La famille Fontaine-Gallant a bénéficié de l’accueil du Manoir Ronald McDonald de Montréal, lorsque le petit Jérémy était hospitalisé au CHU Sainte-Justine.

Grand McDon: faire une différence localement

Pour une cinquième année consécutive, les restaurants McDonald’s de la région remettront les sommes amassées lors du Grand McDon à la Fondation du Centre hospitalier de Granby. Les franchises de Granby, Bromont, Cowansville, Ange-Gardien et Saint-Césaire espèrent ainsi, le mercredi 2 mai, recueillir un montant de 25 000 $ qui servira au financement de projets en soins pédiatriques.

« C’est tellement une grosse journée qu’on demande à nos anciens employés de revenir donner un coup de main ! », explique Geneviève Bédard, propriétaire des franchises McDonald’s de Bromont et Granby.

À chaque vente d’un Joyeux festin, d’un café ou d’un Big Mac, un dollar sera remis ce jour-là à la Fondation, en plus des dons récoltés par les bénévoles durant la journée. Rappelons que tout au long de l’année, les McDo de la région font leur part directement pour le Manoir en lui versant une partie des ventes de Joyeux festin. À ce jour, ces petits repas ont permis de recueillir plus de 60 millions $ pour la cause.


«  Moi, ce qui me tient vraiment, vraiment à coeur, c’est la santé et les enfants. Je tenais à ce que l’argent reste dans la région.  »
Geneviève Bédard

Même si elle ne remet pas les fonds recuillis le 2 mai directement à la Fondation du Manoir Ronald, contrairement à plusieurs autres franchisés au Québec, la propriétaire des restaurants McDonald’s de Granby et Bromont se fait un devoir de défrayer les coûts de logement au Manoir de Montréal pour toutes les familles d’enfants malades sur son territoire qui en ont besoin.

La propriétaire des franchises McDonald’s de Granby et Bromont, Geneviève Bédard, remettra les profits du Grand McDon du 2 mai prochain à la Fondation du Centre hospitalier de Granby.

Celle de Jérémy Gallant, de Granby, a pu bénéficier de ce service durant le temps des Fêtes. Le petit d’à peine quelques mois, a dû y être hospitalisé pendant de longues semaines. « C’est le personnel de l’hôpital qui nous a dit qu’on pouvait être hébergés au Manoir », se souvient Vicky Fontaine, la mère de Jérémy. « Nous nous sommes enregistrés le 25 décembre. La femme à la réception ne nous croyait pas, parce qu’il n’y a pas de rendez-vous normalement à Noël », se souvient-elle.

Il faut dire que son bébé nécessitait des soins rapidement. L’étrange bosse qui avait tant inquiété ses parents cachait une tumeur rhabdoïde au foie. Une tumeur particulièrement rare qui s’était propagée au coeur du petit, en plus d’avoir amené des métastases aux poumons.

Une communauté
En plus de faire économiser des centaines, voire des milliers de dollars en frais d’hébergement aux familles, le Manoir Ronald McDonald permet surtout de réunir une communauté de parents vivant des moments difficiles. Ceux-ci peuvent ainsi se soutenir dans l’épreuve. « Le salon et la cuisine sont des aires communes et on se croise souvent dans l’hôpital », explique Vicky Fontaine.

Vicky Fontaine, Jason Gallant et leur petit, Jérémy.

« Tout le monde est dans la même situation, ajoute le papa, Jason Gallant. On se soutient tous. Le jour où Jérémy a fait son arrêt cardiaque, on croisait des parents dans l’hôpital et ils nous faisait des câlins », se souvient-il, encore ému.

La seule condition imposée aux familles par le Manoir pour profiter de ses services est d’habiter à plus de 55 kilomètres du CHU Sainte-Justine. Tout au long de l’année, quelques sous sont prélevés sur la vente de Joyeux festins, ce qui permet, avec les dons du public et d’entreprises privées, de financer le fonctionnement des établissements de Montréal et Québec, entre autres. L’hébergement n’est toutefois pas complètement gratuit. Le Manoir charge 10 $ par nuitée, un montant assumé par la famille Bédard pour les familles d’enfants malades de Granby, Bromont, Saint-Hyacinthe, Saint-Jean-sur-Richelieu , Saint-Césaire, Ange-Gardien et Cowansville. « On envoie un montant à la Fondation et elle nous informe, lorsque celui-ci est épuisé pour qu’on lui en envoie un autre », explique Geneviève Bédard.

Hôpital de Granby
« Moi, ce qui me tient vraiment vraiment à coeur, c’est la santé et les enfants, explique-t-elle en revenant au Grand McDon. Je tenais à ce que l’argent reste dans la région. »

Depuis quatre ans, elle et son équipe ont réussi à amasser 105 000 $. Cette somme avait notamment servi à financer la clinique de pédiatrie externe du CHG inaugurée en avril 2017. Cette année, Geneviève Bédard devra choisir entre deux projets : l’aménagement nécessaire à l’accueil d’un cinquième pédiatre à la clinique ou l’achat d’une table de réanimation néo-natale qui se chiffre dans les 30 000 $. Le choix final reposera en grande partie sur le succès du Grand McDon.