La hernie discale

CHRONIQUE / Vous venez de recevoir un diagnostic de problème discal? Vous souffrez d’une hernie discale, de bombement ou de protrusion discale? Quelles sont les différences entre ces maux et quels sont les symptômes?

Avant de parler de problèmes de disques, débutons par un peu d’anatomie. La région lombaire, le bas du dos, est formée de cinq vertèbres lombaires. Entre chacune se trouve un petit coussin appelé le disque. Ce dernier est formé d’eau en son centre et il est entouré de couches de fibres orientées en diagonale. Ces couches de fibres vont dans des directions opposées les unes des autres, ce qui donne de la force et de la structure permettant des rotations. 

Lorsqu’on se penche vers l’avant, en flexion antérieure, le disque se compresse en antérieur et nous permet d’aller plus loin. Si les disques n’existaient pas, nous ne pourrions pas nous pencher vers l’avant, les vertèbres étant formées de deux surfaces planes. On pourrait comparer les disques à des beignes remplis de confiture. Entre les vertèbres et derrière les disques passe la moelle épinière d’où sortent les racines nerveuses. L’ensemble de la moelle et des racines constitue, en quelque sorte, notre système électrique qui envoie l’information nerveuse aux muscles et qui ramène, par exemple, l’information sensitive en cas de douleur ou d’inconfort.

Pourquoi un disque peut-il être lésé? 

Les mouvements répétés de flexions et de torsions lombaires peuvent causer des microdéchirures des fibres externes du disque, et ce, surtout en postérieur. Un choc à haute intensité, comme une chute d’une hauteur importante, peut aussi blesser le disque par hyperpression. Si toutes les couches de fibres externes sont brisées à l’arrière, une partie de l’intérieur du disque (noyau) peut se retrouver vers l’arrière, causant ce qu’on appelle une hernie et ainsi amener des douleurs au dos. Si la hernie entre en contact avec une racine nerveuse, la personne peut ressentir des douleurs dans la fesse ou dans la cuisse. Douleur qui peut descendre jusque dans le pied. 

Une grande proportion de la population aurait des lésions au disque sans toutefois avoir de symptômes ni d’impacts sur leur capacité physique. 

Lorsqu’une personne développe des douleurs lombaires, il n’y a cependant pas nécessairement implication d’un disque. Aussi, si un problème discal est découvert lors de tests comme une résonance magnétique, il n’y a pas nécessairement un lien entre les douleurs et le disque. Une bonne évaluation des symptômes physiques, de la mobilité lombaire et de la posture doit être faite. Il faut aussi faire l’analyse de tests neurologiques. Différentes avenues sont possibles lors d’un problème de protrusion ou de hernie discale sans chirurgie. Une des techniques qui a des résultats positifs avec ces types de problèmes est l’approche McKenzie. Celle-ci implique, entre autres des mouvements répétés et progressifs d’extension lombaire. Cela crée un effet de pompage discal qui favorise la diminution des symptômes dans la jambe et qui centralise les symptômes selon les personnes et le stade de récupération. Il n’est toutefois pas conseillé d’improviser ces techniques sans l’appui d’un professionnel de la santé. Une évaluation initiale aux traitements est primordiale afin de cibler le problème d’une personne avant qu’elle redevienne active.