Jocelyn Desrochers, sa conjointe Pierrette Langlois, Pierre Couture et sa femme Louise, sont les piliers du projet Nicaragua. Depuis 11 ans, ils font preuve d’une grande générosité pour les enfants de la région de Massachapa, au Nicaragua.

Faciliter l’accès à l’éducation, un voyage à la fois

Jusqu’où peut-on aller avec 20 $ dans nos poches ? À cette question, un groupe d’enseignants à la retraite de la région qui fait de l’aide humanitaire depuis des années répondra inévitablement « jusqu’à Massachapa ! »

Avec 15 $, un Canadien peut acheter le matériel scolaire nécessaire pour une année à un enfant nicaraguayen et de la nourriture pour sa famille pour deux semaines. « C’est le prix d’un repas au restaurant ! », illustre Pierrette Langlois.

Avec son mari Jocelyn Desrochers, leurs amis Louise et Pierre Couture, ainsi que d’autres anciens profs coopérants, la dynamique dame se rend depuis 11 ans dans la région de Massachapa, au Nicaragua, pour mettre encore plus de soleil dans la vie des enfants qui y fréquentent l’école primaire.

Après avoir adopté deux écoles lors d’un premier voyage en 2006, le groupe en parraine aujourd’hui huit. Au total, chaque mois de février, les voyageurs aident entre 900 et 1000 enfants. En plus de recevoir crayons, aiguisoir, papier, règles, gommes à effacer, etc. pour commencer l’année, les petits reçoivent tous cinq livres de riz, autant de fèves et un litre d’huile végétale. 

En 11 ans, le groupe a remis l’équivalent de 77 191 $ aux enfants de cette région. « Et on est toujours présents au moment de la distribution », insiste Mme Langlois. Cela se fait en une journée. »

Une logistique qui s’est installée au fil du temps grâce à la précieuse collaboration du Dr Mena et de l’enseignante Alba Teresa de Massachapa. Ils agissent tous deux comme coordonnateurs volontaires pour le groupe de Québécois. 

En plus de la nourriture et du matériel scolaire destinés aux enfants, celui-ci fournit du matériel médical à la clinique du coin, de la peinture aux écoles, des pupitres et du matériel pédagogique. Une année, les enseignants et les médecins de l’endroit ont reçu des ordinateurs. Une autre, l’ambulance de la clinique a été munie d’un défibrillateur. Pour chaque école des puits ont été creusés et lors de chaque voyage, vêtements, jouets, lunettes, médicaments, etc. sont distribués sur place. Le tout grâce, entre autres, à une collaboration avec Air Transat.

« C’est une très belle œuvre », souligne Pierre Couture, qui est de l’aventure Nicaragua depuis le tout début.

Une expérience « enrichissante », s’entendent pour dire les quatre piliers fondateurs du projet. « Ça apporte beaucoup d’amitiés, indique Jocelyn Desrochers. Moi, là-bas c’est ma deuxième famille. »

Pour faire un don en argent avant le départ du groupe en février, vous pouvez joindre Jocelyn Desrochers ou Pierrette Langlois à jodes1948@outlook.com