix ans. Grâce au généreux appui du restaurant et de l’Imprimerie Shefford, sur les 20 $ que coûte un billet, 16 $ iront à l’organisme. La somme amassée lors de cette soirée servira à repeindre, en juillet, les trois classes de maternelle de l’école l’Étoile du Matin. « On va aider la communauté, indique Hélène. J’achète tout là-bas. Je crois qu’il faut encourager l’économie locale. Pour faire une différence, je n’arrive pas là-bas sans mettre une cenne sur l’Île ! »

Hélène envisage même, en collaboration avec une agence de voyages du coin, de créer un groupe qui pourrait aller donner un coup de pinceau là-bas. « J’essaie ça ! , lance-t-elle. Moi, je pars cinq semaines, mais le groupe viendrait seulement une semaine. Je lui ferais voir les deux côtés de l’Île. Les beautés de l’endroit et le côté communautaire. Les gens paient leur voyage et ils donnent de leur temps là-bas. »

Une fois sur place, Hélène engagera aussi des papas dont les enfants fréquentent l’école pour qu’ils participent, eux aussi, à repeindre l’endroit. « Ils auront un salaire et je veux faire un parrainage, poursuit-elle. Un Québécois pour un Haïtien pour peinturer. Ce sera un partage. »

L’école primaire l’Étoile du Matin, à Kay Kok, à l’Île-à-Vache.

À ceux dont les événements des dernières semaines à Haïti font craindre pour leur sécurité, Hélène se fait rassurante. « Il n’y a aucune criminalité sur l’Île-à-Vache, insiste-t-elle. J’ai des contacts avec des gens là-bas quotidiennement. Cet été, je suis arrivée à Haïti deux jours après des manifestations et je me suis rendue à l’Île sans problème. Chaque fois où j’y suis allée, jamais je ne me suis sentie en danger. »

Pour participer à ce voyage « communautaire » ou pour acheter des billets pour le souper-spaghetti, on se rend sur la page Facebook de LADD Mission. Toujours pour amasser des fonds, une vente de garage aura lieu le samedi 23 mars, de 9 h à 16 h, à l’école primaire du Phénix, pavillon Ste-Marie, située au 90 Laval Sud, à Granby.