Véronique Dubé, responsable de la Fondation, et Michel Bélanger, directeur de la Fondation du Cégep de Granby et directeur des affaires étudiantes et des services à la communauté.

Fondation du Cégep: un rayonnement tous azimuts

Sortie de l’ombre en novembre 2016 alors qu’elle lançait sa première campagne majeure de financement en 22 ans, la Fondation du Cégep de Granby ne cesse, depuis, de trouver de bons filons pour se donner les moyens de remplir sa mission. Le mardi 20 mars, elle invite les gens d’affaires à entendre une conférence unique et personnalisée. Ce jour-là, la célèbre entrepreneure Danièle Henkel viendra parler de l’importance d’entreprendre à partir de ses valeurs.

Content. C’est le sentiment qui habite le directeur de la Fondation du Cégep de Granby quand on lui demande s’il est fier d’avoir obtenu une réponse positive de la part de l’ex-Dragonne.

« Avec la campagne majeure, on s’est fait connaître à l’interne. Là, on veut une avoir une visibilité, un plus grand rayonnement, à l’externe », explique Michel Bélanger, aussi directeur des affaires étudiantes et des services à la communauté au Cégep de Granby. Avec la venue de Mme Henkel, il espère ainsi faire d’une pierre deux coups. Permettre aux directeurs d’entreprises d’ici de se nourrir de l’expérience de cette femme d’affaires à la tête de nombreuses compagnies tout en leur permettant d’en apprendre plus sur les réalisations et les besoins de la Fondation du Cégep de Granby. Car en appuyant la fondation, les entreprises investissent ni plus ni moins dans leur future main-d’oeuvre. En soutenant des étudiants qui ont des difficultés financières temporaires, en appuyant le développement de diverses activités pédagogiques ici ou à l’étranger, en soutenant des projets de fin d’études par l’achat d’équipement ou en offrant diverses bourses, la Fondation veille à garder les élèves au cégep pour qu’ils atteignent, au final, une diplomation. Une fois diplômés, les collégiens peuvent ensuite offrir leurs services aux entreprises d’ici.

D’où la collaboration de l’établissement d’enseignement avec le Groupe Bernier Daigle, et de nombreux concessionnaires de la région, ainsi qu’avec la Chambre de commerce Haute-Yamaska et région, pour présenter Mme Henkel à la population.

« Le cégep n’est pas qu’une boîte à cours, illustre M. Bélanger. C’est un milieu de vie. On veut faire connaître la réalité de nos élèves. »

Besoins plus grands
Une réalité, dit Michel Bélanger, qui a bien changé au fil du temps. Désormais, les besoins sont plus grands. Par exemple, de nombreuses mères monoparentales ayant une situation financière précaire fréquentent désormais le cégep. Beaucoup d’adultes pour qui les finances sont complexes et difficiles. Plus de gens aux prises avec des problèmes de santé mentale. Et, à l’autre bout du spectre, il y a tous ces étudiants qui veulent « se dépasser », note M. Bélanger. « Ceux qui veulent aller plus loin grâce à différents projets, dit-il. Ceux qui veulent faire des stages à l’étranger. Aller développer des compétences qu’ils ramèneront ensuite ici, dans nos entreprises. »

À titre d’exemple, l’an dernier, la Fondation du Cégep de Granby a remis l’équivalent d’environ 6000 $ en bons d’achat d’épicerie, en cartes d’essence prépayées, en coupons pour des repas à la cafétéria, en paniers de Noël et en matériel scolaire. À cela s’ajoutent plus de 22 000 $ pour divers projets (stages, visites d’installations, projets d’aide humanitaire, bourses d’études, activités pédagogiques, socioculturelles ou sportives).

« On veut garder les gens aux études et rendre ça stimulant, insiste le directeur. On souhaite leur offrir les meilleurs services. Peu de gens le savent, mais ici aussi on sauve des vies ! »

Les billets pour la conférence de Danièle Henkel sont 50 $. Lors de l’achat, il est possible de recevoir un reçu d’impôt partiel. Ils sont disponibles sur Internet au http://www.cegepgranby.qc.ca/ en cliquant sur l’onglet Inscription en ligne. Pour information, on compose le 450-372-6614, poste 1125.